Le vignoble de Valdobbiadene

Des bulles de qualité supérieure

CHRONIQUE / Me voilà sur la route ondoyante qui relie la ville de Conegliano et le village de Valdobbiadene, dans la province de Trévise en Vénétie. La topographie évolue rapidement au fur et à mesure qu’on dévale la trentaine de kilomètres qui sépare les deux communes. De légèrement vallonné à Conegliano, le terrain devient fortement accidenté à Valdobbiadene. C’est ici, dans la contrée luxuriante des préalpes, où s’élèvent à perte de vue les vignes de glera, que l’élite du prosecco prend vie.

Pas étonnant que ce jardin d’Éden du nord-est de l’Italie soit candidat pour devenir un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Si le jugement s’avère positif, il s’agira d’une seconde distinction déterminante en peu de temps pour cette région scénographique qui a été élevée au rang de DOCG (Dénomination d’origine contrôlée et garantie) en 2009, le plus haut niveau de qualité italien. Conegliano valdobbiadene prosecco superiore DOCG représente le cœur et l’origine du vin effervescent éponyme — une forteresse de quelque 7500 hectares au milieu de la vaste prosecco DOC (20 000 hectares) qui s’étend de la Vénétie au Frioul-Vénétie Julienne.  

150 ans de prosecco

L’effervescente histoire du prosecco commence il y a tout juste 150 ans, à la fondation de Carpenè Malvolti, premier et plus ancien établissement viticole dans les régions de Conegliano et Valdobbiadene. Après une escale en Champagne, Antonio Carpenè revient à Treviso avec l’intention de faire un mousseux italien. Mais pas question de planter du chardonnay ou du pinot noir, il tient mordicus à travailler avec le cépage indigène de la région, le glera, alors connu sous le nom de « prosecco ». Après des essais en méthode traditionnelle (comme en Champagne), force est d’admettre que ça ne fonctionne pas. La forte acidité et le caractère aromatique du glera s’avèrent incompatibles avec cette technique de vinification. Puis, au fil des recherches et perfectionnements de la méthode charmat (ou martinotti en Italie), Carpenè Malvolti est devenue la première maison italienne à produire un prosecco mousseux — avec deuxième fermentation en cuve close.

De 1968 à 2018, les cinq générations de Carpenè se sont révélées très impliquées dans le développement et le rayonnement de leur région viticole, en laissant d’ailleurs en héritage la toute première école œnologique du pays. Leur succès s’appuie aussi sur une étroite collaboration avec une centaine de familles, certaines avec lesquelles ils travaillent depuis cinq générations. Depuis ses débuts, la maison s’est engagée à respecter et à reconnaître l’expertise des vignerons locaux en achetant leurs raisins plutôt qu’en tentant d’acheter leurs vignes. « Ils produisent les meilleurs raisins, nous on se concentre à produire le meilleur vin! » lance Domenico Scimone, directeur des ventes et marketing.

Une DOCG de plus en plus verte

Sur la route vers Conegliano, l’œnologue en chef de Carpenè Malvolti me fait remarquer que « plus souvent qu’autrement, les vignerons ont planté à même leur propriété. Dans la cour arrière et devant la maison! » Il va sans dire qu’ils n’iront pas y mettre n’importe quoi. D’ailleurs, il y a un détail qui attire rapidement l’attention. Tout est si… vert. Depuis 10 ans, le consortium de la DOCG a mis sur pied une série de projets pour le développement d’une viticulture plus respectueuse de l’environnement et de ceux qui l’habitent. Au programme : valorisation de la biodiversité, transformation des déchets de taille et de marcs de raisins en énergies renouvelables et réduction des produits phytosanitaires. Justement, il y a cette odeur familière qui chatouille l’odorat en foulant des pieds une quelconque parcelle. Tiens, tiens, on vient d’épandre des résidus de raisins pressés dans les rangs enherbés, en guise d’engrais. C’est bon. Les bottines suivent les babines.

Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore DOCG

Il n’y a que les Italiens pour faire des dénominations aussi longues. N’empêche qu’on leur pardonne puisqu’ils font là un sapristi de bon jus. Les raisins de la DOCG, vautrés entre la mer Adriatique et les Dolomites, qui apportent respectivement un souffle chaud de jour et un vent frais de nuit, développent une forte acidité grâce à l’écart thermique. Les rendements sont plus restreints que pour la DOC Prosecco, et les vins plus complexes. Ce qui va probablement à l’encontre de discours qualifiant le prosecco de « simple ».

Domenico parle du prosecco comme d’un « bon ami ». Il n’aurait pu mieux dire. C’est l’ami vers lequel on se tourne quand on veut passer un bon moment, peu importe l’occasion ou l’heure de la journée. Le copain énergique, un peu caméléon, qui sait se doser selon la compagnie, sur la table et autour. Ce sont les bulles avec lesquelles on s’autorise à faire pop! sans raison apparente. Qu’il fait bon festoyer sans avoir à y laisser sa chemise.

Conegliano valdobbiadene prosecco superiore, 1868 Brut, Carpenè Malvolti
17,10 $ • 591 289 • 11 % • 7 g/l

Le glera s’annonce discrètement - sur des notes nettes d’agrumes et de fleurs. Il émane du verre une grande fraîcheur, un croquant qui se tient bien droit sur la corde raide de l’équilibre. L’effervescence est fine, soutenue et festive. Ça s’annonce parfait à l’apéro, avec des pâtes aux légumes ou un poke bowl.

Prosecco 2017, V8+ Brut, Ottopiu
19,85 $ • 13 734 177 • 11 % • 11 g/l

Un prosecco DOC en toute simplicité idéal pour dégourdir papilles et amis. Les arômes subtils de melon miel s’amènent comme une bouffée d’air frais. Joli et désaltérant!

Caroline Chagnon était l’invitée de Carpenè Malvolti.