Même si les plages situées devant les petits hôtels et les villas de Cayo Largo offrent un paysage à couper le souffle, rien ne bat le sable des plages Paraiso et Sirena.

Cayo Largo : seul au monde

Se sentir comme Tom Hanks dans le film Seul au monde. Il n’y a peut-être pas beaucoup d’attractions à Cayo Largo, mais sur les plages désertes de l’île cubaine, il y a cette sensation de plus en plus difficile à trouver dans les destinations touristiques.

À Cayo Largo, il n’y a qu’un village. On y trouve une marina, une boutique, un bar, un restaurant, une banque, des bassins pour tortues et... un salon de bowling.

Sinon, il y a des plages et encore des plages. Une vingtaine en fait. Normal que ces quelques centaines de touristes répartis sur l’île de 25 km par 3 km puissent trouver une façon de s’évader seul sur la plage. 

La plus populaire : la plage Sirena. Pour s’y rendre, vaut mieux prendre un bateau. Ce qui limite justement le nombre de personnes sur cette longue plage.

Au quai, un restaurant, un bar et une boutique nous y attendent. Ainsi qu’une plage tellement large qu’elle nous oblige à marcher trois ou quatre minutes en ligne droite dans un sable profond avant d’atteindre la mer turquoise.

Comme sur bien des plages touristiques, il y a ces Cubains qui attendent les vacanciers avec des chaises longues à louer à seulement deux pesos convertibles. Pour les enfants ou les sportifs, quelques buts de soccer, des terrains de volleyball, des kayaks et des catamarans.

Pour les marcheurs : des kilomètres et des kilomètres de plages avec une eau calme et peu profonde, de grandes étoiles de mer et même un trou noir dans lequel il est possible de plonger à partir de la plage.

Ensuite, un peu plus loin, l’une des plus belles au monde : la plage Paraiso. La quatrième selon les utilisateurs de tripadvisor.com. Plus sauvage encore et moins achalandée, même s’il est possible de l’atteindre à partir de la plage Sirena.

Pour les adeptes de naturisme, les extrémités de plage permettent ce genre de pratique. Mais autour des quelques villas et des sept hôtels de l’île, tout le monde se promène en maillot.

Quelques plages d’hôtel ont malheureusement été dévastées par l’érosion et les ouragans lors des dernières années. On pense entre autres à celle de Playa Blanca et de la Villa Iguana. 

Or, il suffit de marcher quelques minutes pour tomber sur une autre plage de rêve. La location de mobylettes ou de véhicules tout-terrain est également fréquente et assez utile et sécuritaire sur cette île.

Ce moyen de transport peu dispendieux permet d’accéder aisément à toutes les plages pour y trouver entre autres les meilleurs sites de plongée en apnée ou sous-marine. 

Question de sortir de la routine, des tours de catamaran, des sorties organisées pour la plongée et des excursions en haute mer pour la pêche peuvent être des solutions parfaites et peu coûteuses.

À Cayo Largo, impossible toutefois d’y trouver de grands hôtels cinq étoiles. Les villas y sont prisées, tout comme les plus petits hôtels un peu vieillots pour la plupart, mais charmants. De nouvelles villas apparaissent peu à peu sous forme de bungalows, mais aucun hôtel d’importance ne semble en construction.

Ce qui assurera cette tranquillité qui constitue la signature de Cayo Largo, l’un des oasis de paix les plus accessibles pour de nombreux Québécois.