LA FONDATION VITAE

Des moments magiques pour les résidents

Manger au restaurant avec sa famille, assister à un concert ou au mariage de sa petite-fille… Des moments de bonheur tout simples, mais qui peuvent exiger toute une logistique lorsqu’on nécessite des soins de santé majeurs et constants.

Inspiré des fameux Rêves d’enfants, le programme Rêves d’aînés de la Fondation Vitæ s’adresse aux résidents des quatre centres d’hébergement de Sherbrooke. « Plusieurs aînés vivant en CHSLD ont encore des rêves, mais souvent, ils n’ont pas les moyens ni les ressources pour les réaliser. C’est là que les Rêves d’aînés entrent en action », explique Carmen Tremblay, coordonnatrice d’événements à la Fondation Vitæ. À l’origine de ce beau projet, Carmen se souvient du tout premier rêve réalisé : « Nous avions une résidente paralysée du côté droit qui, grâce à beaucoup de travail en réadaptation, avait réussi à renouer avec sa passion, la peinture. Pour souligner ses efforts, nous avons fait faire, avec ses 12 tableaux, un calendrier qu’elle a pu offrir à sa famille et ses amis. Elle était si heureuse! »

Chaque année, la Fondation Vitæ verse entre 8000 $ et 10 000 $ pour la réalisation de plusieurs rêves qui émanent de souhaits formulés par les résidents, leur famille ou plus souvent des professionnels qui gravitent autour d’eux. « Cela leur apporte du bonheur, et pas seulement au moment de l’activité! Nous avons une passionnée de hockey qui a pu assister à un match au Centre Bell dans une loge. Réjean Houle, de l’organisation des Canadiens, était même venu lui offrir divers objets souvenirs. Encore aujourd’hui, elle en parle et montre fièrement les photos prises lors de cette soirée magique. »

Les Rêves d’aînés ont aussi permis de réunir une famille pour les Fêtes, en déboursant les frais de transport et d’hébergement des enfants et petits-enfants. « Parfois, ce n’est pas tant une question d’argent que de logistique. Une résidente, sous respirateur, souhaitait visiter la nouvelle maison de son fils. Nous avons donc fait les démarches pour qu’elle ait accès au transport adapté et à l’accompagnement d’une inhalothérapeute. »

S’il reste des sous à la fin de l’année, on en profite pour faire des cadeaux aux gens seuls ou sous curatelle publique. On souligne aussi les centenaires. « Autant de petites douceurs qui apportent tellement de joie! »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.