Le trajet sur le barrage du réservoir Choinière a de quoi impressionner : de l’eau à gauche et un ravin de plusieurs mètres à droite.

Une boucle méconnue

CHRONIQUE / Plusieurs cyclistes connaissent la piste qui relie les villes de Waterloo et de Granby. La toute asphaltée Estriade célèbrera bientôt ses 30 ans à faire pédaler des milliers d’amateurs de vélo d’un peu partout au Québec.

On y roule habituellement aller-retour, en revenant sur ses traces pour profiter de l’envers du décor. Mais ce n’est pas tous les cyclistes qui savent qu’il est possible de faire une agréable boucle en passant par le parc national de la Yamaska.

Le parcours d’une cinquantaine de kilomètres permet de circuler dans des environnements différents sur un tronçon relativement plat.

On peut stationner la voiture à Waterloo, au coin des rues Western et Beaulac. Le point de départ se situe donc au parc connu pour son ancien wagon rouge.

Les guides touristiques suggèrent de prendre la boucle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, donc en suivant la direction de Warden, vers le parc de la Yamaska, et ensuite en direction de Granby, pour revenir vers Waterloo.

On évalue le dénivelé entre Waterloo et Granby à environ 90 mètres. On propose alors de faire la montée sur l’asphalte et de descendre sur le petit gravier, via le parc national. Mais en cas de vents soutenus dans l’axe, il est préférable de pédaler dans l’autre sens. Et comme il vente assez souvent...

Pour son quart de siècle, l’Estriade a été retapée. Sa surface présentait des signes de dégradation, sous forme de fissures, d’ondulations et d’ornières entraînant des accumulations d’eau. Depuis l’asphaltage en 2016, sa surface lisse a attiré plusieurs amateurs de douceur de roulement. Ce tronçon de 21 kilomètres, de Waterloo à Granby, n’a pas fini de faire parler de lui.

On pourrait améliorer encore plus l’expérience à mon avis en ajoutant des feux de circulation donnant priorité aux cyclistes voulant traverser les très passantes routes qui croisent la piste cyclable. 

Ceux qui veulent ajouter des kilomètres à leur trajet peuvent emprunter les pistes cyclables autour du lac Boivin et de ses bassins voisins à Granby. On mettra ensuite le cap vers le parc de la Yamaska. En arrivant au poste d’accueil, on signale qu’on veut le traverser. Il faut suivre les indications.

Le trajet offre du spectaculaire : rouler sur le barrage du réservoir Choinière. À gauche, l’eau de ce lac artificiel, et à droite, un ravin de plusieurs dizaines de mètres. Impressionnant.

On entre par la suite dans une forêt protégée sur quelques kilomètres. Les cyclistes aimeront rouler le long de la rivière Yamaska en direction est. On peut faire une pause et se mouiller les pieds en prenant place sur l’une des roches émergeant de la rivière. Bucolique!

La piste s’embranche sur la Campagnarde qui s’étire de Waterloo jusqu’à Drummondville. C’est de là qu’on rejoindra Warden, pour revenir au point de départ de cette boucle méconnue.

Les liens : https://www.estriade.net/

https://mrcacton.ca/vivre-et-decouvrir/piste-cyclable-la-campagnarde/

Mon truc du dimanche :

Un ami de jeunesse a pédalé de Toronto à Montréal via la piste Waterfront récemment. Il a eu recours aux services d’une entreprise qui s’est occupée des bagages, de l’hébergement et de l’itinéraire. Vraiment intéressant quand on veut se concentrer sur le sport et ne pas se casser la tête.  

Du lundi au dimanche: 

Plus de 120 cyclistes ont roulé en 2018 lors de la Randonnée vélo Mira, ce qui permis d’amasser 123 744$ pour la Fondation Mira. Le 16 août, on veut atteindre les 125 000$. Accompagnés d’encadreurs, les participants rouleront sur des parcours de 50, 75, 100 ou 125 km.  Pour s’inscrire: https://jedonneenligne.org/mira/campagne/velomira.


Vos suggestions et commentaires à cplante@latribune.qc.ca.

Twitter : @cplante2

Facebook : facebook.com/claude.plante2