Corridor actif.

LA RENTRÉE 2019

À l’école, on bouge!

Faire bouger les enfants au minimum 60 minutes par jour? Tel est le défi que relèvent plusieurs écoles de la région, qui profitent de la mesure gouvernementale À l’école, on bouge pour intégrer chez les élèves différentes façons d’être actifs au quotidien, quel que soit leur âge, leurs passions ou leurs capacités.

En plus d’être une forme de divertissement, les activités physiques et sportives ont des effets salutaires sur les habiletés cognitives, la réussite éducative, la condition physique ainsi que la santé physique et mentale. Elles sont également associées à la persévérance scolaire et à d’importants facteurs liés au bien-être et à la qualité de vie, notamment les compétences sociales et relationnelles. Bref, autant de bonnes raisons d’amener les enfants à bouger, à la récréation, dans leur déplacement, même en classe!

Répondre aux besoins des élèves

À la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), de belles initiatives ont déjà été mises en place dans certaines écoles, et d’autres verront le jour dès la rentrée 2019. « L’enveloppe budgétaire du gouvernement s’étale sur trois ans. En août prochain, certaines écoles en seront ainsi à leur 3e année d’implantation, d’autres à leur 2e année alors que quelques écoles entameront le processus », précise Éliane Massé, conseillère pédagogique en éducation physique au primaire à la CSRS, enseignante en éducation physique et à la santé et membre du comité soutenant toutes les écoles souhaitant appliquer la mesure À l’école, on bouge.

« Cette mesure gouvernementale nous donne les moyens de bien faire les choses. Une grande partie du financement permet en effet de dégager une personne ou un comité dans chaque école qui pourra évaluer ce qui se fait déjà, sonder tant l’équipe-école que les élèves pour bien saisir leurs besoins, et ensuite mettre en place des projets et soutenir l’équipe-école dans ces changements de pratiques. Chaque école a sa réalité : par exemple, à l’école du Soleil-Levant, les élèves passent déjà 70 minutes par jour à l’extérieur, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont toujours en train de bouger. Comment pourrions-nous rendre les récréations actives? L’une des solutions serait de développer des plateaux de jeux supervisés. Mais pour y arriver, il faut développer les activités, faire connaître les règles, nous assurer que nous avons tout le matériel et qu’il est accessible, etc. Il faut aussi qu’il y ait suffisamment d’adultes pour superviser les enfants : en allongeant la récréation du matin, on pourrait par exemple compter sur la présence de plus d’enseignants, mais cela exige de revoir l’horaire de l’école. Bref, pour développer et établir de nouvelles façons de faire, ça demande du temps et de la planification, et c’est ce que nous permet de faire la mesure avec son aide financière », explique Éliane Massé.

La mesure doit nécessairement être acceptée par le conseil d’établissement et l’équipe-école. Les projets sont d’ailleurs soumis à l’équipe-école pour validation. « Tant les enseignants que les éducatrices du service de garde doivent avoir le goût de s’impliquer; c’est ainsi qu’on pourra opérer les changements de pratiques dans le plaisir! »

Déjà, de beaux projets ont été mis en place. « On a d’ailleurs l’occasion d’échanger avec les autres écoles et dans mon cas avec les responsables des autres commissions scolaires pour voir ce qui se fait ailleurs. Ce sont autant de sources d’inspiration, mais à la base, si on veut développer des projets qui perdureront dans le temps, ils doivent absolument coller à la réalité et aux besoins de son école. C’est la base du succès, car n’oublions pas, après trois ans, nous n’aurons plus de financement! »

Quelques exemples…

Le corridor actif propose aux élèves différentes activités. Jamais se déplacer d’un endroit à l’autre n’aura été aussi amusant! Sans oublier qu’ainsi bien occupés à suivre le trajet tracé et les activités proposées, les élèves sont moins dissipés : la gestion du groupe n’en est que facilitée! Un élève a besoin de bouger ou a de la difficulté à rester concentré en classe? Un petit tour dans le corridor, et le voilà plus réceptif à de nouveaux apprentissages !

Pour s’assurer que tous les élèves soient actifs à la récréation, rien de mieux que de mettre en place des plateaux de jeux. Mais il ne suffit pas d’offrir des activités, il faut s’assurer que les élèves comprennent bien les règles du jeu pour en profiter pleinement, sans trop avoir à gérer des conflits ici et là. L’école Pie-X-de l’Assomption organise, par exemple, à l’automne et à l’hiver, une grande journée d’activité où toutes les classes découvrent, avec leur titulaire, les différents plateaux : comment ça se joue, quels sont les règlements, etc.

Il pleut? Avec de bonnes idées, le gymnase, les classes et le corridor peuvent se transformer en autant de lieux actifs pour les enfants. Les enseignants peuvent d’ailleurs compter sur un allié : le Grand Défi Pierre Lavoie a développé le programme Force 4 qui propose une énorme plateforme web avec plein d’outils pour bouger en classe… ou à la maison!