Jonathan Custeau
Les activités nautiques, comme ici le kayak au parc régional Kiamika, sont très populaires dans les Laurentides.
Les activités nautiques, comme ici le kayak au parc régional Kiamika, sont très populaires dans les Laurentides.

Vélo, chalets ou terroir dans les Laurentides

CHRONIQUE / De toutes les régions touristiques du Québec, les Laurentides sont probablement parmi celles dont le créneau a le moins besoin de présentation. Peut-être parce que c’est le terrain de jeu des Montréalais, peut-être parce que la réputation du parc national du Mont-Tremblant n’est plus à faire, mais les Laurentides évoquent immanquablement la nature et la villégiature.

Avec le temps, personne ne se surprend plus d’entendre qu’un proche part se ressourcer dans un chalet des Laurentides. Parce que c’est bien connu et que ça va de soi. Mais à penser bien connaître une région qui s’est rendue célèbre pour ses paysages et ses possibilités d’évasion, on oublie peut-être de la découvrir vraiment.

J’ai donc demandé à Nathalie Danis, coordonnatrice à l’accueil et aux services aux membres, à Tourisme Laurentides, de vanter sa région et de formuler ses propres recommandations. Elle livre ici les secrets plus ou moins bien gardés autour de Saint-Sauveur, Saint-Jérôme ou Mont-Laurier.

Avant de prendre la route, assurez-vous néanmoins de respecter les consignes de la Santé publique et vérifiez que les lieux que vous souhaitez visiter sont ouverts et disposés à vous accueillir.

Q Quelles sont les attractions les plus visitées de votre région?

R Les gens viennent chez nous pour la villégiature et pour toutes sortes d’activités nautiques. Nous avons plus de 9000 lacs et rivières. Nous avons deux parcs nationaux, des plages, des cours d’eau parfaits pour le kayak et le paddleboard (la planche à bras). Le parc du Mont-Tremblant et bien sûr un pôle, mais le parc national d’Oka est très connu de la clientèle de Montréal, qui y va régulièrement. C’est comme un grand terrain de jeu. Nous avons aussi beaucoup de parcs régionaux pour la randonnée pédestre. On y trouve beaucoup de location de chalets.

Q Quelles activités de plein air recommandez-vous?

R Il est possible de pratiquer l’escalade à Val-David ou de faire de longues randonnées dans le parc national du Mont-Tremblant. Le sentier du Calvaire d’Oka nous offre une vue superbe du sommet, où on aperçoit Deux-Montagnes. Au parc régional Montagne du Diable, à Ferme-Neuve, on peut faire des randonnées d’une, deux ou trois journées avec des arrêts en refuges.

Nous avons aussi un réseau de près d’une cinquantaine de pourvoiries, entre autres au réservoir Baskatong. On n’est pas obligé d’y faire de la chasse ou de la pêche. Elles ont des activités pour la famille, des chalets, du camping, des auberges.

La route des Belles-Histoires est une occasion de se promener de village en village pour découvrir les Laurentides.

Q Justement, où pouvons-nous faire des activités en famille?

R Kayak & Cabana propose des excursions en kayak, la descente de la rivière Rouge, qui est une rivière tranquille avec une très belle plage, et les Wagons de Berger, des refuges en bordure de rivière.

Sinon, le Village du père Noël, à Val-David, est une institution de notre région. L’équipe y est hyperdynamique et les animations sont en constant renouvellement. À Sainte-Adèle, Au pays des merveilles est un village construit sur les personnages de contes comme la Belle au bois dormant et Blanche-Neige. C’est un grand parc d’attractions.

Q Le vélo est aussi une activité prisée?

R Pour le vélo, nous avons le parc linéaire P’tit Train du Nord. C’est un incontournable. On peut partir en escapade et faire transporter ses bagages d’un hébergement à l’autre. On traverse des villages, de Saint-Jérôme à Mont-Laurier. Le trajet fait 234 km en tout et c’est relativement plat. Il y aura une légère montée si on le fait du sud au nord. Il faut savoir qu’il n’y a pas de boucle possible, donc il faut revenir sur nos pas ou prendre la navette, sur réservation, qui peut transporter les vélos dans une remorque à l’arrière. C’est très populaire auprès des Ontariens et des Américains.

Q Du point de vue de l’hébergement, où devrions-nous rester dans les Laurentides?

R La location de chalets est très populaire et on en trouve pour tous les budgets, entre autres à Morin-Heights, au Camping et cabines du Sommet. Les familles peuvent y loger en plein cœur de la montagne. On peut faire de la tyrolienne avec Acro-Nature.

Q Pour les gourmands, où devrions-nous manger?

R Nous avons des chefs qui sont très près du terroir. Ce qui est reconnu, ce sont les Miels d’Anicet, du miel biologique à Ferme-Neuve, ou encore Intermiel, à Mirabel. Les Miels d’Anicet ont une superbe terrasse couverte par une moustiquaire avec une vue sur la montagne du Diable. On y fait du vin de miel. C’est vraiment une expérience gastronomique qui vaut le détour.

Le Chemin du Terroir est une route agrotouristique des Laurentides.

L’ancien Bistro à Champlain, à Sainte-Marguerite-du-lac-Masson, a rouvert sous le nom de La Belle Histoire et est tenu par une sommelière et un chef. La fameuse cave à vin y est toujours.

Je dirais aussi que tous nos grands hôtels ont de bons restaurants, dont l’Estérel Resort et le Manoir Saint-Sauveur.

Bien entendu, il faut parler du fromage d’Oka, qu’on peut trouver au Magasin de l’Abbaye d’Oka.

Quels villages valent le détour?

R Je suggère d’emprunter le Chemin du Terroir, qui est une route agrotouristique où les fermes sont souvent ouvertes aux visiteurs. Il nous permet d’arrêter au bord du lac des Deux-Montagnes ou dans le vieux Saint-Eustache pour en apprendre sur la rébellion des patriotes en 1837. Il faut sortir de l’autoroute 15 pour nous découvrir. On peut aussi faire la Route de Belles-Histoires, entre Saint-Jérôme et Mont-Laurier. On peut la faire par petits bouts et apprécier la vue à Lac-des-Seize-Îles. On peut découvrir une soixantaine d’attraits historiques ou culturels le long du parcours.

Q Pour les journées de pluie, quelles activités intérieures recommandez-vous?

R Nous avons le Musée d’art contemporain des Laurentides à Saint-Jérôme. À Val-David, nous trouvons beaucoup de boutiques d’artisans créateurs. Sinon on peut penser à la Maison des arts et de la culture de Saint-Faustin ou au Centre d’exposition Mont-Laurier, qui est mi-musée, mi-galerie d’art.

Q Quel serait le secret le mieux gardé des Laurentides?

R Le parc du Poisson Blanc, à Notre-Dame-du-Laus, est un endroit pour faire du camping. On peut y réserver une petite île, louer un canot et dormir en camping en pleine nature.

Le parc régional Kiamika offre aussi du camping rustique alors qu’Aventures Kiamika propose des activités et des chalets rustiques.