Daniel Barriault, Jacob Racine et Frédéric Dion, le trio qui tentera d’atteindre le pôle intérieur de l’Amérique du Sud cet automne.

De la banquise à l’Amérique du Sud

Frédéric Dion, Daniel Barriault et Jacob Racine se sont retrouvés sous les feux des projecteurs, le mois dernier, après avoir dérivé sur une banquise entre Trois-Rivières et Québec. L’exploit, très médiatisé, n’était qu’un exercice en vue de l’automne prochain, où ils souhaitent atteindre le pôle intérieur de l’Amérique du Sud. Pour atteindre ce point situé quelque part au Brésil, ils devront entre autres franchir le désert de l’Atacama, le désert de sel de Bolivie, les Andes et naviguer sur une source de l’Amazone. La Tribune s’est entretenue avec les trois aventuriers alors qu’ils seront de passage à Sherbrooke pour présenter leur conférence en mai prochain.

Rappelons qu’au cours des 10 prochaines années, Frédéric Dion souhaite atteindre les pôles intérieurs (le centre) des continents, de l’Amérique du Sud jusqu’en Australie. 

Il a atteint le centre de l’Antarctique en skis tractés par un cerf-volant en 2014.

Un rêve qui s’est créé par « désir de faire le tour du monde, de voir les plus beaux paysages, de faire quelque chose qui n’a jamais été fait ». 

« Ce qui m’attire dans cette idée, c’est de visiter les endroits les plus reculés, les plus exceptionnels, les plus inhabituels », lance-t-il. 

Le plus grand défi de sa vie, même si l’aventurier mauricien a cumulé une cinquantaine d’expéditions de tous genres au cours des seize dernières années. On le connaît notamment pour sa traversée de l’Antarctique en solo et pour avoir été largué au Yukon pendant 10 jours sans eau ni nourriture.

Cette fois, il s’entoure de Daniel Barriault et de Jacob Racine pour ce périple de deux mois et d’environ 2500 km en Amérique du Sud, qui les fera voyager du Chili au Brésil. Un grand projet dont les trois aventuriers parleront plus en détails dans la conférence En route vers l’Amérique du Sud, et au cours de laquelle ils reviendront aussi sur l’Opération banquise. 

Le trio lors de l’Opération banquise, à la fin mars. L’aventure consistait à dériver entre Trois-Rivières et Québec.

« On s’est connu sur le tournage d’Expédition extrême », raconte le grand voyageur de 41 ans, en soulignant que les deux comparses s’occupaient de la régie et de la production. Daniel Barriault et Jacob Racine, eux, se connaissent bien : ils ont déjà tenté de faire la traversée de Sainte-Flavie à Percé à travers les Chic-Chocs.

« Je ferais le tour du monde avec ces gars-là, lance Frédéric. La chimie a opéré de A à Z (lors de l’Opération banquise). Même privés de sommeil, dans la controverse, ces gars-là sont les meilleurs coéquipiers que je pouvais trouver, j’en suis convaincu », dit-il en faisant allusion au mécontentement exprimé par certains intervenants au sujet de leur navigation. 

La préparation en vue de cet automne se fait sur plusieurs fronts : physique, technique, mental... Et l’aventure se déclinera à la marche, en vélo, sur l’eau... 

« C’est de continuer ce qu’on fait avec passion. L’entraînement fait partie de nos vies quotidiennes », note Frédéric Dion en citant l’importance d’éviter les blessures. « Le meilleur équipement, c’est la condition physique et mentale. »

C’est la passion du plein air et de l’aventure qui a mené Daniel Barriault, surintendant de chantier dans la construction, à se retrouver dans l’univers télévisuel. 

Il compte plusieurs courses de vélo, d’ultramarathons et de raids d’aventure à son parcours. 

Ce natif de la Gaspésie âgé de 34 ans habite St-Jérôme. « Ça va être tout un baptême d’être avec Jacob et Frédéric. Quand Frédéric t’appelle et qu’il a besoin de toi, c’est une belle fleur qu’il te fait. » 

Comment voit-il le défi qui s’annonce en novembre? « Je fais des courses de vélo de route, ça dure trois ou quatre heures, c’est intense. Là, ça va être sur une longue échéance, ça va être de tempérer mon effort. Le corps s’adapte, je vais être capable », souligne-t-il en ajoutant que ce sera sa première vraie grosse expédition. Celle-ci amènera son lot d’inconnus. « La jungle, ça me rend un peu plus insécure. Il y a des bibittes qu’on ne connaît pas. »

Guide d’aventure, Jacob Racine rit quand je lui dis que j’ai sourcillé en voyant le désert de l’Atacama dans leur parcours. Un des endroits les plus arides du monde, quand même. Il avoue du même coup qu’il compose beaucoup mieux avec le froid qu’avec la chaleur, qu’il redoute dans l’équation. 

« Pour moi, l’Amérique du Sud, ça va être un beau trip humain. Ce n’est pas juste un exploit sportif, on va aller à la rencontre des gens du Brésil, du Chili, de la Bolivie. On va apprendre à parler espagnol, portugais... On va descendre l’une des sources de l’Amazone. Il y a une source qu’on est incapable de voir sur Google parce que c’est un immense canyon. C’est ce que je trouve intéressant: ça nous permet de sortir de notre zone individuelle. On va dépendre des informations, des relations qu’on va développer avec les gens que l’on croise. »

Jacob Racine ne manque pas d’humour et de franchise. 

« Dans le groupe, c’est moi le moins fort. Je suis le papi de la gang. Une de mes hantises c’était de suivre ces gars-là », lance en riant celui qui court 40 km par semaine en vue de l’expédition.

Il a cependant l’habitude des longues aventures en équipe. 

Au cours de l’expédition Karibu, il a traversé le Québec en ski entre Montréal et Kuujjuaq, aux côtés de Marie-Andrée Fortin, originaire de Richmond, Sébastien Dugas et Bruno-Pierre Couture. Le quatuor a parcouru quelque 2200 km en 130 jours. 

Il a aussi pris part à Destination Nord-Ouest, où les participants revivaient une expédition d’Alexander Mackenzie en affrontant la rivière de la Paix. Il a beaucoup appris de ces expéditions. « Souvent, la fatigue et le manque de bouffe font qu’on réagit plus promptement. C’est d’en prendre et d’en laisser », dit celui qui espère que ses expériences serviront au trio.

Jacob Racine est aussi un expert des... malchances. Des anecdotes survenues au fil de ses aventures, qu’il prend plaisir à raconter dans un show qu’il a créé, Paratonnerre à badlucks. Les spectateurs du Rendez-vous Osez l’aventure le 27 avril à Trois-Rivières pourront d’ailleurs l’entendre avec toute la brochette d’invités, dont Mario Cyr et Frédéric Dion.

Vous voulez y aller?

Rendez-vous Osez l’aventure

Trois-Rivières, 27 avril
 

En route vers l’Amérique du Sud

Auditorium de l’école Chavigny, Trois-Rivières, 3 mai 

Le Parvis, Sherbrooke, 9 mai

Cégep Garneau, Québec, 10 mai