Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

Sites de rencontre: oui, mais avec prudence!

CHRONIQUE / « On s’est rencontrés sur un site de rencontre. »

« Je suis sur Tinder, mais juste pour rire. »

« Je me suis inscrite seulement pour passer le temps. »

« Je voulais simplement voir quel genre de monde il y avait là-dessus. »

« Ce n’est pas pour me marier, juste pour m’amuser. »

Être aussi populaires et avoir si mauvaise presse ! À en entendre plus d’un, c’est à croire que seuls quelques parias, désespérés, amochés et célibataires « pour une raison » utilisent les sites de rencontre, et ce, bien qu’ils engendrent des millions de dollars, qu’ils innovent et que les inscriptions ne cessent de croître. Une majorité les banalise, les juge, les ridiculise et les condamne. Plusieurs s’en dissocient de peur de passer pour ce type d’individus qui, supposément, les fréquentent. Pourquoi serait-il si pathétique de les utiliser ? Je vous ai demandé ; vous m’avez répondu.

Un peu comme s’il s’agissait du dernier recours, il semblerait que quelques-uns voient les agences de rencontre comme étant la dernière issue au célibat. Après toutes les autres stratégies pour tomber sur l’âme soeur, ces sites seraient, en quelque sorte, le refuge pour les êtres qui n’arrivent pas à trouver l’amour « dans la vraie de vraie vie ». Du grand désespoir, quoi !

D’autres m’ont avoué ne pas être crédules quant aux promesses d’un jumelage gagnant. Effectivement, malgré une cueillette de données plus ou moins étoffée, le couplage de deux individus me semble statistiquement quasi impossible, étant donné la fiabilité des réponses, parfois mitigées. Encore faut-il que les informations soient basées sur la réalité, et non pas le reflet d’une version améliorée. Ça, c’est un autre dossier.

Que du vent!

Justement, combien sont ceux s’étant fait tromper par un faux Adonis, une pseudo playmate, un Don Juan marié et trois fois père ou une jeunesse ayant inversé les unités et les dizaines de son âge ?

Certains semblent bonifier, romancer ou enjoliver leur profil, une réalité peu surprenante, dans une société qui mise encore trop sur le paraître. Des utilisateurs tentent donc le tout pour le tout en misant sur une apparence glorifiée ou un récit de vie digne d’un scénario de film, pensant attirer davantage l’oeil qu’un profil de monsieur ou madame Tout-le-Monde. Ils sont prêts à cumuler mensonge sur mensonge. Il y a de quoi rester perplexe derrière l’écran, jusqu’au jour de la rencontre réelle.

Que du sexe!

Bien qu’il y ait des gens qui croient encore au conte de fées, lorsqu’on parle d’applications de rencontre, plusieurs pensent à l’utilisateur qui ne cherche qu’à avoir une relation sexuelle.

Hélas, vous avez été nombreux à me signaler que la recherche de l’être cher, via ces sites, se définit beaucoup plus par un « plan cul » qu’un « plan coeur ». J’ai remarqué votre méfiance quant aux belles paroles, lesquelles visent souvent, selon vous, davantage les rendez-vous d’un soir que la relation durable.

POUR ou CONTRE ?

À ce jour, il n’y a pas de bonnes ou encore de mauvaises façons de rencontrer un partenaire, et ce, quel que soit l’objectif. L’heure étant aux technologies, pourquoi sous-estimer les sites virtuels remplis de possibilités ?

Se fixer un objectif réaliste, diminuer ses attentes, garder en tête l’enjeu de la distanciation physique, y aller progressivement en termes d’ouverture avec l’étranger et prévoir une rencontre réelle dans un futur rapproché sont des stratégies à privilégier.

Puisqu’il y a du bon monde comme du moins bon monde, partout et dans tout, les sites de rencontre, pourquoi s’en passer ?