Yan Beauregard, directeur des pièces

HYUNDAI DE MAGOG

Des pièces d’origine recherchées !

Chaque jour est différent pour Yan Beauregard, directeur des pièces chez Hyundai de Magog. « C’est un domaine où les défis sont quotidiens », souligne celui qui a occupé différents postes dans le secteur de l’automobile.

Depuis deux ans et demi, il s’assure que l’inventaire de la concession soit toujours à jour, effectuant un suivi très serré, afin que chaque client ait accès à la pièce recherchée. « Hyundai est l’un des rares fabricants automobiles dont les pièces d’origine sont plus abordables que les pièces de rechange. En plus de desservir l’atelier mécanique de Hyundai de Magog, je réponds aux besoins de particuliers et de garages de la région. Ce qu’ils recherchent, c’est un service rapide et efficace. Avec le temps, j’ai développé avec eux un beau lien de confiance. J’ai ainsi des clients qui viennent d’un peu partout en Estrie, de Bromont à Stanstead en passant par Coaticook, East Angus et Sherbrooke. En m’appelant, ils ont l’assurance que je saurai répondre à leurs attentes. C’est d’ailleurs toujours à moi qu’ils parlent. Je suis donc bien au courant de leur dossier. »

Depuis qu’il occupe la nouvelle bâtisse, le département des pièces est beaucoup plus vaste et mieux organisé. « C’est plus facile de s’y retrouver, et on a l’espace nécessaire pour répondre à la croissance de l’entreprise. On pourra ajouter des étagères sans problème. » 

S’il adore son travail, Yan Beauregard apprécie tout autant de faire partie de l’équipe Hyundai de Magog. « Il y a un bel esprit de famille ici. D’ailleurs, quand la concession organise des activités, tous les départements sont invités, ce qui contribue à créer des liens solides entre le personnel. On est tricoté serré ! » Hyundai de Magog tire aussi avantage à faire désormais partie du Groupe Beaucage. « On a préservé l’ambiance familiale dans la concession, tout en profitant des avantages de faire partie d’un groupe fort et solide. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.