Dans la famille de Juliette Brun et Lionel May (absent sur l’image, mais c’est lui qui a pris la photo), les brownies sont une affaire de famille. La tribu a confectionné (et savouré) ensemble les nombreuses recettes qui figurent dans le tout nouveau bouquin <em>Les brownies de Juliette.</em>

Juliette Brun: les brownies du bonheur

CHRONIQUE / Précision : la lecture de cette chronique pourrait provoquer une irrépressible envie de cuisiner des douceurs chocolatées. Nous préférons vous en avertir. 

Mardi après-midi, à l’heure du thé ou du chocolat chaud, ça dépend de notre allégeance. J’appelle Juliette Brun sur son portable, elle me parle depuis l’une des animées succursales de Juliette & Chocolat. La Montréalaise a le rire franc, la parole vive et la bonne humeur contagieuse. Dans la façon chaleureuse qu’elle a de répondre, je reconnais tout de suite le ton ludique de l’appétissant livre qu’elle vient de lancer. Avec une entreprise florissante qui compte neuf succursales, la mère de cinq enfants de 3 à 13 ans ne manquait certainement pas de défis ni d’occupations. Elle a quand même trouvé le temps de boucler l’écriture d’un premier bouquin gourmand tout entier consacré aux brownies avec son conjoint et complice Lionel May.  

« On parlait de faire un livre depuis des années. Tellement que c’était devenu une sorte de running gag dans l’équipe de Juliette & Chocolat. On avait plusieurs idées sur la table. Les brownies, c’était l’une d’elles. Comme on avait accumulé plusieurs recettes au fil des ans, et puisque le brownie est notre plus grand vendeur chez Juliette & Chocolat, on a eu envie de se lancer. Il y a aussi que des brownies, on en fait beaucoup à la maison. C’est une activité de famille, ça fait partie de notre vie. C’est un projet qu’on pouvait faire ensemble, avec les enfants, et cette perspective nous plaisait beaucoup. »

Combinaison parfaite entre le sucré, le moelleux, le fudgy et le chocolat, le brownie avait cet autre avantage de ne pas être « prétentieux ». 

« C’est de la pâtisserie relativement simple à faire chez soi, elle n’est pas trop intimidante pour ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience culinaire, mais elle comble le bec sucré de tout le monde. » 

La fana de cacao a créé une imposante brochette de recettes browniesques. Des décadentes (avec du caramel salé ou aux trois chocolats), des fruitées (avec des bleuets ou des oranges confites), des plus sages (sucrées aux dattes ou végétaliennes aux patates douces et cajous), des étonnantes (avec de la Tequila et de la lime ou des poivrons confits) et des très chics (versions marbrées au tahini ou à la réduction de vin rouge et au fromage de chèvre). J’en passe, évidemment, parce que le recueil, divisé en chapitres inspirés, contient plus de recettes de brownies qu’on ne peut en cuisiner en une année. À moins de s’appeler Juliette, qui confie avoir testé, retesté et retesté encore ses délices à fort index glycémique... et à grand indice de bonheur. 

« On a plusieurs livres de cuisine à la maison. Parfois, les photos sont magnifiques, mais on a beau suivre la recette à la lettre, on n’arrive jamais au même résultat que celui du bouquin. Moi, je tenais à ce que les gens puissent reproduire exactement nos desserts. »

Les bols de pâte chocolatée ont été mitonnés par les parents et leur marmaille. 

Si le test de goût ne satisfaisait pas le palais des fins gourmets, la recette était revue et améliorée. 

Entre deux fournées et quelques photos des savoureux carrés, Lionel May dessinait les BD, très drôles, qui pimentent quelques pages du livre. 

« Je dois avouer que toutes les anecdotes familiales qu’il raconte sont véridiques. Ce ton-là, ludique et rigolo, c’est ce qu’on avait en tête avant de se lancer dans le projet. On a 13 valeurs chez Juliette & Chocolat et l’humour est l’une d’elles. La vie est tellement plus facile quand on rigole! Un peu d’autodérision, ça agrémente les journées. »

Un brin de folie aussi. Chez les Brun-May, le quotidien n’est pas que cacaoté, il est aussi pétri de fantaisie. 

« Je veux que la vie de mes enfants soit magique. On assume qu’on ne fait pas les choses tout à fait comme tout le monde et on ose agrémenter le quotidien avec de petits trucs farfelus. » 

Comment on arrive à ça, avec l’horaire chargé d’une cellule de sept, vous demandez-vous? 

« Déjà, on adopte un certain lâcher-prise. Dans la vie, on ne peut pas tout faire en même temps. On priorise donc certaines choses en se disant qu’on vivra bien avec ce qui n’est pas fait. On a une espèce de vie ordonnée dans notre chaos. Et chez nous, on fête les non-anniversaires. C’est-à-dire qu’une fois par mois, à la date de son anniversaire, chacun a sa journée spéciale, pendant laquelle les autres essaient de lui faire plaisir. Ce sont souvent de petites choses, des petits gestes. On mange ce qu’il préfère, on fait une activité qu’il aime, on écoute un film en famille, ça dépend. Ce n’est rien de bien sorcier, mais ça ajoute du pétillant. »

Dans ce joyeux quotidien, la cuisine est un formidable terrain de jeu et de retrouvailles. Le temps passé ensemble autour de la table ou de l’ilot est précieux. Et significatif.  

« On cuisine beaucoup avec les enfants, et pas que des brownies. Quand on fait de la pizza, par exemple, on fait tout. La pâte, la sauce et parfois même le fromage. Mais pas tout le temps, je vous rassure (rires)! Je trouve ça important de comprendre comment les choses sont fabriquées. Quand on me demande d’où me vient cet appétit pour la bonne bouffe, je pose la question : mais qui ne l’a pas, cet appétit? Manger, c’est ce qu’on fait le plus dans une journée. On s’attable quand même trois fois par jour. Et dans mon cas, ce serait plutôt six, si je compte les collations (rires). Sérieusement, peut-être parce que j’ai beaucoup voyagé dans différents pays en voie de développement, j’ai vu et mesuré à quel point, partout sur la planète, c’est la nourriture qui nous rassemble. » 

Après tout, le bonheur se trouve souvent dans ces petits moments-là où on est ensemble. Autour d’un plat. Ou d’un brownie.

Juliette Brun, Les brownies de Juliette, Les Éditions La Presse200 pages