Près de vous

Choisir la santé mentale… et combattre les tabous

De tous les contextes d’exercice explorés, celui de la santé mentale demeure le préféré de Martine Duperval. Infirmière à l’hôpital Notre-Dame de Montréal, la pertinence de ce choix se reconfirme tous les jours pour elle. «Parce que je sais que je fais une différence, que le besoin est là et qu’il concerne une réalité taboue.»

Engagée dans son rôle d’infirmière en santé mentale depuis deux ans, Martine raconte avoir touché à une multitude de disciplines dans différents environnements au cours de sa carrière. Attirée par une pratique qu’elle qualifie de «plus marginale», elle se sent désormais à sa place. Ce qu’elle souhaite: montrer un visage plus positif de la maladie mentale, non seulement aux yeux du grand public, mais aussi pour le patient lui-même.

En augmentation constante, les troubles de santé mentale sont également de plus en plus fréquemment associés à des problèmes de santé physique puisque les uns et les autres s’inter-influencent. L’évaluation de la condition physique et mentale d’une personne constitue d’ailleurs la première activité réservée, le socle sur lequel repose l’exercice infirmier. Et parmi les éléments clés de la profession figurent l’éducation à la santé et les interventions qui favorisent l’adhésion au traitement.  

«La maladie mentale se trouve au cœur de ma pratique, mais il y a toutes sortes d’autres choses qui gravitent autour, dont les problèmes physiques, confirme l’infirmière. Il faut agir globalement. Mon cheval de bataille, c’est d’amener le patient à adopter de saines habitudes de vie et d’encourager sa réhabilitation. En santé mentale, il y a aussi beaucoup d’idées préconçues; on doit ouvrir les esprits et y consacrer davantage de ressources.»

Accompagner les infirmières et infirmiers

L’accès aux soins – et à des soins qui soient de la meilleure qualité possible – pour l’ensemble de la population anime l’OIIQ dans sa volonté d’accompagner les infirmières et infirmiers tout au long de leur carrière. L’organisation valorise en outre une approche interdisciplinaire au sein de laquelle collaborent infirmière, médecin de famille, psychiatre, travailleur social, ergothérapeute et autres professionnels de la santé, comme le fait l’infirmière Martine Duperval dans ses activités professionnelles.

«Je travaille dans un milieu qui n’est pas traditionnel, mais qui me permet d’exploiter pleinement mes compétences. Il faut savoir que les patients avec qui je suis en contact sont souvent vulnérables et qu’il arrive que des questions éthiques se posent. Lorsqu’il y a des zones grises, je peux me référer à l’Ordre, qui sait me conseiller. J’améliore ainsi mon niveau de connaissances tout en élargissant mes horizons», termine Martine Duperval. 

Martine Duperval, infirmière

Des professionnelles bien formées

Les activités clés de l’exercice infirmier concernent l’évaluation de l’état de santé, la surveillance clinique et le suivi infirmier. «Évaluer la condition physique et mentale d’une personne symptomatique est la première activité réservée des infirmières et infirmiers et constitue son assise, explique Joël Brodeur, directeur du développement et du soutien professionnel à l’OIIQ. Des formations, des outils des standards de pratique, un service de consultation téléphonique: tous ces éléments sont mis à la disposition des membres pour les soutenir professionnellement dans le domaine de la santé mentale. Ce sont des façons par lesquelles l’OIIQ veille à la compétence et à l’intégrité des membres pour assurer la protection du public.»

Joël Brodeur, directeur du développement et du soutien professionnel à l’OIIQ

SAVIEZ-VOUS QUE…

  • 1 Québécois sur 5 sera touché de près ou de loin par la maladie mentale au cours de sa vie
  • 20 à 50% des personnes vivant avec un problème de santé mentale présentent aussi des problèmes de santé physique et de dépendance
  • 4000 infirmières au Québec déclarent travailler en santé mentale
  • 5% de la relève infirmière en 2018, comparativement à 2% en 2010, a choisi d’exercer dans le domaine de la santé mentale

À voir !
Maintenant disponible, la deuxième saison de la websérie Stagiaire d’un jour, diffusée à Tou.tv, met notamment en vedette Martine Duperval. Jumelées à quatre personnalités québécoises – Florence Longpré, Marianne St-Gelais, Louis-Jean Cormier et Guy-A. Lepage –, des infirmières y proposent une incursion dans leur réalité.

Pour l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), l’accès à des soins de santé de qualité au moment où le patient en a besoin constitue une priorité. Dans la poursuite de cet objectif, l’OIIQ mise sur une utilisation optimale de l’expertise infirmière où la compétence, l’autonomie et la collaboration professionnelles sont une source de motivation quotidienne.  

POUR SUIVRE CETTE SÉRIE:
28 janvier: Choisir la santé mentale… et combattre les tabous
4 février: Quand l’appel de l’aventure et d’une pratique diversifiée se font sentir
11 février
18 février
25 février