Le bénévole Yves Gaudet.

Semaine de l'action bénévole

Aider les humains

Donner de son temps est une valeur profondément ancrée au sein de la famille Gaudet. «Mes parents étaient des gens impliqués, principalement dans le sport pour mon père. De mon côté, je fais du bénévolat depuis des années, mais plus activement depuis environ 15 ans. J’ai notamment siégé sur de nombreux conseils d’administration, tout en donnant un coup de main dans la logistique d’événements, des collectes de fonds et les communications», explique Yves Gaudet, qui travaille dans ce domaine.

«J’aide les gens tout en faisant des tâches que j’adore! Il arrive d’ailleurs que travail et bénévolat s’entremêlent, car j’ai des contrats avec des organismes communautaires pour lesquels je donne aussi plusieurs heures de mon temps. C’est ainsi que j’ai commencé à m’impliquer pour la Fondation Rock-Guertin. On m’a d’abord approché comme consultant en communication pour la campagne des sous noirs, et peu à peu, j’ai commencé à donner un coup de pouce, par exemple m’occuper de la page Facebook pendant la distribution des Paniers de l’Espoir. Aujourd’hui, je suis de toutes les activités de la Fondation!» Il s’est aussi beaucoup impliqué dans la Fondation du Triolet, l’école secondaire qu’il a fréquentée plus jeune, et est très actif dans le mouvement des Optimistes.

«Chaque fois que je donne de mon temps, je le fais pour la cause. Je n’aide pas une organisation, j’aide des humains. Le bénévolat m’a permis de rencontrer des personnes formidables – des amitiés profondes en sont nées – et de découvrir de belles histoires.  En fait, chaque expérience de bénévolat m’apporte énormément. Il y a le sentiment du devoir accompli et toute la satisfaction de voir qu’on fait la différence… Par exemple, avec les Optimistes, on organise des événements-bénéfice qui permettent à des jeunes de faire des activités, comme aller en ski. De voir les étincelles dans leurs yeux à leur retour, ça vaut toutes les heures qu’on a pu donner!»


« Aider les autres, ça me rend heureux et ça me nourrit; mes journées me sembleraient vides sinon! »
Yves Gaudet, bénévole

À l’occasion, Yves Gaudet reçoit l’aide de sa fille. Elle a notamment servi des repas lors des Soupers de l’Espoir de la Fondation Rock-Guertin. «Le don de soi est un bel héritage à léguer. C’est d’ailleurs important, comme bénévole, d’entraîner d’autres gens dans son sillon. Imaginez notre ville sans bénévole… On a besoin de l’apport des gens! Du bénévolat, on peut le faire à son rythme, selon ses intérêts et le temps dont on dispose; ça devient un hobby!»

Consultez le cahier spécial préparé par La Tribune dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole 2019.