Rendez-vous vert

CHRONIQUE / L’Expo Manger santé et vivre vert a lieu chaque année à Montréal depuis 1997. Québec a aussi son édition de l’événement depuis près de deux décennies. À Sherbrooke, le Centre de foires accueillera les exposants du vert rendez-vous pour une première fois les 11 et 12 mai.

« Il y a à Sherbrooke beaucoup d’initiatives écolos et on voit qu’il se passe beaucoup de choses au chapitre de l’alimentation saine. On espère que l’événement deviendra un incontournable d’année en année dans votre coin. Ce qu’on propose, ce n’est vraiment pas juste une foire commerciale, c’est plutôt une activité éducative pensée comme un événement grand public. Il y a 130 exposants de partout, des dégustations et des démonstrations sur trois scènes distinctes. Les visiteurs ont beaucoup à découvrir et peuvent facilement passer la journée sur le site », explique Renée Frappier, fondatrice de l’Expo et de l’Association Manger santé bio. 

Celle-ci a jasé miso, millet et tempeh bien avant tout le monde et bien avant que ces termes n’entrent dans le vocabulaire courant. 

L’auteure et conférencière prône les bienfaits de l’assiette saine et végétarienne depuis plus de 30 ans. Dans les années1980, son discours trouvait bien quelques adeptes, mais on était loin de l’intérêt que suscite maintenant le mouvement végé.

« Le végétarisme a longtemps été considéré comme une tendance marginale. Ce n’est plus le cas maintenant. Au contraire, il est devenu grand public. On sent aujourd’hui un réel engouement dans la population, mais au surplus, cet engouement est maintenant soutenu par le discours institutionnel. Je pense, par exemple, au récent Guide alimentaire canadien qui insiste sur l’importance d’intégrer davantage d’aliments végétaux à nos plats », exprime Mme Frappier.   

Celle-ci n’a jamais aimé la viande, mais lorsqu’elle était jeune, les protéines animales faisaient partie du menu familial. Et puis, l’été de ses 18 ans, Renée a mis le cap sur la Californie, où résidait son frère. 

« Là-bas, j’ai mangé des avocats pour la première fois. J’ai goûté au riz complet. J’ai découvert des auteurs américains qui parlaient d’alimentation saine. » 

Déclic. 

De retour au pays, et de lecture en lecture, l’enseignante de chimie a poursuivi son cheminement. Après un an passé en Europe, elle s’est installée dans les Bois-Francs où elle a participé au lancement de la coop alimentaire La Manne, à Victoriaville. 

« J’étais responsable du développement. Pour moi, c’était clair qu’il fallait donner des cours de cuisine aux gens afin qu’ils sachent apprêter tous ces nouveaux aliments qu’on leur proposait. »

C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée à enseigner l’art culinaire et à partager ses bonnes recettes. 

« Je n’ai jamais arrêté, depuis », dit celle qui a signé Le guide de l’alimentation saine et naturelle, tomes1 et 2, avant de coécrire (avec la Sherbrookoise Danielle Gosselin) Le guide des bons gras.  

L’auteure et conférencière Renée Frappier a jasé miso, millet et tempeh bien avant tout le monde. Celle qui prône les bienfaits de l’alimentation saine depuis plus de trois décennies est aussi l’instigatrice de l’Expo Manger santé et vivre vert qui a lieu chaque année à Montréal et Québec. L’événement se déploie pour une première fois au Centre de foires de Sherbrooke, les 11 et 12 mai, où quelque 130 exposants de partout sont attendus.

« Ces livres étaient bâtis comme des cours. Infos et théorie précédaient les recettes. Ça répondait aux besoins de l’époque. Aujourd’hui, c’est facile pour les gens de trouver des alternatives et des ressources. Il y a du choix en épicerie et il y a quantité de bouquins de cuisine et de blogues qui traitent de l’alimentation saine. C’est vraiment plus facile de faire un virage dans l’assiette et d’adopter une alimentation biologique plus végétale et plus locale. Les choix qu’on fait, les gestes qu’on pose, ils comptent vraiment. Ils ont des répercussions incroyables et ont un impact non seulement sur notre santé, mais aussi sur celle de la planète », dit celle qui constate chez les jeunes générations une grande sensibilité à la question environnementale. 

« Ils sont beaucoup plus conscients que nous ne l’étions à leur âge », note Mme Frappier, qui plaide pour des cours culinaires intégrés au cursus scolaire.    

« Si on avait des cours de nutrition dans les écoles, si on apprenait aux enfants à cuisiner avec des aliments sains dès leur plus jeune âge, on changerait la société. Avec l’industrialisation de l’alimentation, il y a un savoir qui s’est perdu. Il faut le redonner aux nouvelles générations, afin que tous aient les outils et les connaissances nécessaires pour être autonomes en cuisine. Je suis convaincue des changements positifs que ça amènerait, dans plusieurs sphères. »

Nouveautés des dernières années

Depuis environ cinq ans, l’alimentation végé gagne des galons. Tout ce qui est lactofermenté aussi, grâce à la popularité grandissante du kombucha, notamment.  

« Tout ce qui est cru a également la cote. Je pense que dans un avenir prochain, on cuisinera sans doute davantage avec les algues du Québec et on intégrera probablement plus les fleurs comestibles à nos plats », mentionne Renée Frappier. 

L’Expo qu’elle orchestre est un bon endroit pour découvrir de nouvelles enseignes ainsi que des aliments et des produits novateurs. 

Démos culinaires et dégustations plurielles sont au menu du rendez-vous qui rassemble des exposants de partout. Coup d’œil à la longue liste. Boulangerie sans allergènes, fabricant de fromages de noix, producteurs d’huiles variées, ferme apicole, commerce d’épices, torréfacteur de café, bar à jus, herboristes et quantité d’autres créateurs de saveurs sont attendus. 

« Comme notre événement est écologiquement responsable, les ustensiles et contenants des dégustations sont entièrement compostables étant donné qu’ils sont faits à base de maïs », précise Mme Frappier. 

Elle-même fera une démonstration sur la confection maison de laits végétaux, dimanche après-midi. 

« Côté goût et texture, le lait de cajous est imbattable, mais pour sa valeur nutritive et son aspect local, je lui préfère le lait de chanvre », précise celle qui espère la venue de plusieurs mamans, le dimanche. 

« On sait que c’est la fête des Mères et on invite le public à venir célébrer avec nous. C’est une belle occasion de découvrir des nouveaux aliments à mettre sur la table familiale. On a orchestré un petit concours pour souligner l’événement. » 

Ça vous intéresse?

Expo Manger santé et vivre vert

Centre de foires de Sherbrooke

11 et 12 mai

Entrée : 15 $ (étudiants et aînés : 12 $, gratuit pour les 16 ans et moins)

Infos : Expomangersante.com