LA FONDATION VITAE

Se concerter autour de l’enfant

Sherbrooke compte sur deux cliniques de pédiatrie sociale situées dans les quartiers d’Ascot et Jardins-Fleuris. « Nous nous sommes greffés aux équipes d’intervention terrain qui se retrouvaient déjà dans ces quartiers, notamment composées de travailleurs sociaux intégrés dans le réseau communautaire. L’ajout de la pédiatrie a par la suite diversifié et multiplié les intervenants (école, CPE, etc.) fréquentant le local de quartier », expliquent les pédiatres Geneviève Beaulieu et Francis Livernoche.

La clinique de pédiatrie sociale s’adresse aux enfants évoluant dans un contexte de vulnérabilité socioéconomique, qui n’ont pas ou peu accès à des services de santé et qui présentent des problématiques médicales particulières (retard de croissance ou de développement, négligence, parcours migratoire complexe, troubles de comportement, etc.). Les enfants y sont référés par tout adulte significatif dans leur vie (professeur, intervenant d’un organisme communautaire, éducatrice, travailleur social, etc.). Lors du rendez-vous médical, tous les gens concernés se retrouvent d’ailleurs assis autour de la table afin de travailler en équipe pour la santé de l’enfant. « On sert le café, l’enfant a accès à des jeux éducatifs, on le voit interagir avec les autres… Les parents sont plus à l’aise dans ce local qu’ils connaissent et s’ouvrent davantage. Chacun y va de ses observations. Tout cela nous permet d’avoir une idée plus juste de la situation, et ainsi de mieux y répondre. Si les parents vivent un grand stress parce que monsieur a perdu son emploi, il est possible que l’enfant ressente cette anxiété, dorme moins bien et manque d’attention en classe. Les causes ne sont pas toujours médicales, et c’est pourquoi cette collaboration entre ces gens gravitant autour de l’enfant est si importante. Cela permet aussi de nous partager la responsabilité : les familles ne sont plus seules! »

Selon les besoins, les familles sont dirigées vers les ressources appropriées. On peut également puiser dans le Fonds pédiatrique de la Fondation Vitæ pour payer, avec la collaboration des parents, un bien ou une activité pertinente en lien avec le besoin de l’enfant. « Cela peut être l’inscription à une activité sportive pour favoriser une meilleure santé, une sortie scolaire pour l’inclusion sociale, un camp de jour pour préparer l’enfant à sa rentrée en classe. On peut aussi contribuer à l’achat de lunettes ou de housses anti-allergènes pour un enfant allergique aux acariens, par exemple. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.