On enfile les crampons sur les bottes d'hiver et l'on attaque dans une quasi-ligne droite les 713 mètres donnant accès à une vue tous azimuts sur les paysages dénudés des Cantons-de-l'Est.

Dompter le mont Ham avec des crampons

Franchir une barrière de glace à coups de crampons, voilà l'expérience d'entre-saison qu'il est possible de vivre au mont Ham.
Cette période entre la neige de l'hiver en raquettes et la boue du printemps avec les bottes en caoutchouc apparaît le moment idéal pour initier la famille à un nouveau type de randonnée.
On enfile les crampons sur les bottes d'hiver et on attaque dans une quasi-ligne droite les 713 mètres donnant accès à une vue tous azimuts sur les paysages dénudés des Cantons-de-l'Est.
Le parc régional du Mont-Ham s'avère être un terrain de jeu idéal pour grands et petits.
La piste l'Intrépide et ses 1,9 kilomètre demeure un défi intéressant particulièrement dans la dernière section. Les rochers encore bien glacés rappellent que les crampons sont non seulement un bon moyen de progresser, mais sont un incontournable.
Des cordes installées sur la paroi rocheuse permettent de sécuriser la montée.
C'est d'ailleurs cette section que les enfants préfèrent.
À chaque visite, ils anticipent ce tronçon de piste où ils se prennent pour des alpinistes en herbe.
Tout au long de la montée, le coup d'oeil derrière soi offre des points de vue magnifiques sur la région, alors que devant se dressent des cascades d'eau glacées sur les rochers qui prennent des teintes bleutées, jaunes ou verdâtres.
Mais le sommet garde toujours un attrait particulier que ce soit la première ou la dixième ascension.
En cette fin d'hiver, la neige a été balayée par les forts vents qui soufflent de façon continue.
Le temps des photos ou « selfie » d'usages près de la croix et des balises du sommet, puis on reprend la route inverse, mais par une piste moins abrupte... et un secteur moins venteux.
La « panoramique », comme son nom l'indique, sillonne la montagne en descente.
Encore une fois, les crampons sont nécessaires.
Comme les enfants, on se laisse aussi prendre au jeu à descendre certaines pentes sur les fesses, mais gare au coccyx.
Pas de crampons dans l'équipement, pas de problème, il y a moyen d'en louer pour 5 $ au chalet d'accueil en bas de la montagne.
Une randonnée de deux à trois heures, tout dépendant du rythme ou des pistes choisies.
Le choix de piste tout autour de la montagne permet même d'allonger la journée.
Si la glace n'est pas toute fondue, l'expérience crampons pourra même se vivre une fois le jour tombé avec des randonnées de nuit les 7 et 8 avril.
Nuit en refuge
Pour ceux qui veulent prolonger l'expérience au mont Ham, il y a possibilité de dormir au parc régional du Mont-Ham qui offre plusieurs types d'hébergement de plein air.
Trois camps rustiques situés à environ 600 mètres du chalet d'accueil offrent un camping hiver un peu plus luxueux.
Un poêle à bois, le bois étant fourni, et des matelas assurent le confort des occupants. Les toilettes sèches, l'absence d'eau courante et surtout d'électricité invitent les enfants à se plonger dans des conditions du début de la colonisation.
Il faut cependant éviter de surcharger à plus de six personnes les camps rustiques.
Cinq tentes prospecteurs pour quatre ou huit personnes poussent encore plus loin l'aventure en saison hivernale.
Et les prix demeurent vraiment abordables soit 35 $ par personne pour les camps rustiques et 25 $ par personne pour les tentes prospecteurs. Et c'est gratuit pour les enfants.
À ce prix, le droit d'accès aux sentiers est inclus et la souriante préposée du parc régional vous accueille avec « sac de bienvenue » contenant le nécessaire pour la nuit au camp rustique ou la tente prospecteur.
Avenante, attentive à faire vivre une expérience de plein air agréable, c'est elle qui nous a proposé de troquer les raquettes pour découvrir les crampons.
Elle nous a aussi offert la possibilité de vivre l'expérience du disc-golf au bas de la montagne. Une belle façon de s'initier à ce sport en forêt.
Et pour ceux qui anticipent manquer de confort, il y a même des jetons pour la douche au chalet d'accueil.
Pavillon d'accueil dont la rénovation a été complétée à l'automne 2016 grâce à une subvention de plus de 400 000 $.
Pour ceux qui ont une fringale après l'ascension, les pizzas maison et même la bière de la microbrasserie Moulin 7 d'Asbestos sont offertes dans un décor magnifique dont plusieurs pièces d'ébénisterie ont été offertes par le voisin de la montagne.
Le mont Ham se vit vraiment en toute saison.
Quand ce n'est pas avec les couleurs d'automne, la fraîcheur du sommet en été, la poudreuse hivernale, la glace à l'approche du printemps donne un cachet qu'il faut découvrir.