Voici un comparatif entre le Google Pixel 3a XL et le Samsung Galaxy A70. Les couleurs du Samsung sont moins précises et plus ternes.

Samsung Galaxy A70: le parfait compromis

CHRONIQUE / Disponible depuis quelques semaines déjà, le Samsung Galaxy A70 est un téléphone intelligent de milieu de gamme qui propose toutefois une approche technologique similaire à des appareils dont le prix est plus du double. En compétition directe avec le Google Pixel 3a et le Huawei P30 Lite, Samsung offre un téléphone techniquement complet, mais est-ce que la qualité sera au rendez-vous ?

Le design du téléphone est tout simplement magnifique et soigné, ce qui donne l’impression d’avoir entre les mains un appareil qui vaut beaucoup plus cher ! Son boîtier est mince et l’ergonomie est parfaite. Les boutons sont suffisamment éloignés et situés sur un seul côté. Une prise d’écouteur de type 1,8mm est située en dessous, tandis que dans le compartiment accueillant la carte SIM, il y a un espace pour une carte micro SD vous permettant d’ajouter jusqu’à 512 Go de stockage. L’écran OLED de 6,7 pouces, avec une encoche pour loger la caméra, est de qualité fidèle à ce que Samsung nous offre depuis quelques années. Les couleurs sont plus précises et moins saturées que la compétition. Vous avez également la possibilité d’effectuer certains réglages afin d’ajuster la teinte selon vos préférences. Avec une batterie de 4500 mAh, le Samsung A70 est l’un des appareils sur le marché qui vous offre actuellement la plus grande autonomie. Au niveau des performances brutes, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un téléphone de milieu de gamme, donc avec des performances correctes, mais nettement en retrait en comparaison avec le Galaxy S10. Ce n’est pas l’appareil idéal pour jouer à des jeux vidéo, mais pour un usage « normal » c’est-à-dire pour consulter Internet, les réseaux sociaux ou les courriels et même faire des appels téléphoniques, la puissance est amplement suffisante.

À faible éclairage le Galaxy A70 a plus de difficulté à offrir des images précises. En espérant que la mise à jour logiciel corrige certaines lacunes.

Le déverrouillage par empreinte digitale à l’écran est très lent et peu précis. Il faut parfois essayer à plusieurs reprises et souvent sans succès. Samsung devrait revoir son processus de déverrouillage à l’écran, car il est quasi inutile. Par contre, le déverrouillage par la reconnaissance faciale est très rapide et efficace, mais j’ai un doute quant à la sécurité, car l’appareil n’utilise qu’un balayage en 2d, ce qui a permis par le passé sur certains appareils un déverrouillage avec une simple photographie.

Interface logicielle

L’interface One UI de Samsung est probablement la chose qui m’irrite le plus à l’utilisation d’un téléphone Android. Dans sa version par défaut, elle fait bon marché et me donne l’impression d’utiliser un appareil Android de dix ans. Bien que cette dernière génération de Samsung soit une bonne amélioration par rapport aux versions antérieures, il n’en demeure pas moins qu’elle engourdit encore une fois les performances du téléphone. Nous sommes bien loin de la simplicité qu’offre Google avec les téléphones Pixel ou même OnePlus et son interface Oxygen. Si vous êtes un utilisateur d’iPhone de longue date et que vous songez faire la transition vers Android, vous allez probablement détester cette surcouche ajoutée par Samsung.

Pour la photo

Au niveau technique, Samsung propose un triple appareil photo arrière composé d’une caméra principale de 32 MP munie d’une ouverture de f1.7, d’un grand-angle de 8MP ainsi que d’une caméra détectant la profondeur afin d’obtenir un effet Bokeh (arrière-plan flou) de bonne qualité en mode portrait. La caméra frontale est quant à elle de 32 Mp, ce qui est amplement suffisant pour prendre des égoportraits pour les amateurs du genre. Malgré toute cette alléchante quincaillerie, il s’avère que les résultats ne sont pas au rendez-vous et grandement en retrait en comparaison avec le Pixel 3a de Google. Les couleurs, ainsi que les détails, manquent de précision. Cela laisse parfois l’impression d’avoir une image vidéo sur pause. L’approche de Samsung d’offrir le plus de caractéristiques techniques sur papier peut sembler fort alléchant pour une majorité de consommateurs, mais au niveau de la photo ce n’est pas nécessairement un gage de succès, car les résultats ne sont pas au rendez-vous, surtout en comparaison avec le Google Pixel 3a qui ne possède qu’une seule caméra arrière, certes, mais surtout d’une plus grande efficacité. Le grand-angle est un plus pour un téléphone de ce prix, mais il possède des lacunes similaires à la caméra principale. Le mode vidéo en 4k est quand même bien et le stabilisateur d’images fait du bon travail, ce qui place le A70 au sommet de sa catégorie.

Au moment d’écrire ces lignes, Samsung n’a pas déployé au Canada la mise à jour qui permet, entre autres, une amélioration de l’appareil photo, comme l’ajout d’un mode nuit.

L’appareil photo de 32 mégapixels donne un rendu honnête sans plus. Ce qui constitue ma plus grande déception à l’utilisation du Samsung Galaxy A70.

Le Samsung Galaxy A70 est un bon intermédiaire entre les modèles d’entrée de gamme (A20-A50) et les appareils au sommet de la pyramide (S10). Avec l’une des meilleures autonomies énergétiques du marché, Samsung est à l’écoute des besoins des consommateurs qui veulent utiliser aisément leur appareil une journée complète. Avec le A70, l’écart de performance et de qualité se resserre par rapport aux modèles haut de gamme, mais la compétition est grande de la part du Google Pixel 3a, qui présente des performances similaires. Hormis une légère déception au niveau de l’appareil photo, le Samsung Galaxy A70 est néanmoins un candidat de choix en termes de rapport qualité-prix.