Vaut mieux trop tôt que jamais

CHRONIQUE / Certains événements de la vie réclament de grands flacons. La naissance d’un projet, ou son aboutissement, un succès, une retrouvaille… voilà qui appelle une bouteille pas ordinaire — un vieux vin qui attend patiemment son heure depuis des années, tiens! Après tout, c’est bien pour cela qu’on les fait vieillir. S’il est vrai qu’un jus arrivé à l’apogée de sa vie peut sublimer ces précieux moments, l’inverse est aussi vrai avec un vin trop âgé et flétri.

Exemple d’un fait vécu :

Il y a quelques mois, un ami m’a gentiment offert un vieux supertoscan. Un vin que j’aurais dû ouvrir sans tarder, pour ne pas dire sur-le-champ. Mais je trouvais inconcevable qu’une bouteille de ce gabarit finisse avec des pâtes à la bolognaise No Name, un mercredi soir. Je lui réservai donc un moment plus digne, lequel arriva la semaine dernière. Malgré ma grande suspicion à l’égard dudit flacon, mes attentes demeuraient élevées. Appelez ça du déni, moi j’appelle ça l’espoir du Tout est bien qui finit bien. C’est ce qui arrive quand on est un enfant Disney. Bref, pour faire une histoire courte avec ce qui commence à devenir une longue introspection, le vin s’est révélé bien fade, éteint, expiré, caduc. Il avait vécu pour rien. Une fin triste pour lui et pour notre souper qui a pris une tangente bien dramatique. Fermeture du rideau.

Comment éviter qu’un tel gaspillage se produise? À moins de lire dans une bouteille de vin comme dans une boule de cristal, le meilleur moyen pour savoir si le vin est prêt, c’est d’y goûter. Voilà qui est bien malin. Et si c’était trop tôt, c’est juste tant pis? Idéalement, si vous prévoyez coucher un vin pour plusieurs années, procurez-vous-en au minimum 3 bouteilles, si cela est possible. Jetez ensuite un coup d’œil aux prévisions des experts, en ligne, et aux guides de vin quant au potentiel de garde dudit vin. Puis, ouvrez-en une de temps à autre pour surveiller son rythme de croisière et ainsi anticiper son apogée. Une solution qui relève de l’utopie quand il s’agit de bouteilles dispendieuses ou offertes en cadeau, j’en conviens. Si jamais vous avez un doute, ouvrez! Vaut mieux trop tôt que jamais.

Avant de mettre votre patience à rude épreuve, assurez-vous de bien connaître vos goûts. Si vous aimez les rouges à la matière délicate et aux arômes de tabac, de cuir et de sous-bois, soit, l’attente en vaudra la chandelle. Vous préférez plutôt les notes fruitées et florales ou encore les explosions de fruits, les tannins charnus et les textures rondes? Ne perdez pas votre temps et buvez-les jeunes. Quant aux blancs, tout autant capables de vieillir en beauté, il faudra vous demander si vous les préférez tendus (acides), fruités, floraux et/ou herbacés (jeunes) ou plus denses avec des notes de miel, d’abricot et d’épices douces (vieux).

Qualitätswein Burgenland 2015
Zweigelt, Pech & Umathum Zantho
SAQ : 10 790 384 — 17,30 $

Voici un vin pas comme les autres. Il est élaboré avec le zweigelt, le cépage noir le plus planté d’Autriche. Pour vous situer, il est quelque part entre le pinot noir et le gamay. Ce qui surprend dans ce vin de soif, c’est sa souplesse et son acidité quasi absente. Il est le compagnon idéal des fromages à pâtes molles. Servir plus frais qu’à l’habitude, à 14 °C. Ah, et celui-ci est à boire jeune. Hâtez-vous, il n’en reste plus beaucoup sur les tablettes.

Valle de Leyda 2016
Sauvignon Blanc, Tributo, Caliterra
SAQ : 11 905 788 — 15,55 $

Parlant de vins qui sortent de l’ordinaire, celui-là saura aussi vous dépayser un brin. Ce chilien élaboré avec le sauvignon blanc diffuse un arôme étonnant de sauce piquante aux piments. Il va sans dire que vous avez là un accord de feu avec des tacos de poisson.

Pays d’Oc 2016
Viognier, Cazal Viel
SAQ : 895 946 — 16,45 $

Le viognier est le cépage vedette de la prestigieuse appellation condrieu dans la vallée du Rhône. Heureusement, il est aussi cultivé ailleurs, notamment par Laurent Miquel dans le Languedoc. Le nez vibrant porte sur des arômes de miel, d’abricot et de fleurs. Sa texture grasse est bien supportée par une belle fraîcheur qui l’empêche de tomber dans la lourdeur. On fait l’apéro?

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.