Réconfort en tasse : boissons chaudes pour journées froides

CHRONIQUE / Je ne sais pas pour vous, mais dans ma chaumière, le temps polaire et l’abondante neige de la semaine dernière ont réveillé l’envie de boissons doudous. Celles qu’on boit le matin, le midi, le soir. Au déjeuner ou au dessert, pendant la pause de l’après-midi ou après la descente de ski. Parce que peu importe l’heure ou le moment, les breuvages chauds ont la cote en tout temps en hiver. Pour vous inspirer et pour varier le contenu de vos tasses et de vos thermos, voici quelques idées de boissons réconfortantes. 

Chocolat chaud, trois versions

Au cacao

Classique des classiques, le chocolat chaud est un incontournable. On pense d’emblée au mélange cacao-sucre (deux parts de cacao pour une part de sucre, chez nous) qui se bricole en même pas deux minutes et qu’on peut marier avec le lait de son choix (végétal ou « traditionnel »). Un must pour les déjeuners pressés. L’avantage de faire soi-même son mélange plutôt que d’acheter une poudre déjà prête, je vous le donne en mille, c’est qu’on peut doser le sucre à son goût.    

Au chocolat blanc

Moins courant, le chocolat chaud blanc est une boisson aussi sucrée qu’onctueuse qui se prépare avec trois ingrédients et qui plaira aux inconditionnels du chocolat blanc. On chauffe le lait de son choix dans une casserole, on ajoute du chocolat blanc de qualité haché (l’équivalent de 2 onces de chocolat par tasse de lait), qu’on laisse fondre en remuant sans laisser bouillir. On ajoute une pincée de sel pour contrebalancer le goût très sucré du breuvage ainsi obtenu. Et c’est prêt.

Au chocolat noir

Pour les jours où vous avez du temps devant et le goût de quelque chose qui vous sort de l’habitude, il y a le chocolat chaud fait à partir de chocolat noir, qui tient davantage du dessert dans une tasse que du breuvage. On le prépare à la manière mexicaine, on le déguste en prenant son temps.

Pour le concocter, c’est tout simple. On fait frémir environ 1/3 t. d’eau ou de lait dans une casserole. On ajoute ensuite environ 150 grammes de chocolat noir (ou un autre, au choix) haché ou en pastilles. On laisse fondre à feu moyen-doux en remuant. Une fois le chocolat fondu, on verse environ 2 tasses du lait qu’on préfère. Lait d’amande, de soya, de vache, de noix de cajous : ils feront tous l’affaire. On réchauffe doucement le tout en remuant constamment. Le mélange épaissira peu à peu et le résultat ne sera pas très sucré. Si votre palais réclame davantage de douceur, vous pouvez ajouter un peu de sucre ou de sirop d’érable. Si vous avez plutôt la dent épicée, vous pouvez ajouter un peu de cannelle ou de poivre de cayenne. Un détail qui vaut son pesant chocolaté : si vous ne videz pas toute la casserole, ce savoureux nectar à haute teneur en cacao se conserve très bien au frigo et se réchauffe sans problème.

Au service, on couronne la tasse des traditionnelles guimauves ou bien, pour une version un peu plus décadente, d’un nuage de crème fouettée maison qu’on peut aromatiser au chocolat blanc ou aux épices, par exemple.  

Envie d’une version toute végétale? Préparer une crème fouettée végétalienne est facile, du moment qu’on prend un peu d’avance. Il faut penser mettre au réfrigérateur une boîte de lait de coco régulière (pas la version allégée). Lorsque le contenu de celle-ci est bien froid (au terme de plusieurs heures), on récupère seulement la crème de coco solide sur le dessus et on fouette celle-ci à grande vitesse au batteur à main ou au batteur sur socle. Le truc pour un résultat optimal, c’est de mettre bol et fouet au frigo une quinzaine de minutes auparavant, question qu’ils soient bien froids. On aromatise ensuite la crème de coco au goût, en ajoutant un peu de sucre en poudre ou de sucre d’érable, pour varier.

Pommes et épices, match parfait

La boisson chaude aux pommes est un classique des froides soirées d’hiver. On la concocte avec un jus de pommes non filtré auquel on ajoute des épices entières (bâton de cannelle, quelques clous de girofle, anis étoilé, cardamome, quelques grains de poivre, par exemple). On laisse mijoter le tout une dizaine de minutes, on filtre, on sert. C’est simplissime. Et délicieux.

