Bruno Viens, directeur des ventes

HYUNDAI DE MAGOG

Des véhicules d’occasion fiables et certifiés

Après avoir œuvré en ventes dans d’autres secteurs d’activité, Bruno Viens se faisait offrir de devenir représentant chez Hyundai de Magog… alors qu’il était là comme client! Une opportunité qu’il a saisie sans hésiter.

« C’est un domaine qui m’attirait depuis quelques années. Je connaissais bien les produits Hyundai et j’aimais l’ambiance de l’entreprise. J’ai donc dit oui! » C’était il y a sept ans. Depuis, il a occupé le poste de directeur commercial puis était promu il y a un an et demi  à la direction des ventes. Actuellement, il se concentre à développer le département des véhicules d’occasion. « Notre objectif est d’avoir un inventaire varié, où l’on retrouve tout type de véhicule de tous les budgets, principalement de marque Hyundai, et de bien vérifier chacun d’eux pour que nos clients repartent d’ici l’esprit en paix, sachant qu’ils n’auront pas de problème avec leur nouvelle acquisition. »

Comme les gens magasinent beaucoup sur Internet, ils ont habituellement déjà choisi leur modèle lorsqu’ils se présentent chez Hyundai de Magog. « C’est donc vraiment par notre service – l’accueil, la simplification du processus d’acquisition, la livraison de l’automobile dans les délais, etc. – que nous pouvons les convaincre de faire affaire avec nous… et surtout de répéter l’expérience ou d’en parler à leurs connaissances! » Depuis l’arrivée de la nouvelle direction, très dynamique et axée sur le développement, le département des véhicules d’occasion ne cesse de grandir. « Notre directeur général Pierrick Maréchal est tellement enthousiaste, il a rallié toute l’équipe derrière lui! La nouvelle bâtisse crée aussi plus d’achalandage : les gens sont curieux de voir ce que Hyundai de Magog est devenu. Mais plus qu’une belle bâtisse, c’est l’ambiance qui règne ici, très familiale, qui attire d’abord la clientèle », ajoute celui qui n’a pas peur des défis. « Chaque mois, on remet le compteur à zéro et on a un nouvel objectif à atteindre. Je trouve ça stimulant et c’est pourquoi j’aime tant ce travail. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.