Sexologie

L’univers masturbatoire

COURRIER D'UNE LECTRICE / Bonjour, Lorsque le temps vous le permettra, j’aimerais avoir votre point de vue sur ce que mon conjoint m’a dit. [...] Il m’a informé qu’il se masturbait chaque soir dans le salon devant de la pornographie. Puisque nous faisons déjà l’amour de deux à quatre fois les jours de semaine et de quatre à cinq fois ceux du week-end, dites-moi si je m’en fais pour rien ? Les avis sur le Web divergeant énormément. Je suis mal avec tout ça et je ne sais pas trop comment réagir. Est-ce normal, abusif, addictif ?

CHRONIQUE / Cette question vient à point pour boucler ma série d’articles traitant de la pornographie. Merci à vous, Madame !

Pourquoi ? J’en conviendrai, votre état d’âme est fort louable devant cette confidence digne d’un jardin plus que secret. L’univers masturbatoire étant l’une des sphères individuelles des plus privées, ma première réflexion tend certainement à comprendre ce à quoi rime cette révélation. Pourquoi le dire ? Était-ce un aveu ? Une transmission banale d’informations ? Un cri d’alarme ? Une réponse à une question ?

Sexologie

Mon conjoint a de la difficulté à éjaculer

COURRIER D'UNE LECTRICE / J’ai un nouveau conjoint et sexuellement, je n’ai rien à dire. Par contre, lors de nos ébats sexuels, je dirais que trois fois sur quatre, il a de la « difficulté » à éjaculer. Pourtant [...], il est amplement capable de le faire lorsqu’il se masturbe. Il arrive quelquefois qu’après avoir eu mon orgasme, il soit tout près d’avoir le sien bien qu’il ne réussisse pas à jouir. Il me dit qu’il ne s’agit pas de moi, que ça lui est toujours arrivé. Nous avons quand même de belles relations sexuelles, mais je dois avouer que ça me perturbe un peu...

CHRONIQUE / Bonjour à vous, madame. D’être « perturbée un peu », pour reprendre vos mots, en voici une réalité plus que probable lorsqu’un ou une partenaire présente quelques difficultés que ce soit d’ordre sexuel.

Pas responsable

La remise en question risque sans doute d’être l’un des premiers réflexes pour la plupart. Dans ce présent cas, bien qu’il soit louable que vous portiez un regard sur vous comme étant potentiellement « responsable-un-tant-soit-peu » de cette éjaculation qui tarde à venir – ou pas –, sachez que vous êtes dans l’erreur ! C’est d’ailleurs ce que votre gentleman vous dit et redira. Vous ne faites pas partie de l’équation, madame !

Sexologie

Parler de sexualité avec son enfant

CHRONIQUE / Parce que ceci vient également avec le mandat de père et mère, je vous le demande : offrez-vous de l’éducation à la sexualité à votre progéniture ? La grande question ! Bien que « monsieur-madame-les-enseignants-infirmiers-travailleurs-sociaux » assurent depuis l’automne 2018 des contenus dans le cadre scolaire, vous restez certainement les premiers concernés. De ce fait, remplissez-vous, chers parents, le rôle qui vous est attribué, soit d’apprendre à vos enfants les notions relatives à ce sujet ô combien anguleux pour plus d’un ? Quoi dire ? Comment s’y prendre ? Quel sujet aborder ? Quand commencer ? Toutes des interrogations louables pour le commun des mortels qui ne sont pas sexologues. Ceci dit, puisque je vous déclare aujourd’hui principal « pédagogue sexologique » pour vos petits et grands, voici quelques pistes à suivre.

Un bon modèle

Aussi simple que cela puisse paraître, voici la fonction minimale que je vous attribue. Être un bon modèle, c’est plus difficile que vous pourriez le croire. La sexualité étant davantage ce que l’individu est, et non ce qu’il fait le samedi soir dans sa chambre à coucher, soyez une référence positive. Vos faits et gestes, attitudes, propos, valeurs, croyances et convictions indiquent, consciemment ou non, les normes que votre enfant emmagasine tel un gage de vérité absolue.

Sexologie

Vague à l’âme

SEXOLOGIE / « Bonjour Myriam, Dans ma génération – j’ai 24 ans –, l’amour est drôlement exposé et représenté. Depuis longtemps, je me questionne sur les causes de l’infidélité. Nous sommes dans une ère où tout est facilement accessible. Ça ne fonctionne pas, alors on saute au suivant, au lieu de tenter de réparer et d’améliorer les choses.

Je trouve ça insensé ! Comme si les gens avaient enlevé le sens de ce que signifie l’engagement. [...] 

J’aimerais beaucoup, Myriam, découvrir un article expliquant pourquoi les hommes penchent vers l’infidélité. [...] J’ai connu des hommes infidèles qui aimaient leur partenaire. Peut-être suis-je naïve, mais j’ose croire que l’amour ne va pas toujours avec l’infidélité. 

Quelqu’un qui n’est pas capable de dire non devant une source de plaisir est-il une cause perdue en amour pour être fidèle ? 

Voilà ! »

***

Madame Voilà, je perçois peut-être à tort un certain vague à l’âme, pour ne pas dire un quelconque désarroi dans vos propos. Permettez-moi de vous demander si avez perdu confiance en la race masculine ? Pourtant, ce ne sont pas les seuls infidèles…

Une histoire générationnelle ? 

