À vous la liberté!

CHRONIQUE / Ça y est, la maison est vidée ! Vous qui en rêviez. La paix, cette sacro-sainte paix, est enfin arrivée. À vous la maisonnée, à vous la liberté, à vous la nudité, à vous la sexualité, vos grands enfants ont déserté !

Pas que vous ne l’aimiez pas votre progéniture. Inutile de culpabiliser. C’est juste qu’à un moment donné, toute bonne chose doit se terminer, y compris la parentalité. Après ces décennies à vivre prioritairement comme papa-maman, voici maintenant l’heure du retour au couple, à la vie à deux, à la dyade nuptiale. Premier mois, tout va ! Deuxième mois, on repassera ! Troisième mois, à quand le retour des embarras ? Est-ce votre cas ?

Syndrome du nid vide

Tel un cours de préparation à la retraite, le nid vidé doit s’envisager pour ne pas souffrir de son syndrome ! Cette forme de vague à l’âme chez le père ou la mère pouvant se rendre jusqu’à la dépression une fois le départ de la nichée, peut être la résultante d’un couple non préparé, non concerté, non soudé. 

Cette réalité, l’aviez-vous préalablement envisagée ? Quelle place avez-vous laissée à la conjugalité au profit du rôle de parent ? Avez-vous contourné certaines problématiques au profit des enfants ? Êtes-vous devenus dépareillés ? Vous considérez-vous comme des étrangers ? 

Les grands questionnements

La cinquantaine avancée, voire la soixantaine, peut aussi s’avérer parfois une période de remise en question. Les « qui suis-je, que suis-je, où vais-je ? ? ? » peuvent officiellement s’accentuer avec le départ des enfants. Surviennent alors, dans certains cas, ces ambiguïtés à l’égard des rôles majeurs. Sens de la vie, activités professionnelles, vie de couple, relations avec autrui, liens d’amitié, spiritualité, sexualité, tous des points pouvant faire partie des enjeux importants en lien avec la générativité versus la stagnation. 

L’autre m’énerve

Entendons-nous, quand le focus prône un peu, beaucoup, énormément sur les petits depuis près de vingt et pourquoi pas trente ans, il semble évident que l’autre nous apparaisse pas nécessairement si intéressant le jour où la soue se vide. 

Est-ce une occasion pour se réapprivoiser ? Pourquoi pas ! Parce que c’est une vie tout autre qui vous attend après le départ des enfants, à vous de réinventer votre duo au-delà de la lune de miel initiale ! 

Comment ?

En étant réalistes. Le cycle de la vie, c’est aussi de vivre SA vie ! Si tel n’a jamais été votre cas, que votre partenaire a constamment été relégué au second rang, parions que si je vous suggère sorties à deux, coquineries et cajoleries, vous me regarderez de travers ! Voilà pourquoi mon plus grand conseil consiste à garder une place majeure pour le couple et ce, bien avant que les enfants deviennent adultes. Jeunes couples, notez !

Individualité

C’est souvent du malaise que je perçois dans mon bureau chez ces couples dérangés par le retour aux sources qu’impose la maison dénuée de progéniture. « Trop d’intimité » m’a expliqué cette femme ayant été étourdie 25 ans de temps par le tourbillon de la maternité. « J’ai l’impression de devoir lui parler, l’amuser, l’occuper, l’animer, le séduire ! »

Propos que son chéri réfute en m’expliquant n’avoir rien demandé ! « N’ayant plus rien à faire, elle est toujours après moi. Fais-toi une vie chérie ! »

Et si ce n’était pas ça la clé du nid vidé ? S’adapter d’abord et avant tout individuellement à ce changement, disons-le majeur, à retrouver ses assises en tant que personnes, à prendre de nouveaux repaires bref, se donner juste un peu de temps ? Parions que le couple aura fort à gagner par la suite de se retrouver et qui sait, de refaire connaissance.