Partie de fesses à haute vitesse

CHRONIQUE / Et que ça saute ! Si la vie roule à cent milles à l’heure, chez nous comme chez vous, c’est aussi le cas, pour certains, sous les couvertes. En effet, il semble que le sexe suive la tendance. Inutile de s’éterniser avec ces préliminaires qui n’en finissent plus, ces embrassades qui ne mènent à rien, ces alternances de position sexuelle qui alourdissent tant ladite séance, cette pénétration qui, pour quelques-uns, se voit que si peu nécessaire. La relation sexuelle, c’est subito presto qu’elle se déroule pour bien des couples. Et pourtant…

Le sexe à haute vitesse est trop souvent signe de déséquilibre. Réduire la fréquence des relations sexuelles s’avère donc belle option.

La pleine conscience, ça vous dit quelque chose ? C’est le fondement du mouvement Slow, qui vise le ralentissement pour chacun, histoire de se recentrer, de se découvrir, mais surtout de se retrouver, en diminuant le tempo. Le tourisme, l’alimentation, le travail, les loisirs et la sexualité adhèrent à cette tangente depuis, entre autres, le livre Éloge de la lenteur de l’auteur international Carl Honoré, qui a été soutenu sexuellement parlant par Diana Richardson.

Comment faire ?
Vous qui êtes possiblement à l’antipode du mode tortue, vous qui fatiguez juste à l’idée de décrisper la mâchoire, vous qui voulez tuer dans le cours de yoga, vous qui levez le coude pour réussir à dénouer votre cravate, vous sachez qu’il y a des points de repère qui peuvent vous servir de fondation pour une meilleure présence en vous-même. L’attention envers son intériorité et l’écoute des diverses sensations de votre corps sont des éléments accessibles.

Ici et maintenant
Le modèle de l’approche tantrique de la sexualité dicte l’importance du moment présent lors de la relation sexuelle. Exit les objectifs orgasmiques venant, ou pas, dans un avenir plus ou moins rapproché. Vivez le plaisir dans l’immédiat, sans penser à l’avant ni à l’après !

La tête sur la tablette
S’il en était possible, voilà où (sur la tablette) vous pourriez mettre votre tête pour paralyser un tant soit peu toute cette agitation mentale. Oui, celle qui fuit le moment présent pour le futur ou le passé. Vais-je jouir ? Est-ce comme l’autre fois ? Et si je ne l’excite pas ? Je dois en profiter, je ne sais pas quand ça repassera. Adieu suppositions, interrogations, hypothèses et inquiétudes ! Votre corps est le plus grand porte-parole de votre plaisir ; concentrez-vous sur ce dernier.

Vers l’intérieur
Avec ce culte sociétal de la beauté, qui néglige souvent la diversité corporelle, il n’est pas surprenant que votre attention se porte principalement sur l’enveloppe externe que représente votre image. Ce que vous voyez, en voilà une chose ; ce que vous ressentez, par contre, y a-t-il longtemps que vous ne vous y êtes pas attardé ? Pas assez belle pour ci. Trop gros pour cela. Et si l’attention portait davantage sur vos compétences internes ?

Détente
Plusieurs attendent la tension sexuelle ou les grands frissons pour entreprendre tous leurs ébats sexuels. Et ainsi, plusieurs manquent le bateau. Ces signes ne viendront quasi jamais dans un contexte effréné. Qui rêve de sexe après une journée d’ouvrage, six brassées de linge sale, le souper, les lunchs, les rencontres et les rendez-vous ? Le fait de ne pas grafigner le plancher en voyant votre partenaire nu ne signifie pas un trouble de l’excitation sexuelle, mais plutôt une fatigue possiblement importante, voire même une écoeurantite liée au surmenage.

S’adonner à une sexualité plus calme, moins cérébrale, en harmonie avec le corps et centrée sur l’ici et le maintenant s’avère un grand pas vers le Slow Sex. Lenteur, à ton tour de jouer !