Grand rendez-vous pour les Perséides

C’est le temps de faire des vœux : le spectacle annuel des Perséides bat son plein, et celui-ci sera à son apogée dans la nuit des 12 et 13 août.

À l’ASTROLab et à l’Observatoire populaire du Mont-Mégantic, on a l’esprit à la fête. Les festivités entourant les Perséides ont débuté vendredi et se poursuivent jusqu’au 14 août.

« L’Observatoire populaire, au sommet du mont Mégantic, est déjà complet. Et c’est presque vrai également pour le camping, dans le secteur Franceville du parc national. Les capacités d’accueil sont limitées, mais les gens peuvent venir à la base de la montagne, à l’ASTROLab, sans réservations. C’est le même ciel, évidemment, les Perséides y sont également présentes », indique le directeur scientifique à l’ASTROLab, Sébastien Giguère.

« Les nuits des 12 et 13 août, les Perséides sont à leur maximum, une centaine d’étoiles filantes peut être aperçue à l’heure. Il y en a dans tout le ciel et il faut être perspicace pour les voir toutes! Mais les autres soirs, c’est aussi très bon. Les 10, 11, 14, 15 et 16 août représentent des nuits intéressantes. Le 8, on en voit déjà, tout le mois d’août, c’est un bon mois. Mais durant l’année, on peut également en voir, cela peut tomber à seulement 5 à l’heure! 2018 est une bonne année, car il n’y aura pas de lune pendant les Perséides, ce qui amoindrit la chance d’en voir quand la lune est présente! », avance M. Giguère.

À l’ASTROLab, au pied de la montagne, des animateurs ont préparé des activités avec des télescopes.

Des soirées d’observation sont prévues jusqu’au 14 août. Ces étoiles sont facilement observables même à l’œil nu, si Mère Nature le permet. Sur place, on peut en apprendre davantage sur ce phénomène scientifique, la mythologie qui les entoure depuis la nuit des temps et sur l’astronomie en général.

Une présentation multimédia est également accessible. En cas de mauvais temps, tout l’arsenal audiovisuel et astronomique du site est mis à contribution, de même qu’une causerie spéciale sur la mythologie grecque.

« Les Perséides viennent d’une rivière de poussières laissée dans l’espace par le passage d’une comète. Il faut être patient, s’habiller chaudement pour être confortable, car la nuit, la température peut descendre passablement en altitude. Et être attentif, car souvent on entend quelqu’un dire : « Je n’en ai pas vu! » alors que les autres, c’est le contraire. C’est souvent la personne qui jase le plus avec les autres qui n’en voit pas! » conclut M. Giguère.

De plus en plus populaires, les Perséides

« Chaque année, nous sommes en augmentation d’affluence pour les activités entourant les Perséides, comme pour la plupart des activités d’ailleurs. L’an dernier, nous avons reçu 6 pour cent plus de visiteurs qu’en 2016, où nous avions connu une augmentation de 15 pour cent par rapport à 2015. En 2015, notre virage famille et sa stratégie nous avaient apporté une affluence supplémentaire de 25 pour cent par rapport à 2014. C’est phénoménal d’une année à l’autre », s’exclame Marie-Georges Bélanger, responsable du service à la clientèle au parc national du Mont-Mégantic.

Les activités sont entièrement gratuites pour les enfants de 17 ans et moins. 

D'autres suggestions pour observer la pluie d'étoiles filantes

Si vous êtes à la recherche d’un endroit intime pour observer les Perséides, le camping Kassyoppée de Notre-Dame-des-Bois et le gîte Les Trois Étangs de La Patrie sont d’excellents endroits pour vous. Des experts seront sur place du 10 au 14 août pour expliquer le phénomène aux observateurs. 

Situés dans la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic (RICEMM), une des 11 désignées par la Société royale d’astronomie du Canada, ces endroits font partie des lieux les plus sombres en région pour observer les Perséides. 

« Le camping Kassyoppée est assez sauvage, il y a très peu de pollution lumineuse ambiante pour éclaircir le ciel », explique Raymond Fournier, amateur d’astronomie et président fondateur du club CAPRICE. « On devrait être très chanceux cette année, les prévisions météorologiques annoncent du beau temps pour toute la période. »

C’est dans la période du 10 au 14 août que le phénomène est à son apogée. 

« C’est une belle opportunité de passer du temps en famille avant le début de l’année scolaire. L’observation céleste est une activité qui fascine l’être humain depuis ses débuts et la période des Perséides est un excellent moment pour intéresser les enfants à ces phénomènes », dit-il. « Ça émerveille les petits comme les plus grands. »

M. Fournier sera au camping Kassyoppée pour partager ses connaissances avec les observateurs et faire de l’animation. Il va expliquer ce que sont les Perséides, faire de l’observation planétaire en groupe, montrer des vidéoclips de phénomènes célestes avant de laisser place à l’observation toute la nuit durant. 

« À partir de notre site, on est en mesure d’observer quatre planètes, aussi! Ça met les visiteurs en contexte avant de les laisser observer le ciel toute la nuit », explique-t-il. 

« C’est tout un spectacle. Les gens peuvent observer le ciel et voir ce phénomène naturel. Justement, chacun des villages de la Contrée du Massif de Mégantic a sa constellation. Je vais montrer chacune d’elles aux observateurs qui vont être avec nous au camping », poursuit M. Fournier. 

La Patrie

Du côté de La Patrie, l’astrologue amateur avec plus de 38 ans d’expérience Patrice Amyot propose aux gens qui louent une chambre à son gîte les Trois Étangs d’observer le ciel à longueur d’année.

« C’est mon projet de retraite que j’ai commencé il y a deux ans. J’aime pouvoir partager ma passion et mes connaissances avec les visiteurs du gîte. Je vais certainement maximiser l’accent sur les étoiles filantes vu que c’est la période forte, mais on y observe tous les phénomènes célestes tout au long de l’année », raconte M. Amyot. 

En plus de partager ses vastes connaissances sur les composantes présentes dans le ciel par-dessus nos têtes, le passionné d’astrologie fait regarder le ciel profond aux visiteurs à l’aide de son télescope.

Il profite de sa tribune pour sensibiliser les visiteurs aux conséquences de la pollution lumineuse. 

« Avec l’étalement urbain qui ne cesse de progresser, on est en danger de perdre ce qui reste de ciel étoilé dans le monde. Il est important d’agir à petite et grande échelle pour freiner ce phénomène et garder le spectacle naturel mystique qu’est le ciel étoilé, qu’on n’est plus en mesure d’observer dans les grandes villes », conclut l’homme, déterminé à faire profiter les futures générations des plaisirs procurés par l’observation céleste. 

Par ailleurs, le festival « La tête dans les étoiles » invite les astronomes et les amoureux d’étoiles au sommet du mont Hereford, 3e plus haut mont en Estrie, le samedi 18 août. Des astronomes du Club d’astronomie amateur de Sherbrooke sera sur place avec des télescopes. L’événement lancé en 2005 organisera trois montées en autobus à 19 h 20, 20 h et 20 h 40 (dernière montée au pied de la montagne)

En cas de pluie, l’activité est annulée. Téléphonez au 819 849-4443 pour vérification.