L’infidélité existe depuis que le monde est monde, le saviez-vous ? Pas plus aujourd’hui, hier qu’au temps de Jésus Christ. Hommes, femmes, hétérosexuels, la gang LGBTQ2+ au grand complet ; tous peuvent être un jour trompeurs ou trompés, c’est selon !

Sexologie

Une vie sans jouir

CHRONIQUE / « Ce n’est que trop tard que j’ai compris que le sexe pouvait rimer avec plaisir physique, mais ça ne m’intéressait plus vraiment, ces affaires-là… »

Voici ce qu’une octogénaire avancée m’a expliqué récemment. Telle une place au soleil jamais réclamée, c’est avec ce qui m’a semblé être une pointe de regret, voire pas du tout, que cette dernière m’a parlé de sa sexualité « non consommée ».

Sexologie

Une question de libido

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour Myriam, J’ai 18 ans. Ça fait quatre mois que je suis en couple avec mon chum. Au début, on faisait l’amour trois à quatre fois par jour, mais là, depuis un bout de temps, ça ne me tente plus vraiment. On dirait que je perds ma libido…

CHRONIQUE / Bonjour à toi, belle jeunesse ! Tu me permets de t’appeler ainsi pour situer nos lecteurs qui eux, n’ont pas eu la chance de voir cette éclatante jeune fille que tu es via les réseaux sociaux ? Avant même de se soucier de perte de libido, réalité ô combien exagérée dans bien des cas, voyons un peu la nature de tes rapports sexuels, mais aussi de ta relation amoureuse.

Sexologie

Parce qu’il y a aussi du positif

COURRIER D'UN LECTEUR / Allô Myriam! Moi, je voudrais voir plus d’histoires de gens qui vont bien ! Je parle de couples qui s’aiment sans que ce soit compliqué. Des gens qui ont des enfants sans être à bout. De ceux qui font l’amour sans que ce soit une corvée, qui ont du plaisir à deux et en famille! Avec tous les couples qui se séparent autour de moi, me semble que ça remonterait le moral des troupes ! Est-ce que ça existe encore, des gens comme ça? Dites-le moi!

2019, et si les pages de ton calendrier ne présentaient que du beau ?

Louable que cette requête reçue via ma boîte Facebook. Les médias, quels qu’ils soient, exposent effectivement plus souvent qu’autrement cette représentation de tout ce qui va mal ! Réalité certainement plus vendeuse qu’une madame heureuse pour qui la vie sourit ou ce monsieur ô combien satisfait de finalement pas grand-chose. Le bonheur des autres n’intéresse personne, c’est à croire !

Sexologie

« Donne un bisou à ta tante »

CHRONIQUE / « Fais un câlin à parrain. » « Sois gentil, donne un bisou à tante Jocelyne. » « Embrasse tes grands-parents avant d’aller au lit. » « Allez ! Prends la main de ta cousine. »

Noël, Jour de l’An, fête des Rois ! Qui dit temps des Fêtes, dit regroupement, rassemblement de famille, échange de cadeaux, mais aussi rapprochements et proximité, avouons-le, parfois, plus ou moins espérés. Les enfants ne sont pas en reste. Fréquemment l’expression d’une grande fierté des parents, ce moment de l’année se voit l’occasion de prouver gentillesse, politesse, courtoisie, bienséance et complaisance. Nos petits amours…

Sexologie

De quidam à pressenti

CHRONIQUE / En l’espace d’un moment, cette personne connue depuis toujours, aux allures quelconques et au profil bas, vous est apparue autrement. Telle une révélation. Aussi banale elle vous semblait encore hier, aussi attractive elle vous apparaît aujourd’hui. Sans trop savoir pourquoi, aussi soudain qu’improbable, plus rien n’est pareil.

Rien n’a pourtant changé. Ni une révision des verres de vos lunettes ni toutes fluctuations de l’image ou de la personnalité ne peuvent expliquer ce bouleversement impromptu. De quidam à pressenti, voici la promotion obtenue par cette personne qui, depuis toujours, ne suscitait chez vous que l’indifférence. Que s’est-il passé ?

Sexologie

Envies gourmandes... et sexuelles

CHRONIQUE / Parce que tous les enfants vous le diront. Qui dit premier décembre, dit calendrier de l’Avent ! Avez-vous le vôtre ? Non à cette planche cartonnée dans laquelle vous dégusterez, jour après jour, ces friandises chocolatées au goût des cierges de ma grand-mère ! Exit au produit vedette du magasin à (feu) un dollar ! Je vote plutôt pour une version adulte. Pour le calendrier dont les amoureux profiteront, histoire de patienter jusqu’au réveillon. Pour celui qui, une fois découvert, changera peut-être votre vie à deux ! Allons savoir !

C’est l’amie et collègue sexologue Véronique Larivière, fière partenaire du bonheur amoureux, qui suggère cette version réinventée du calendrier de l’Avent. Proposé aux couples, il s’agit en fait de réaliser un défi quotidien, histoire de réinventer, de bonifier ou de retrouver cettedite intimité conjugale parfois ô combien malmenée par les rouages du quotidien.