Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

Refaire l’amour après une séparation

CHRONIQUE / On ne montrera certainement pas à un vieux singe comment faire des grimaces... et encore moins à faire l’amour !

Voilà une de vos convictions que vous aviez possiblement avant de vous séparer de votre partenaire des dernières années. Une relation sexuelle avec lui ou elle, n’importe quand, n’importe comment, n’importe où ! Sa nudité, ses préférences, ses volontés, ses exigences, ses attentes et ses limites n’avaient plus aucun secret pour vous. Exit gêne, questionnement, fébrilité et nervosité. Vous étiez en terrain connu, il n’y a peut-être pas si longtemps.

Mais puisque les temps changent, faire l’amour à cette nouvelle personne vous semble un défi de taille. Vous voilà à la fois excité et perplexe, comme la plupart des nouveaux célibataires. Comment apprivoiser cette nouveauté ? Voyons-y !

Tourner la page

Il est toujours plus facile d’entamer une nouvelle réalité sexuelle lorsque la relation précédente est terminée, réglée, acceptée et digérée.

Effectivement, le passé étant la plupart du temps garant du présent, mais aussi du futur, il y a fort à parier que votre niveau d’aisance au lit avec cette conquête dépende de cette rupture. Un travail minimal sur soi est bénéfique après une séparation, autant pour la tête, le coeur que le corps.

Anticipation

L’imagination est souvent la grande responsable de l’anticipation et de ce sacré bavardage intellectuel. Trop souvent, l’inquiétude vous gagne en pensant à cette aventure sexuelle avec un nouveau partenaire.

Serai-je à la hauteur ?

Serai-je en mesure de donner du plaisir ou d’en recevoir ?

Suis-je désirable ?

Et si j’étais incapable ? Si ça ne fonctionnait pas ? Si je n’étais pas bon ou bonne au lit ?

Bien qu’il semble qu’avec des « si », le monde puisse être refait, nul ne possède de boule de cristal pour prévoir les lendemains.

Loin de moi la prétention d’être Jojo Médium. Ce que je peux cependant confirmer, c’est que, certes, le stress d’anticipation est rarement aidant en termes de sexualité, d’où l’importance de saisir l’instant présent. Également, mettre des mots sur son ressenti et le communiquer à l’autre permettent d’apaiser ce type de préoccupations.

« Mon corps version 2020 »

C’est ainsi que cette femme d’une cinquantaine d’années « de retour sur le marché » après un quart de siècle avec le même bougre m’a décrit son corps.

Trois enfants portés et mis au monde naturellement. Quelques peaux témoignant d’une perte de poids importante. Les effets de la gravité et les aléas de la ménopause. Tous ces changements l’ont officiellement portée à croire qu’aucun membre de la gent masculine ne pourrait la trouver belle et séduisante. Elle-même ne s’aimait pas.

Voilà une baliverne qui témoigne encore une fois des diktats sociétaux liés au manque de diversité corporelle et à l’aliénation du vieillissement physique.

Tous les corps sont beaux. Qui que vous soyez, sachez que le vôtre témoigne de qui vous êtes et de qui vous avez été.

C’est grâce à ce dernier que vous exprimez votre sexualité, alors aussi bien en faire votre allié. Reconnaître positivement votre image fait aussi foi de votre beauté. De toute façon, étant tous le « beau » et le « laid » de quelqu’un, nous sommes aussi bien choisir le bon joueur et d’assumer notre image, non ?

Parce qu’il y a aussi la possibilité d’une deuxième, cinquième et centième fois, sachez que la première relation sexuelle n’est pas nécessairement déterminante de toutes les suivantes. Après tout, c’est en forgeant que l’on devient forgeron... et expert du nouveau partenaire.