Contenu commandité
La Tribune au Pérou
La Tribune au Pérou
Ces tables d’examen ont franchi le canyon du Pongo où coule le fleuve Urubamba à l’extrémité des Andes pour être offertes dans les communautés autochtones machiguengas du Pérou.
Ces tables d’examen ont franchi le canyon du Pongo où coule le fleuve Urubamba à l’extrémité des Andes pour être offertes dans les communautés autochtones machiguengas du Pérou.

Un long transport par voie navigable

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
CAMISEA, Pérou – Doter les communautés autochtones machiguengas de matériel médical adéquat n’est pas chose facile.

Échographes portatifs, appareils pour analyser le sang afin de détecter l’anémie chez les femmes enceintes ou appareils pour écouter le cœur du bébé ont été achetés, mais ont dû franchir par barque à moteur le difficile parcours qui mène à ces communautés éloignées du district de Megantoni dans la jungle du Pérou.

Ce matériel médical pour le suivi de grossesse acquis dans le cadre du projet de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants du Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke permet de prévenir les complications. 

« Il est possible de se rendre dans les communautés plus éloignées avec l’échographe portatif pour détecter les décollements de placenta, les malformations ou en cas de fausse couche. Nous n’avons pas d’appui de l’État pour ce type d’équipement », mentionne l’obstétricienne en chef des centres de santé de Megantoni, Angela Chavez Coca.

En juin dernier, les agents terrains de l’OGN péruvienne d’Ayni Desarrollo en partenariat avec le CSI, ont amené dans les communautés des tables d’examens pour les suivis de grossesse.

Pour atteindre la porte d’entrée de la jungle et rejoindre les communautés autochtones machiguengas du Pérou, il faut franchir le canyon du Pongo où coule le fleuve Urubamba à l’extrémité des Andes.

C’est après deux heures sur l’eau que l’on atteint le premier centre de santé à Timpia, puis trois autres heures que Camisea est rejoint. Certains équipements ont poursuivi leur route jusqu’à des communautés situées à plus de dix heures sur le fleuve.

Des tables d’examen, un défibrillateur pour enfants ou un appareil pour retirer le placenta ont été acquis dans le cadre du projet mis en place par le CSI. Ce sont plus de 324 631 Soles, soit près de 130 000 $ canadiens, qui ont été investis en équipement.

L’Hôpital de Quillabamba a aussi profité de certains de ces équipements à la hauteur de 60 713 Soles, soit environ 25 000 $ canadiens. René-Charles Quirion

Ce reportage a été réalisé grâce à l’appui financier du gouvernement du Canada accordé par l’entremise d’Affaires Mondiales Canada.