Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

Tout savoir sur le pénis

CHRONIQUE / Après le vagin la semaine dernière, c’est au tour du pénis d’avoir son moment de gloire ! Pendant masculin de l’appareil génital féminin externe, cet organe, autant glorifié que calomnié, ne laisse aucun propriétaire indifférent. Par ses allures générales, l’apanage de ses capacités, l’étendue de ses vertus et sa propension à définir une supposée masculinité, il y en a long à dire et redire sur celui-ci. Voyons-y.

Apparence

« Trop » comme dans trop long, trop court, trop gros, trop petit, trop large, trop svelte, trop rouge, trop blême... Combien sont ceux qui qualifient leur pénis par ce « trop » ?

Pourtant, ledit engin « normal » n’existe pas. Il y a effectivement autant de pénis qu’il y a d’hommes dans ce monde.

À quoi ressemble donc le vôtre ? La gent masculine est aussi accablée par les standards de beauté prônés par notre société, qui fait régulièrement fi de la diversité corporelle. Le pénis en prend pour son rhume. Avec un modèle fort sélectif en termes de proportion, de rendement et d’efficacité, il n’est pas étonnant de voir les attentes quintuplées.

La pornographie suggère encore et toujours un phallus digne de l’éléphant, préférablement circoncis, à la base imberbe et, bien entendu, éternellement érectile. Elle est donc responsable un tant soit peu de la recherche de l’idéal. Idem pour les publicités de sous-vêtements laissant peu de place à l’imagination. Que du trucage !

Et que dire des sous-entendus dignes des douches communes, qu’un tel est extravagamment équipé ou qu’un autre, au contraire, est pratiquement handicapé ? Bla-bla-bla.

Mensurations

Mais des données existent. Voyons-y, pour rassurer les plus inquiets. En 2015, le journal Le Monde a rapporté les résultats d’une étude où plus de 15 500 membres ont été mesurés au nom de la science. Publiée dans la revue d’urologie spécialisée BJU International, cette dernière précise que l’organe au repos mesure en moyenne 9,16 cm de longueur et 9,31 cm de circonférence. En érection, le pénis atteint des moyennes de 13,12 cm de longueur et de 11,66 cm de circonférence. À vos gallons !

Dysmorphophobie

Au-delà de la simple inquiétude, voire du complexe un peu plus présent à l’égard de l’allure pénienne, certains hommes souffrent d’une peur démesurée de ne pas avoir un pénis « régulier » ou « conforme » à la norme, appelée dysmorphophobie. Leurs perceptions deviennent alors biaisées et font abstraction du vrai et du faux en termes d’apparence.

Il est souvent question de cette fixation, qui apporte une réelle souffrance psychologique et sexologique, poussant même certains à ressentir divers symptômes maladifs, de l’évitement à l’anxiété grave. La consultation se voit alors de mise.

Membre viril

La virilité et la masculinité sont régulièrement associées au pénis. Sans me faire l’historienne de la sexualité, la symbolique phallique illustre depuis des lunes le monde de la virilité et de la fécondité. Les meilleurs mâles assuraient même la continuité de l’espèce, ce qui en faisait des êtres favorisés.

Bien qu’édulcorée, cette explication teinte encore l’époque contemporaine en prônant certainement la valorisation du gros, voire du gigantesque, ithyphalle. À l’instar de la taille du nez, de l’écart entre les oreilles, de la couleur des cheveux ou de la longueur des pieds, votre pénis vous est propre. La beauté du corps humain se définit aussi dans l’unicité, doit-on se rappeler.

À vous d’accueillir votre sexe avec ses caractéristiques. Il n’en sera que plus beau !