Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Ghyslain Héroux, directeur-général de Hockey Magog.
Ghyslain Héroux, directeur-général de Hockey Magog.

Le hockey civil et scolaire sous le même toit à Magog

Jean-Guy Rancourt
Jean-Guy Rancourt
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Tournant majeur et historique pour le hockey mineur magogois alors qu’on assiste à un mariage entre l’organisation civile Hockey Magog et la structure scolaire des Carnicas de l’école secondaire la Ruche. De cette fusion naît l’Académie hockey Cantonniers qui vient remplacer l’Académie hockey Sher-Wood.

Si les hockeyeurs sont ralentis par la pandémie qui les empêche actuellement de pratiquer leur discipline préférée, les responsables du hockey mineur civil et scolaire en sol magogois ne sont pas demeurés inactifs et ont travaillé main dans la main en arrière-plan pour finalement aboutir sur un nouveau partenariat.

Ghyslain Héroux, directeur-général de Hockey Magog et coordonnateur de cette nouvelle entité, s’est fait le porte-parole du groupe. 

« Il était temps dans une petite ville comme la nôtre que les deux organisations cessent de travailler chacune de son côté et qu’on regarde comment on pouvait améliorer l’encadrement et les services aux jeunes joueurs et joueuses. On part sur des bases solides avec la présence d’hommes de hockey qui ont fait leurs preuves. On vient de faire un pas de géant avec l’offre de services, la main d’œuvre, la gestion générale. Et je vous promets que l’amélioration sur la glace se fera sentir. On ne pose pas un geste aussi fort qui viendra bouleverser nos habitudes sans s’assurer que ce sont les jeunes sur la glace qui seront les grands gagnants de cette fusion. Ce sera le cas pour les volets récréatif, élite, scolaire et aussi à l’initiation », a commenté Héroux.

En plus de ce dernier, le comité de gestion du nouveau programme sera complété par Martin Bergeron, Dany Larochelle et Pierre-Luc Courchesne, ces deux derniers étant d’anciens joueurs de la LHJMQ.

Et parmi les entraîneurs qui défileront sur la glace pour assurer le bon déroulement de l’Académie hockey des Cantonniers, on peut ajouter les noms d’Éric Dandenault, ancien entraîneur du Saint-François de Sherbrooke chez les semi-pros, Martin Bernard, qui n’a plus besoin de présentation, Toby Lafrance, adjoint de Félix Potvin chez les Cantonniers midget AAA, et monsieur Hockey à Magog, Christian Lord.

« C’est un personnel qui fera l’envie de plusieurs programmes », ajoute Ghyslain Héroux.

Hockey Sherbrooke

Ce dernier souligne que le nouveau visage du hockey mineur s’est collé sur ce qui se passe avec Hockey Sherbrooke. 

« Ils ont été des pionniers pour réunir et organiser le hockey scolaire et civil. Leur programme est solide et parmi les plus gros au Québec, sinon le plus gros. On va reproduire à plusieurs égards leur modèle mais à plus petite échelle. En 2021 nous sommes rendus là. Il faut s’unir, pas se diviser. On l’a compris à la Ruche et à Hockey Magog. On avait commencé des démarches l’année dernière avec des représentants de la Ville de Magog qui étaient aussi à notre table. Avec tout ce qu’on vit à travers la pandémie, le dossier était resté sur les tablettes, mais on a repris les pourparlers dans les derniers mois avec la Ruche avec le résultat que vous voyez aujourd’hui. »

Ajoutons que les équipes scolaires continueront d’évoluer sous le nom des Carnicas, tandis que les Cantonniers identifieront les formations civiles. Plus de détails seront donnés aux gens intéressés alors qu’il y aura des portes ouvertes virtuelles le 21 janvier. Cette date marquera également le début officiel de la nouvelle structure.

Ghyslain Héroux croit que cette nouvelle amène de l’eau au moulin pour le projet de l’aréna à deux glaces sur le terrain de la Ruche. 

« C’est un élément de plus dans ce dossier qui amène du positif. On met sur pied une super structure et ce ne serait pas un caprice que celle-ci s’installe un jour dans un amphithéâtre répondant aux besoins des jeunes et des gestionnaires. S’il faut composer avec l’aréna actuel, espérons qu’il sera au moins mis au goût du jour. »