Inondée par le soleil et balayée par le vent, la région du Roussillon est ni plus ni moins que le numéro 1 de la viticulture propre en France.

L’essor du Roussillon

CHRONIQUE / Quand je faisais mon ASP en sommellerie, il y avait des régions viticoles qui soulevaient les passions plus que d’autres. Tempête, pas tempête, la classe était bien remplie quand Bordeaux, la Bourgogne ou la Toscane étaient au programme. L’idée d’avoir loupé l’occasion de déguster un vin classé, un grand cru ou une bouteille qu’un salaire d’élève ne permettait d’acheter devenait une puissante motivation pour vaincre nos bas instincts d’étudiants.

Je me rappelle aussi qu’entre l’étude du Sud-Ouest et de la Vallée du Rhône, l’incursion dans le Roussillon m’avait laissée pantoise devant les vins doux naturels — des vins mutés aussi fougueux qu’un chocolat noir 90 %. Pourtant, ce n’est que quelques années plus tard, en passant par Perpignan — capitale du Roussillon sacrée ville européenne du vin pour 2019 — que j’ai véritablement constaté tout le potentiel de cette région qui n’a rien de modeste. Un véritable paradis agronomique, une région viticole bénie des dieux, qui fait dans la plus grande discrétion des vins secs à donner le vertige.

Inondée par le soleil et balayée par le vent, la région est ni plus ni moins que le numéro 1 de la viticulture propre en France. Dans cette région du sud, un peu plus de 55 % des vignobles y sont certifiés bio, biodynamique ou HVE (Haute Valeur Environnementale). Sans parler des domaines qui sont bio, mais qui ne le revendiquent pas. Le respect du vivant y occupe une grande place et il y a une grande transparence vis-à-vis le terroir. Qu’il s’agisse de l’une des régions les plus ensoleillées de France, n’est surtout pas un prétexte pour produire des vins surmuris. De la gourmandise, certes il y a, mais jamais au détriment de la buvabilité comme en témoignent ces 4 cuvées éblouissantes.

Pays d’oc 2017,
Cap au sud, Domaine Cazes
13,15 $ • 12829051

• 13 % • 2,8 g/l •

La Maison Cazes, pionnière en biodynamie dans le paysage viticole français produit cet assemblage de 50 % syrah et 50 % mourvèdre. Le nez c’est joliment fruité, tout en simplicité avec des arômes de framboise mûre, de cannelle et de muscade. La mâche est souple et l’acidité notable. À 13 $, on s’en régale!

Côtes du roussillon villages Caramany 2016, 
Sous la Montagne, Jeff Carrel
23,05 $ • 13914910
• 14 % • 1,9 g/l

Jeff Carrel parvient à extirper l’âme du piémont pyrénéen avec adresse et précision. Une certaine musicalité se dégage de ce côtes du roussillon villages caramany à la fois souple, frais et gourmand. La syrah et le carignan poussent des notes éclatantes de cerise et de lilas, du volume et des tanins souples et mûrs. C’est si rythmé que la bouteille descend en accéléré. Buvabilité, dites-vous? Une, c’est pas assez.

Côtes du roussillon Les Aspres 2014,
Excellence, Domaine du Mas Bécha
34,50 $ • 12891701
• 16 % • 5,7 g/l 

Son caractère dodu lui vient des Aspres, mot catalan désignant une terre rocailleuse, sèche et difficile à cultiver. Des conditions arides d’où la syrah, secondée par les grenache et mourvèdre, tire cette matière étoffée. L’olive kalamata et le pruneau poignent au nez ainsi qu’une légère note oxydative. Des tanins fondus, une rondeur et une chaleur à vous faire oublier l’hiver. Un 2014 parfaitement à point, prêt à déguster dès maintenant. Du très beau qui appelle une tapenade d’olives noires servie sur des croûtons ou une focaccia aux olives et au romarin. Superbe bio!


Côtes du roussillon villages Tautavel 2014, 
Clos des Vignes, Domaine Gardiés
36 $ • 10781445
• 15 % •

Vivre en harmonie avec la nature brute et sauvage, telle est la devise de Jean Gardiés. Justement, « sauvage » est l’impression que laisse ce tautavel issu de rendements très maigres de grenache (70 %), complété par le carignan, la syrah et le mourvèdre. Une palette animale et minérale pour ce bio subtile, frais, tannique et joliment fruité. Retenue et élégance lui siéent à merveille. Garder quelques années, si possible.

Et le blanc?

Marre du sauvignon blanc et du chardonnay? « Le Roussillon devient un incontournable en matière de vins blancs secs, frais et au caractère minéral », mentionne Eric Aracil, directeur adjoint et responsable export des vins du Roussillon. Beaucoup de parcelles ont étés reconverties pour faire des vins secs avec les cépages macabeu, malvoisie et muscat. Tandis qu’ils représentaient 3 à 5 % il y 10 ans, ils couvrent 15 % aujourd’hui. À essayer dès que vous en avez l’occasion!