Jonathan Custeau
Le parc national des Grands-Jardins est l’un des sites les plus visités dans Charlevoix.
Le parc national des Grands-Jardins est l’un des sites les plus visités dans Charlevoix.

Charlevoix, roi des plus beaux villages

CHRONIQUE / Mon ami torontois n’en pouvait plus de la grande ville. « Emmène-moi quelque part où c’est calme! » qu’il a insisté. J’ai tout de suite pensé à Charlevoix, que je ne connaissais pourtant pas plus qu’il faut. Parce que le fleuve. Parce que l’immensité de la nature. Parce que tous ceux que je connais, quand ils veulent se ressourcer, ils vont dans Charlevoix.

Nous avons abouti à Boston, parce que le gars qui navigue entre les klaxons et le béton à longueur de vie, il avait peur au choc culturel s’il devait côtoyer l’immensité et le silence. Mais moi, je l’avoue, j’étais déçu de ne pas poser mes yeux d’adulte partout dans Charlevoix.

Dans ma tête, la région touristique au nord-est de Québec, c’est La Malbaie et les baleines, qui se faisaient timides chaque fois que je passais par là, enfant. C’est Baie-Saint-Paul, pour ses nombreuses galeries d’art, et la nature, entre autres le ski au Massif, une montagne aussi connue pour ses enivrantes descentes en luge.

Bien sûr, il n’est pas encore temps de voyager, ni même de planifier des déplacements pour l’été qui s’en vient. Mais à défaut de savoir quand on pourra jouer les touristes, je continue de me préparer, à apprendre à mieux connaître mon Québec. Pour découvrir Charlevoix sous toutes ses coutures, j’ai fait appel à Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix.

Avant de vous déplacer dans les prochains mois, assurez-vous que les lieux que vous comptez visiter sont ouverts et disposés à vous recevoir.

Q Quelles sont les attractions les plus populaires dans Charlevoix?

R Ce sont évidemment les Croisières AML, à Baie-Sainte-Catherine, qui se positionnent comme le troisième produit touristique d’exportation au Québec après les villes de Montréal et Québec. Ce sont les croisières qui permettent d’observer les baleines. Nous sommes aussi connus pour le Casino de Charlevoix, qui accueille surtout des touristes, et nos deux parcs nationaux, soit le parc des Grands-Jardins et le parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie.

Q Justement, ces parcs sont-ils les meilleurs pour prendre une pause en nature?

La rue Saint-Jean-Baptiste, à Baie-Saint-Paul, est bordée de galeries d’art.

R Nous avons longtemps pensé que les gens venaient pour un séjour contemplatif en nature, mais nous avons pris un virage beaucoup plus actif. Les visiteurs s’adonnent de plus en plus à la randonnée. D’ailleurs, un sondage réalisé l’été dernier nous démontre que près de 75 % des visiteurs ont réalisé au moins une activité de randonnée pendant leur séjour.

Mon gros coup de cœur est le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, avec le mythique sentier de l’Acropole-des-Draveurs. On y trouve des paysages dignes des endroits les plus exotiques. Sinon on peut se promener en vélo ou faire un tour de bateau-mouche. Les sentiers sont souvent fort fréquentés, et parfois étroits. Il est possible que la distanciation physique y soit difficile.

J’aime bien aussi le sentier des Caps au parc national des Grands-Jardins.

Q Que recommanderiez-vous aux plus gourmands?

R Parmi nos classiques, nos fromages sont assez connus, dont celui de la Maison Maurice Dufour, à Baie-Saint-Paul. Il faut aussi goûter les viandes bios de Charlevoix.

Dans les plats typiques, je pense aux pâtés croches, qui sont une spécialité de L’Isle-aux-Coudres. C’est un semblant de tourtière, mais pour en connaître l’histoire et la recette, il faut aller à L’Isle-aux-Coudres, entre autres à la Boulangerie Bouchard.

Nous avons la Route des saveurs, où les producteurs agrotouristiques se sont mis ensemble. Il y en a pour tous les goûts : du canard, de la saucisse, du fromage et même du gin. Nous sommes une région agrotouristique où le côté gourmand fait partie de notre identité.

Q Quels villages nous permettraient de rencontrer les Charlevoisiens, de témoigner de la beauté de la région?

R Il est vraiment agréable de s’arrêter dans les petits villages comme Les Éboulements et Saint-Irénée. Ils font partie des plus beaux villages au Québec. On peut y rencontrer des artisans qui partagent leur passion. Ces villages-là sont bien situés au bord du fleuve. On peut s’y poser et Saint-Irénée possède sans doute une des plus belles plages de la région.

On peut aussi penser à Port-au-Persil, dans Saint-Siméon. Chaque fois que j’ai de la visite, je l’amène là. Le quai est aménagé. Il y a des chaises longues pour s’arrêter et l’église permet de croquer des images typiques des cartes postales. C’est une des forces de la région, aussi, d’aller voir les artistes directement dans leur atelier, comme à Port-au-Persil, et d’apprendre sur leurs techniques.

En tout, nous avons six villages dans l’Association des plus beaux villages du Québec. Nous sommes la région qui en a le plus. S’ajoutent Saint-Joseph-de-la-Rive, Pointe-au-Pic et Cap-à-l’Aigle.

Q Quelles activités intérieures recommandez-vous pour les jours de pluie?

R Pour un territoire de notre taille, il est étonnant de voir la quantité de musées, dont le Musée de Charlevoix, à La Malbaie, et le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Montréal et Québec sont habitués d’avoir ce genre de musée, mais c’est un atout pour la région. À Baie-Saint-Paul, il y a aussi la rue Saint-Jean-Baptiste, où on peut se promener de galerie en galerie.

Charlevoix compte six villages membres de l’Association des plus beaux villages du Québec, dont celui des Éboulements.

Q Quel serait le secret bien gardé de Charlevoix?

R Sans doute le Musée maritime. On y expose l’histoire des navigateurs. C’est parfait pour se replonger dans l’histoire de la région. On peut s’y asseoir dans la cale d’une goélette, où on trouve des écrans géants, du son, de la narration. Et ce n’est pas un musée intérieur. Nous sommes au bord du fleuve. Donc nous espérons que quand le gouvernement prendra sa décision pour l’ouverture des musées, il tiendra compte de cette particularité.

Q En terminant, quel serait le mythe que vous souhaiteriez déconstruire à propos de votre région?

R Nous avons toujours été vus comme une destination pour les couples, mais on voit de plus en plus de familles. Les statistiques des parcs nationaux montrent que nous avons beaucoup de jeunes visiteurs. Le train de Charlevoix est parfait pour les familles. Nous essayons d’ailleurs d’y faire de plus en plus d’interprétation.  À noter que le train restera en gare tout l’été.