Mois de l’économie sociale

L’économie sociale en Estrie: entreprendre ensemble pour la communauté

L’économie sociale est la voie que choisissent de plus en plus de personnes pour entreprendre. D’ailleurs, on comptait au Québec, en 2016, 11 200 entreprises collectives. Celles-ci génèrent plus de 220 000 emplois et des revenus de 47,8 $G. Ce n’est pas rien.

Mais qu’est-ce qui les distingue? Les entreprises d’économie sociale exercent des activités économiques à des fins sociales. Cela signifie qu’elles vendent ou produisent des biens et services d’abord dans le but de répondre aux besoins de leurs membres ou de la communauté avant de faire des profits.

Des exemples de missions sociales qu’elles visent? Offre et maintien de services de proximité, création d’emplois, protection de l’environnement, intégration sociale et professionnelle de personnes éloignées du marché du travail, promotion de la culture, etc.

Des entreprises bien présentes dans nos régions

Coopératives, mutuelles et organisme à but non lucratif: les entreprises d'économie sociale prennent différentes formes. Leurs secteurs d’activités sont tout aussi variés. Sans le savoir, vous fréquentez sans aucun doute une ou plusieurs entreprises d’économie sociale régulièrement : une épicerie, un CPE, un théâtre, une microbrasserie, une compagnie d’assurances, une librairie, une coopérative agricole… Bref, elles font partie de votre quotidien sans que vous vous en doutiez.

Des retombées concrètes et bénéfiques

Mais quelles sont les retombées concrètes de ces entreprises collectives pour les communautés au sein desquelles elles évoluent? Et pourquoi est-il avantageux de les soutenir?

Même si ces entreprises ne visent pas le profit avant tout, elles se doivent d’être viables. La différence est que les sommes doivent être réinvesties dans leur mission sociale. Ainsi, l’argent de la communauté reste dans la communauté.

Le trois-quarts des entreprises d’économie sociale s’adressent d’abord à une clientèle de proximité. Des soins de santé aux services alimentaires en passant par les médias locaux, elles font la différence partout. Parce qu’elles visent d’abord à répondre à un besoin du milieu avant de générer des profits, elles permettent de maintenir des services accessibles et abordables. Elles contribuent du même coup à la vitalité et au dynamisme de leurs communautés.

Par exemple, dans la MRC du Granit, des entreprises collectives contribuent à garder la population enracinée et active dans les municipalités. Entre autres, le Magasin Coop de solidarité Lac-Drolet qui propose des produits d’épicerie, de quincaillerie et de l’essence et Communication Stratford qui offre la câblodistribution et l’Internet à sa population. Il s’agit là d’entreprises qui ont su répondre aux besoins de leur communauté, qui n’avait pas accès à ces services.

Avec les quelque 7490 emplois qu’elles créent en Estrie, les entreprises d’économie sociale constituent un moteur de développement économique régional important. Elles permettent également à tous de contribuer au marché du travail. D’ailleurs, plusieurs entreprises collectives font partie des plus grands employeurs de la région, comme Défi Polyteck, Jouvence, la Coopérative Alentour et la Coopérative de services à domicile de l’Estrie. D’autre part, des firmes de service-conseil en ressources humaines comme ADN Emploi oeuvrent pour soutenir les entreprises dans leurs défis de main-d’oeuvre.

Vous voulez en apprendre plus sur l’économie sociale? Novembre est le moment idéal pour le faire parce que c’est le Mois de l’économie sociale (@moiseconomiesociale) partout au Québec! Visitez le www.mois-es.com.

Vous pouvez aussi suivre le Mois de l’économie sociale sur les réseaux sociaux:

Instagram : https://www.instagram.com/mois_economiesociale/

Twitter : https://twitter.com/mois_sociale

Facebook : https://www.facebook.com/moiseconomiesociale/