Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

Laissez tomber les étiquettes

CHRONIQUE / Bonjour Myriam,En parcourant vos chroniques, je comprends que tous les goûts sont dans la nature en matière de sexualité. Néanmoins, j’ai l’impression de manquer de virilité. Concrètement, cela se traduit par un comportement passif qui n’est pas toujours au goût de mon épouse. Ainsi, je prends peu d’initiative quand il est question de pénétration, je préfère qu’elle me chevauche que l’inverse. En outre, j’ai souvent l’envie d’être pénétré durant le coït, ce qui laisse mon épouse interrogative sur mon orientation sexuelle. Qu’en pensez-vous ? Pouvez-vous m’éclairer ? Cordialement.

Bonjour à vous,

La perception du manque de virilité, un mal que vous n’êtes pas le seul à vivre, Monsieur Cordial. Des hommes ne se valorisant pas sexuellement parlant, j’en ai vu un et un autre. La confiance en soi en tant qu’individu sexuellement actif, un fondement à développer, le saviez-vous ? Facile nécessairement ? Aucunement !

Sois un homme !

Voilà ce que les normes et standards sociaux hurlent de façon insidieuse, ou carrément sans scrupules, à la gent masculine que vous êtes. La surreprésentation du mâle alpha, sexuellement parlant, semble encore être la tendance dominante. Seulement...

De l’Apollon à l’étalon, passant par le marathonien coquin au Ron Jeremy d’aujourd’hui, ces gentlemen exigeants, omnipotents, pour ne pas dire tout-puissants, sont encore valorisés autant dans la pornographie que dans la vraie vie ! Nonobstant...

De par ce modèle, difficile pour le commun des mortels de croire que sa sexualité soit normale si elle se résume à une eau sans remous, un appétit sexuel timide, des préférences se limitant au missionnaire le samedi à la noirceur, un faible intérêt pour la pénétration. Pourtant...

Position sexuelle

Être chevauché, le péché mignon de quelques-uns. En fait, bien qu’un répertoire d’activités sexuelles varié soit proposé pour les soirs de grandes veillées, il semble effectivement fréquent pour la plupart des couples de s’en tenir approximativement aux mêmes modus operandi, sexuellement parlant. Une histoire de préférence, mais aussi de rassurance.

Si l’union du papillon, la déesse, le cavalier, l’amazone, la fleur de lotus, le cheval à bascule, l’entrecroisé, la grenouille, le contorsionniste, alouette semble être vos positions préférées, à vous de les demander. À condition par contre que le plaisir soit partagé. Un autre dossier.

Tendances dominées

Voici possiblement là où le bât blesse. Bien que peu exhaustive sur la description, je me permets de croire à partir de votre correspondance que vous êtes peut-être ce type d’individu aimant le profil dominé au lit.

Passivité, peu d’initiative, préférence à être chevauché, envie d’être pénétré, toutes des indices en ce sens que vous m’avez rapportées. Un mal en soi ? Pas du tout ! Sauf si votre partenaire sexuelle n’y trouve pas son compte. Ce qui m’apparaît être le cas.

Orientation sexuelle

Totalement indépendante de l’orientation sexuelle, je vous rassurerai, Monsieur Cordial, en vous précisant que les préférences sexuelles, autant du profil dominant, dominé ou je ne sais quoi, n’ont rien à voir avec l’attirance éprouvée pour un sexe ou l’autre.

Un homme voulant être pénétré, un souhait usuel autant chez les personnes s’affichant hétérosexuelles que chez la communauté LGBTQ2S+ au grand complet. Bien qu’encore tabou ou jugé à tort, le sexe anal se voit une option offerte à tous et toutes.

Parce que vous, c’est vous, et que l’autre, c’est l’autre, ne reste qu’à vous accepter comme vous êtes, sans comparaison. Par le fait même, c’est avec l’aplomb de vos convictions que vos serez en mesure de reprendre confiance en l’homme sexué que vous êtes et d’accepter vos besoins. Un plus, certes, pour votre couple. Bonne continuité.