Philippe Wouters
Coopérative nationale de l'information indépendante
Philippe Wouters

Un retour aux sources [VIDÉO] 

CHRONIQUE/ « J’ai gouté cette bière et elle manque d’amertume ». Ah bon ? Elle est pourtant très proche du style d’inspiration, lui ai-je répondu. « Je ne regarde jamais le style, je préfère des bières amères... »

Combien de fois ai-je entendu ce genre de commentaires venant de consommateurs qui boivent de la bière artisanale, sans trop savoir ce qu’ils boivent.

Imaginez que vous commandiez un fromage, sans trop regarder l’emballage, mais en vous attendant à y trouver des arômes doux et légers dans chaque bouchée. Ridicule, n’est-ce pas ? Alors, pourquoi le faire avec la bière ?

De plus en plus de consommateurs s’intéressent à la bière « gastronomique », car ils veulent vivre une expérience. Mais plusieurs sondages auprès de groupes démontrent que l’achat de bières se fait principalement sur la nouveauté — et non plus forcément sur le style —, le savoir-faire de la brasserie, mais surtout la constance.

On achète des bières à « goûter » et non plus à boire.

Les brasseries subissent donc un stress énorme à brasser des produits pour plaire.

Prendre le temps de savoir ce que l’on boit

Le premier conseil que j’ai toujours donné dans mes formations et présentations devant public est de prendre le temps de découvrir ce que l’on boit. Pas besoin de devenir un historien de la bière, mais quelques notions de base sur le style convoité vous permettent de découvrir la bière, gorgée après gorgée. C’est un peu comme si vous étiez dans un restaurant gastronomique où on vous sert un magnifique repas cinq services, et que le chef vous explique chaque plat, vous préparant à vivre une expérience attendue et agréable. Si vous n’avez aucune compétence et connaissance en cuisine, vous passez à côté de l’expérience.

Apprécier la bière pour ce qu’elle est

Voilà un exercice difficile, car il demande une maîtrise de ce que vous buvez et de ce que vous avez bu. Si je reviens à mon exemple de fromage et que je vous demande de me nommer votre meilleur fromage cheddar, vous choisirez votre marque préférée et serez en mesure de m’expliquer pourquoi il trône fièrement au palmarès des fromages à pâte ferme.

Par contre, si je vous demandais de me nommer le meilleur fromage à pâte ferme, peut-être que ce cheddar ne sera pas parmi les trois premiers. Si on transpose cette réflexion à la bière, ce que vous buvez est comparé à ce que vous avez déjà bu, dans la même catégorie. Et vous voilà fin prêt à améliorer considérablement vos connaissances sur la bière.

Se détacher de la marque

C’est l’exercice le plus difficile, car il demande de se détacher de l’influence du marketing et de la marque dans la dégustation. L’idéal est de demander à un (e) complice de vous servir la bière à l’aveugle. Vous aurez quelques minutes pour trouver les informations suivantes :

- Taux d’alcool

- Amertume (en IBU)

- Style

- Appréciation générale

Tenez un petit carnet à jour pour vous amuser à comparer vos résultats et découvrir vos tendances. Je suis persuadé que vous aimez des bières que vous ne vouliez fort probablement pas acheter pour de multiples raisons.

Exercice pratique

Avec l’équipe de CN2I, je me suis amusé à réaliser une séance de dégustation pour des lecteurs. La vidéo est disponible à la fin de ce texte. Je vous invite à faire l’exercice vous en vous procurant deux bières : Crown Brown de Boréale et La Faisant-Malt de La Voie Maltée. Bonne dégustation!