Guide de survie pour les collègues amis de coeur

Semaine après semaine, jour après jour, heure après heure, ces deux-là se côtoient tout le temps ! Je parle, bien entendu, de ces amoureux qui travaillent ensemble, voire qui possèdent une entreprise ensemble.

Oui, qui dit location d’un nouveau bureau dit, dans mon cas à moi, nouveaux sujets à l’étude. La manne ! Sachez-le, chers collègues, à l’instar de bien des gens, vous voilà maintenant tous et toutes à l’observation. 

Ceci dit, je me suis donc inspirée d’un de ces couples qui gère conjointement une entreprise. Au-delà du domaine sentimental, voici que j’observe davantage chez lui les vertus du covoiturage, des dîners communs, des réunions d’affaires usuelles, l’art de la gestion des ressources humaines, les aléas d’une même poche financière, et bien entendu, les soucis et les ennuis. 

Est-ce une si belle affaire que de travailler ensemble ? Mis à part cette possible relation sexuelle vite faite, bien faite, dans la salle de conférence ou encore le fait de « baptiser » chacun des bureaux, j’ai cru qu’il y avait officiellement lieu de se questionner sur cette communion du métro, boulot, dodo, chez la dyade contemporaine ! 

Faire la différence

D’entrée de jeux, tourtereaux, je vous supplie de faire la différence ! La première clé du succès est assurément une dissociation entre l’être cher et le collègue. 

Si l’un ne va pas sans l’autre à votre oeil, je vous assure que vous aurez des difficultés professionnellement et conjugalement.

L’indulgence, le compromis et la bienveillance ne sont pas des qualités recherchées en affaires, contrairement à en amour. On ne gère pas une entreprise comme on gère une vie à deux !

Une collaboration professionnelle égalitaire, respectueuse et impartiale s’avère certainement à la base du guide de survie.

À qui le meilleur ?

La compétition et la domination sont deux dangers qui vous guettent. Le premier, si vous vous retrouvez sur ce même piédestal et que vous ne savez plus quoi inventer pour vous élever en termes de performance, d’efficacité, de productivité ou autres. Le second, si l’un se retrouve subalterne et se voit contraint aux exigences disproportionnées d’un patron profitant un peu trop de la situation. 

À chacun sa place, au bureau comme à la maison ! 

« Donne-moi du lousse ! »

Être trop souvent en présence de l’autre nuit à l’indépendance nécessaire au couple composé, je vous le rappelle, de deux entités propres ayant chacune besoin de solitude et d’autonomie. S’ennuyer de l’autre et ressentir l’envie de l’informer des événements qui ont marqué sa journée sont des sentiments qui doivent éclipser l’étouffement.

C’est important de vous en garder pour la sphère personnelle !

Ça va mal

Quand ça va mal, ça va doublement mal ! Peu importe le déboire, impossible de compter sur l’autre comme remontant, qui se voit forcément affecté, lui aussi, par cette tracasserie. 

Les problèmes se poursuivront peut-être même jusqu’à la maison, ne serait-ce que les préoccupations mentales. 

Il est nécessaire d’être en mesure de laisser les angoisses sur le paillasson. Un beau défi ! 

Bref, travailler ensemble, pourquoi pas ? À condition, bien entendu, d’établir des règles précises, qui nécessiteront des mises à jour fréquentes, à l’occasion d’une réunion de couple... plutôt qu’une réunion du bureau !