Myriam Bouchard

Jeunes, amoureux et confinés

L’amour au temps du confinement n’est facile pour personne, et encore moins pour nos adolescents séparés de l’être adoré. Parce qu’à cet âge, ils aiment vraiment, de tout leur coeur, avec toute leur innocence et leur vulnérabilité, la plupart de ces tourtereaux souffrent. Le saviez-vous ? Comment pallier ce mal bien réel alors que vous, comme adultes, vous raisonnez probablement autrement ? Voici quelques trucs, chers parents, pour aider votre enfant dans ce tourment.

« Amourette »

Le terme « amourette » me glace le sang. La relation amoureuse à l’adolescence n’est en aucun temps une histoire anodine que l’on doit minimiser. Oh non ! En fait, cette première union sérieuse consiste possiblement à LA fois où votre jeune aimera si candidement. Une trame digne du roman-savon.

Effectivement, sans être en mesure de se projeter vers une éventuelle rupture, le ou la jeune saute à pieds joints dans l’aventure, en s’investissant de tout son coeur et de toute son âme. N’ayant aucun référent des aléas de l’amour, il ne se méfie pas des souffrances que peut engendrer une peine d’amour, une trahison, un abandon, voire une distanciation sociale. Il fonce à tête baissée, comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Chacun chez soi

L’isolement est une réalité crève-coeur pour ces êtres, surtout s’ils n’ont même pas peur de la COVID-19. La pensée magique envahissant la plupart du temps le cerveau de l’adolescent, il verra peut-être cette grande histoire d’éloignement imposé comme un sujet d’opposition qu’il revendiquera de ses meilleurs arguments. Préparez-vous !

« Moins pire être malade que d’être privé de l’être cher », penseront peut-être même les plus téméraires. Ici encore, c’est le mal d’être séparé qui pousse la réflexion. À vous, papa et maman, de les rassurer en témoignant de votre compréhension, de votre empathie et de votre bienveillance.

L’amour à distance

L’amour à distance est réellement possible en ce temps de confinement pour les jeunes, mais aussi pour un paquet d’adultes qui doivent composer avec cette dynamique. Bien que l’isolement soit un énorme sacrifice, rappelez-leur qu’il y a la technologie pour entretenir à la fois les liens et la flamme !

Fixer un horaire de discussion virtuelle quotidien, faire des activités communes en ligne, partager une même série ou un même film pour ensuite en jaser; voilà des suggestions envisagées pour les amoureux. À ce titre, parents, soyez indulgents et tolérants sur les heures de réseau en étirant légèrement le temps alloué. Un mal nécessaire que ces rendez-vous doux dans ce contexte exceptionnel !

Le sexe sur Internet

Parce que même le coronavirus ne viendra pas à bout du désir et de l’intérêt sexuel, l’éducation à la sexualité se doit d’être maintenue par vous, papa et maman. Les sextos et les photos compromettantes restent à proscrire en tout temps, même en confinement. Les jeunes doivent être ramenés à l’ordre en ce sens et être au fait des enjeux législatifs. Avoir en sa possession des photos ou des vidéos explicites sexuellement du partenaire mineur consiste en une infraction criminelle punissable par la loi. Consentement ou pas !

De plus, les conversations olé olé peuvent également faire office de partage, de chantage et de harcèlement. Dans l’éventualité d’un bris de confiance ou d’une rupture non respectueuse, ces dernières peuvent servir d’outils d’intimidation.

Puisqu’il y aura officiellement un après-COVID-19, les retrouvailles ne seront que meilleures pour eux. Le temps n’ayant pas raison de tout, le vrai amour perdurera à cette crise. Ne lâchez pas !