Si vous avez envie de jazzer le tout, jetez un œil du côté des Épices de cru. Les réputés chasseurs d’épices ont assemblé un heureux mélange pour le vin chaud qu’on peut tout aussi bien utiliser dans un cidre de pommes. Macis, casse, écorce de mandarine, réglisse, cardamome, gingembre et clou de girofle se marient agréablement et la présence de poivre apporte une pointe de piquant qui produit son effet. C’est succulent.    

Originales tisanes façon Mishka

J’en ai déjà parlé ici, les tisanes Mishka sortent vraiment de l’ordinaire. La Sherbrookoise Michaela Vrastiak les prépare avec un mélange de fruits cuits selon la méthode apprise auprès de sa mère d’origine slovaque.

Ses tisanes font sensation et sont maintenant disponibles dans différents points de vente au Québec (la liste ici : https://mishkatisanes.com). Offertes en cinq variétés, elles ont la particularité d’être vendues en pots. Pas de sachet, donc. On dépose une grosse cuillère du mélange de fruits dans une tasse d’eau bouillante et on déguste le chaud nectar en entier, en mangeant les fruits à la cuillère. C’est savoureux. Et l’amie Jessica m’assure que c’est tout aussi bon dans du vin chaud.

Lait doré tout parfumé

Ni sucré ni salé, le lait au curcuma a gagné en popularité au Québec ces dernières années. Son parfum indien et sa robe jaune soleil viennent évidemment de la présence du curcuma qu’on ajoute, entre autres épices, au lait de son choix. Plusieurs mélanges tout prêts existent sur le marché, mais c’est aussi très simple d’en faire une version maison.  

1 c. à thé 1/2 de curcuma en poudre
1/2 c. à thé de cannelle en poudre
2 t. 1/4 de lait d’amande (ou autre, au choix)
Un peu de gingembre râpé au goût
Un soupçon de poivre noir
Une pincée de sel
Une pincée de cardamome
Au goût, on peut ajouter un peu
de miel ou de sirop d’érable

Dans une petite casserole, on mélange le curcuma à un peu de lait. On ajoute les autres épices et la balance du lait, on chauffe à feu moyen jusqu’à ce que le mélange frémisse. C’est tout.

Note : Ceux qui apprécient le goût du lait de coco peuvent en ajouter un peu avec le lait au moment de la cuisson.

Thé chai de choix

Autre boisson indienne aux effluves invitants, le thé chai se bricole avec différentes épices. En voici une déclinaison, que vous pouvez modifier en variant les épices.

4 tasses de lait au choix  
2 sachets de thé noir (ou l’équivalent de thé noir en feuilles)
½ c. à thé de cannelle ou
un bâton de cannelle
¼ c. à thé de muscade fraîchement râpée
1 gousse de cardamome
1 anis étoilé
Du miel au goût

Dans une casserole, on chauffe à feu doux tous les ingrédients jusqu’à ce que le mélange soit bien chaud, mais pas bouillant. On retire le thé et les épices entières et on déguste bien chaud.

Boisson d’avoine à la banane

Pour les fanas de gruau et de banane, voici une boisson onctueuse qui se prépare rapidement.
2 c. à table de flocons d’avoine à cuisson rapide
1 banane
1 tasse d’eau chaude
1 c. à thé de sucre d’érable (ou de sirop d’érable)
Un peu de cannelle

On dépose flocons d’avoine, banane et sucre d’érable dans le mélangeur, on recouvre d’eau chaude et on patiente cinq minutes. Le temps de se faire cuire une rôtie, par exemple. On mixe ensuite jusqu’à l’obtention d’une consistance crémeuse. On sert dans une tasse, en saupoudrant de cannelle moulue, au goût.

Bonhomme, bonhomme, sais-tu poncer? 

Si la fameuse ponce fait partie de la tradition familiale chez vous pour soigner grippe et autres maux d’hiver, vous serez heureux d’apprendre que les Spiritueux Ungava, Monsieur Cocktail et le légendaire Bonhomme Carnaval s’allient pour lancer l’original Sirop à Bonhomme. Celui-ci a été spécialement créé pour concocter la revigorante boisson au gin chaud. Érable, jus de canneberge, cannelle, foin d’odeur et clous de girofle parfument ledit sirop qui sera en vedette sur les sites du Carnaval de Québec, mais qu’on pourra aussi se procurer dans tous les IGA de la province dès lundi.