Voici quelques suggestions de bonnes bouteilles pour donner la réplique aux plats plus et moins traditionnels.

Quels vins pour festoyer à Noël?

CHRONIQUE / Ça commence à sentir sérieusement les vacances. Plus que quelques jours et toute la tablée sera enfin réunie autour du joyeux festin de Noël. Si on sait pratiquement à 99,9 % ce qu’on y mangera, il reste toutefois à déterminer ce qu’on y boira! Voici donc quelques suggestions de bonnes bouteilles pour donner la réplique aux plats plus et moins traditionnels.

Crémant de bourgogne 2014, Perle rare, Louis Bouillot (SAQ : 884 379 — 21,60 $)

Toute fête qui se respecte commence par un verre de mousseux. La maison bourguignone Louis Bouillot élabore d’excellents crémants à prix plus qu’abordables. Cette cuvée originale unit la structure et le caractère vineux du pinot noir et la fraîcheur du chardonnay. Une véritable petite bombe aromatique aux notes de gâteau aux fruits et de champignons. La bulle n’est pas des plus persistantes, mais on se console avec sa persistance aromatique qui vous laissera béat d’admiration. Voilà qui appelle des champignons farcis. Des tonnes de copies disponibles dans les SAQ Dépôt.

Côtes de gascogne, Jau, Jean et Bernard Dauré (SAQ : 13 359 531 — 12,95 $)

Ce blanc du Sud-Ouest de la France provient de l’IGP côtes de gascogne — la zone géographique correspondant au vignoble de l’Armagnac. Le duo sauvignon blanc (70 %) et gros manseng (30 %) se fait plutôt discret, insufflant un vent plus printanier qu’hivernal avec des parfums de concombre et de litchi. Un vin de soif, léger et simple tout indiqué à l’apéro pour accompagner un plateau de crudités ou un tartare de saumon servi sur sa rondelle de concombre.

Pays d’oc 2016, Villa blanche, Calmel & Joseph (SAQ : 12 257 292 — 16,15 $)

Certains chardo provenant de l’Hérault, dans le Languedoc-Roussillon, possèdent des arômes distincts d’amande, de noyau d’abricot et de léger rancio. La Villa Blanche fait partie de ceux-là. À la fois gras et frais, il culmine en une légère amertume. Un chardonnay différent qui fera la part belle à un brie fondant aux noix ou à des pétoncles grillés au bacon. Très sympa!

Barbera d’alba 2016, Raimonda, Fontanafredda (SAQ : 11 905 606 — 15,55 $)

Bien qu’elle soit réputée pour ses exceptionnels barolos, la maison piémontaise Fontanafredda fait aussi dans la dentelle. J’entends par là un vin tout en fruit et en souplesse qui parvient à tisser des liens autant avec la dinde qu’avec la tourtière. Ses tannins discrets, son acidité élevée et ses arômes de cerise et lilas deviendront rapidement le fil d’Ariane entre les divers plats de cette délicieuse bombance. Un rouge tempéré qui vous évitera d’avoir à mettre de l’eau dans votre vin. Servir frais à 14 °C.

Cahors 2014, Grande cuvée Prestige, Château Coustarelle (SAQ : 482 240 — 19,25 $)

Les vignerons qui travaillent en lutte raisonnée font un usage restreint des produits chimiques sur leurs vignes — en fait, uniquement lorsque cela est absolument nécessaire. Une méthode de viticulture pratiquée par l’équipe du Château Coustarelle. La vigneronne propose un cahors souligné par des notes de prune et de garrigue. La bouche tannique, mais pas trop, est soyeuse et drôlement agréable. Comme il est un tantinet costaud, on pense à le verser dans la carafe quelque 30 minutes avant le service. Pas le choix de vin le plus polyvalent pour un repas des Fêtes, mais assurément le meilleur pour un cipâte!

Brunello di montalcino 2012, Castelgiocondo, Frescobaldi (SAQ : 10 875 185 — 48,85 $)

Voici une bouteille pour vous faire plaisir ou à offrir en cadeau! Établie aux quatre coins de la Toscane vinicole, la famille Frescobaldi se passe pratiquement de présentation. Ce brunello di montalcino issu du millésime 2012 est une belle réussite. Superbe nez aux tonalités de rose séchée, de framboise et de cendre. La bouche élégante présente des tannins fermes, une belle profondeur et une finale longue à souhait. Idéal pour escorter une viande braisée. Impressionnant!

Joyeuses célébrations!

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.