Dans le village d’Oudenaarde, on retrouve la brasserie Liefmans.

Voyage brassicole en Belgique (2e partie)

CHRONIQUE / Profitant d’un voyage en Belgique, accompagné de 35 passionnés de bières, je vous invite à découvrir ce pays de la bière, berceau de la culture brassicole qu’on trouve à chaque coin de rue. Ma chronique vous est proposée en deux parties, récit de notre voyage.

Flandre occidentale
Dans le village d’Oudenaarde, on retrouve la brasserie Liefmans. Au fil du temps, elle a été une actrice importante de la culture contemporaine. On y brassait une bière acidulée qui a fait la réputation de la brasserie. Aujourd’hui, seules les installations de fermentation sont encore en activité – on veut garder la flore et le terroir — mais les installations de brassage se visitent et offrent un superbe témoignage du passé.

L’autre brasserie qui a considérablement influencé le savoir-faire des brasseurs nord-américains est sans contredit Rodenbach. Ses grands foudres de bois, prêts à accueillir le moût de bière pour une très longue période de fermentation, ont inspiré bon nombre de brasseurs qui appliquent l’affinage en fût de chêne.

Les gueuzes de Tilquin sont issues d’un assemblage de différents moûts provenant de diverses brasseries.

Plus à l’ouest se tient l’abbaye de Westvleteren, une des rares abbayes trappistes de Belgique qui brasse de la bière. Et pas n’importe quelle bière. Une bière longtemps reconnue comme une des meilleures au monde. Il faut dire que sa rareté et la légendaire discrétion de l’abbaye en ont fait une icône qui s’est détaillée à des prix de fous sur le marché noir. En face de la brasserie, vous trouverez le café In de Vrede, où on en propose à la bouteille, pour beaucoup moins cher. Comme ça, vous y aurez goûté.

Hainaut et Brabant
Pierre Tilquin est un coupeur de gueuze. Il sélectionne des moûts provenant de diverses brasseries et assemble sa gueuze dans ses installations. J’aime beaucoup ce que fait Pierre, car derrière chaque produit, il y a un travail de recherche et une réflexion sincère. La gueuzerie Tilquin ne se visite pas, sauf sur réservation. Mais de très nombreuses journées portes ouvertes vous permettront de découvrir ses produits.

À Le Rœulx se trouve la brasserie St-Feuillien, une des dernières brasseries wallonnes appartenant à une famille de brasseurs. On y brasse la St-Feuillien depuis de nombreuses années et il est même possible d’acheter des bouteilles de bière de tous formats. De la bière belge dans son élément le plus classique. Mais les classiques en Belgique ne se démodent pas tant que ça.

La brasserie St-Feuillien est l’une des dernières brasseries wallonnes appartenant à une famille de brasseurs.

Soulignons également la brasserie Lupulus qui offre des bières bien belges. Comprendre maltées, sucrées, alcoolisées, rondes et légèrement houblonnées. Le fondateur de la brasserie est le cofondateur de la brasserie d’Achouffe. Il s’y connaît pas mal en bières belges bien gourmandes.

Je ne peux passer à côté de ma brasserie préférée, la brasserie de Bastogne, bientôt appelée Brasserie Minne, tenue par un charmant couple de passionnés, Catherine et Philippe Minne, qui s’amusent à élaborer des bières désaltérantes et rafraîchissantes, mais également quelques cuvées affinées en fût de chêne ou bières fermentées avec différents types de levures et bactéries. Mention spéciale pour l’Ardenne Stout, un stout riche, crémeux, onctueux que j’aime boire pendant les journées légèrement pluvieuses que ma Belgique sait si bien, et si souvent, offrir.