Attention aux amoureux de l’argent!

CHRONIQUE / Votre amour est-il principalement dirigé vers votre partenaire ou davantage vers les cordons de sa ou de votre bourse ?

Fréquenter quelqu’un pour ce qu’il a par rapport à ce qu’il est, une réalité ô combien dénoncée entre les quatre murs de mon bureau ! Aux allures davantage empiriques que scientifiques, nombreux sont ceux me rapportant tolérer beaucoup pour cette liasse de billets faisant avaler bien des pilules coincées en pleine gorge. Inversement, plusieurs croient aussi que tout s’achète. Hélas...

Maison royale, bottes de loup marin, voiture spacieuse, souper au resto, escapade aux quatre coins du globe, cailloux au doigt, retouches corporelles ici et là, articles de sport dernier cri, du luxe, en voulez-vous ? En voilà.

À quel prix ? La voici la principale réflexion que devrait se poser autant l’acheté que l’acheteur.

L’argent dans le couple

Exit grandes attentes et déresponsabilisation. Dans le meilleur des mondes, la fortune familiale, quelle qu’elle soit, devrait elle aussi démontrer les caractéristiques de l’égalité, mais encore plus de l’équité conjugale.

À sa façon, chaque membre se doit de renflouer les coffres pour minimalement survivre au train-train quotidien. Aux deux partenaires de mettre ainsi la main à la pâte des finances en fonction de ses capacités. Au travail !

« J’aime le cash ! »

« Hors de question que je sois en couple avec un trou de (…). À l’âge que je suis rendue et avec tout ce que j’ai vécu, je m’attends à un minimum de la part d’un homme. Je veux qu’on me gâte, qu’on prenne soin de moi, qu’on me bichonne. Ne sois pas inquiète. Je rends la pareille autrement... », m’expliquait cette pseudo-sophistiquée avec le plus gras des clins d’œil.

Quasi les caractéristiques d’une prostitution légale que m’affiche ce discours ô combien saisissant. Celle, a priori, d’associer la valeur réelle d’un individu à ses avoirs plutôt qu’aux qualités intérieures, tout en usant de la dimension sexuelle comme monnaie d’échange à l’opulence. Ayoye.

« J’ai du cash ! »

« Être en couple avec moi, ce n’est pas rien ! C’est plaisant et assure une vie qui ne serait pas possible autrement. C’est pour ça que je suis plutôt sélectif et que j’ai une liste de critères et d’expectatives! », me précisait un Crésus à la mine, mais aussi à l’hygiène douteuse.

Ah bon ! C’est ce que j’appelle ne pas se prendre pour un 7 Up flat.

Néanmoins, pas étonnant que ce bougre puisse émettre ce genre de réflexion puisque son aisance financière lui a permis, à force de gains, de comprendre que son porte-monnaie était sans contredis une arme de séduction massive. Du grand renforcement positif lui permettant possiblement une certaine marge de manœuvre sur les limites de l’autre. Non merci.

Contrôle et argent

C’est souvent ici que le bât blesse. Entendons-nous, avoir de l’argent conjugalement parlant n’est pas un crime, tant et aussi longtemps que sa valeur reste noble.

Lorsqu’il devient par contre source de contrôle, je crie attention ! Cette réalité devient certainement possible avec un petit ou un plus gros magot.

De ce fait, quand votre accès à l’utilisation de l’argent du couple se voit limité, contrôlé ou encore dirigé, attention !

Quand l’usage de votre carte de crédit se fait sans permission, attention !

Quand votre compte devient dans le rouge à votre insu, attention !

Quand on tente de vous acheter, attention !

Quand l’argent devient agent de manipulation et/ou de pardon, attention !

Quand on vous empêche de gagner votre propre argent, de travailler, d’être autonome, attention !

Quand on espionne vos relevés, attention !

Il vous revient d’appliquer les mesures de prudence pour ne pas sombrer dans la violence économique.

Parce que l’argent ne devrait jamais être la qualité principale de votre relation. Revoir ses valeurs, c’est un conseil que je donnerai toujours.