Il pourrait bien y avoir du poisson, des oeufs, du lait ou du gras animal dans votre vin.

Avez-vous du vin vegan?

CHRONIQUE / Je ne m'étais jamais posé la question jusqu'à ce qu'une cliente m'en fasse la demande il y quelque temps. J'ai littéralement figé pendant deux secondes avant de comprendre de quoi il s'agissait. Après les vins bios et nature, voilà les vins vegans!
Il pourrait bien y avoir du poisson, des oeufs, du lait ou du gras animal dans votre vin. Et non, ceci n'est pas un poisson d'avril! Les plus attentifs auront déjà remarqué la présence de mentions telles que « Contient des oeufs » sur la contre-étiquette de certaines bouteilles. C'est que depuis le millésime 2012, Santé Canada obligerait tout vigneron qui commercialise en sol canadien à indiquer l'utilisation du lait, des oeufs ou du poisson. Si la loi est récente, la technique, elle, est très ancienne puisque les Romains cassaient déjà des oeufs pour produire du pinard.
Mais pourquoi ajouter ces ingrédients dans le vin? Surtout pour une question d'esthétique. Bien qu'un dépôt n'ait jamais tué personne, la majorité des consommateurs préfèrent une belle robe brillante et limpide à une robe trouble. Comme la beauté est dans l'oeil de celui qui regarde, les vinificateurs pratiquent une opération appelée collage. Elle a pour but d'éliminer les particules en suspension (débris de raisins, levures, tartres, etc.) en ajoutant dans la cuve une substance collante qui entraîne avec elle les matières solides tout au fond. Le vin sera ensuite séparé du dépôt, puis subira une filtration afin d'enlever les dernières particules présentes. Tandis qu'on tire les choses au clair, autant vous dire que ce procédé n'interfère en rien avec le goût du vin. Qui plus est, Santé Canada indique que le collage ne laisse aucune trace résiduelle de protéines allergènes (laitière et d'oeuf) dans le vin.
Si la question vous préoccupe tout de même, pour des raisons médicales ou idéologiques, sachez que certains vinificateurs utilisent des colles minérales, telles des bentonites (argiles) pour clarifier leur vin. Cherchez également les mentions « ni collé, ni filtré » et « vegan » sur la contre-étiquette. Au fait, je suis dernièrement tombée sur le site barnivore.com, une base de données recensant les vins, bières et alcool végétariens et végétaliens. Voilà qui devrait vous donner un fier coup de main!
Suggestions de la semaine
Languedoc-Roussillon, Marius, M. Chapoutier
SAQ : 11 975 196 - 13,55 $
En plus d'être biodynamique, la maison Chapoutier n'utiliserait pas de substance animale dans ses vins. Cette cuvée offre un excellent rapport qualité-prix. Le Marius est composé des grenache et syrah, raisins stars du sud de la France, dans le Languedoc-Roussillon. Dans le verre, ça sent la violette, le poivre avec une légère pointe d'écurie. La bouche fait penser à un gamay corsé. La souplesse et la chaleur du vin feront bon ménage avec un sandwich aux légumes grillés.
Niagara 2014, Chardonnay, Flat Rock Cellars
SAQ : 11 889 474 - 23 $
Voici un blanc végétalien drôlement aromatique! Au nez, des notes de pomme cuite et de sucre d'orge. C'est sec, rond, frais et ça se termine sur une légère amertume. Ajoutez quelques sushis et c'est le paradis!