Le bébé de Madame Coucou s’est finalement pointé le bout du nez et on a appris qu’il aura deux mamans.

De Passe-Partout, j’en veux plus !

CHRONIQUE / Cachou Coucou ! Le voilà enfin, ce bébé tant attendu. Fan finie de la première mouture de Passe-Partout, ceux qui me connaissent savent pertinemment qu’il y a maintenant quasi trois décennies que je suis sur ma faim. Celle bien entendu de connaître l’origine du nouveau-né de Madame Coucou ! Venu de nulle part, sans explication ni rien, ce mystère entourant la provenance de ladite noix aux allures d’enfant a certainement bousculé mon développement psychosexuel. Tant de non-dits qu’entretenaient ces années 80…

De ce fait, ma cadette de 11 ans moins un mois paie le prix de ce « traumatisme ». Obligée d’écouter cette presque-quotidienne-remaniée, ce n’est que tout dernièrement que j’ai enfin pu lui donner congé. Cachou Coucou s’est pointé sans flafla avec un seul mot pour m’éclairer : mamans au pluriel !

Homoparentalité

Fils de Dorine et de « la-voisine-au-look-bohème », ce bambin tant désiré, je suppose, se voit issu d’une famille dite homoparentale comme bien d’autres ! Une destinée atypique attend ce petit ? À quelques soucis près, peu probable !

Effectivement, les rapports de recherches sur les structures familiales et le vécu parental des familles homoparentales menées par le gouvernement sont unanimes depuis une quarantaine d’années. Il n’y a que très peu de différences entre les familles homoparentales et hétéroparentales sur le plan du développement des enfants et des compétences parentales.

Rassurez-vous ! Les mamans se verront donc aussi optimales que Perlin et Perline. Eurêka ! et longue vie au fruit de l’anacardier.

Encore sur ma faim !

Famille recomposée, procréation assistée médicalement, donateur volontaire et généreux, coparentalité, adoption, famille d’accueil, c’est quoi l’affaire ?

Comprenez-moi bien, de Passe-Partout j’en veux plus ! Connaître l’étymologie de l’enfant chéri, en voilà une chose. Comprendre les étapes de sa procréation, voilà un tout autre mandat !

« Comment se font les bébés ? » C’est cette grande question que se posent à peu près tous les enfants d’âge préscolaire. Spermatozoïdes, ovules et amour, exit Ricardo. Quasi tous et toutes peuvent expliquer les ingrédients de cette recette faisant d’ailleurs partie des contenus en éducation à la sexualité du MEES.

Qu’advient-il alors des « exceptions », si vous me permettez le terme ? Un plus un égalant deux, je vous garantis que d’autres bambins affamés resteront aussi sur leur appétit en se demandant où Dorine et Coucou ont trouvé leur gamète mâle ! Une autre histoire qui, je l’espère, ne me tiendra pas en haleine encore trop longtemps… Simon Boulerice, auteur et scénariste, entendez ma requête ! Moi qui vieillis...

Chacun sa famille

Deux pères, deux mères, un couple bien formel, une mamie comme maman, des parents adoptifs ou d’accueil, au-delà de la réalité familiale de chacun, quelle est la véritable définition menant à la filiation d’un enfant ?

Plus qu’une histoire légale prouvée par un acte de naissance ou autres, le lien entre l’enfant et son ou ses parents est déterminant. Ainsi, la Coalition des familles LGBT se voit très active pour favoriser davantage des milieux inclusifs à la diversité sexuelle et de genre. Son slogan voulant qu’il existe toutes sortes de famille où on s’aime et on se sent bien résume l’essentiel, non ?

Parce qu’un enfant devrait être le plus beau des cadeaux pour tous les parents, l’élever et l’adorer va bien au-delà d’un genre ou d’une orientation sexuelle.