CAVAC ESTRIE

Formé pour vous épauler

Vous avez été victime ou témoin d’un acte criminel? Vous êtes un proche d’une personne victime? De l’aide existe, et elle est gratuite, confidentielle et sur mesure à vos besoins.

À votre écoute, les intervenants du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) vous proposent différents services. Leur aide est disponible que l’auteur du crime soit ou non identifié, arrêté, poursuivi ou reconnu coupable. Il n’est donc pas obligatoire de dénoncer son agresseur si ce n’est pas ce que vous voulez. Il n’y a aussi aucun délai : que le crime ait eu lieu récemment ou depuis longtemps, vous pouvez profiter de ce soutien. Surtout, sachez qu’il n’existe pas de petits crimes; peu importe la nature ou la gravité d’un acte criminel, les répercussions peuvent être grandes, d’où l’importance d’aller chercher le soutien nécessaire. « C’est une approche très personnalisée, très respectueuse également des besoins et du rythme de chaque personne. Elle s’appuie sur la capacité des gens de gérer leur propre vie et de prendre les décisions qui les concernent », explique Karine Gagnon, directrice générale du CAVAC de la région de l’Estrie.

L’équipe multidisciplinaire du CAVAC de la région de l’Estrie est composée d’intervenants, membres de divers ordres professionnels, tels que des criminologues, des travailleurs sociaux, des psychoéducateurs et des sexologues. Ils possèdent une solide expertise en intervention post-traumatique et de crise et ont une connaissance approfondie du processus judiciaire. « Ils sont formés pour bien évaluer les besoins et intervenir dans le but de diminuer les conséquences de l’acte criminel », précise Mme Gagnon. Les services sont quant à eux variés : « On peut soutenir la personne au moment même de l’événement criminel ou dans les jours qui suivent, on peut l’accompagner au poste de police si elle souhaite porter plainte ou à la cour s’il y a procès, l’aider à compléter le documents nécessaires pour obtenir une indemnisation, etc. On peut aussi l’orienter vers des ressources spécialisées selon ses besoins. Nous travaillons d’ailleurs avec des intervenants du milieu judiciaire, du réseau de la santé et des services sociaux et des organismes communautaires. »

Des conséquences à ne pas prendre à la légère

Un acte criminel peut entraîner diverses conséquences propres à chaque personne, que celle-ci soit victime directe, témoin ou proche :

  • Conséquences physiques (blessures, insomnie, problèmes alimentaires, etc.);
  • Conséquences psychologiques (anxiété, peur, colère, cauchemars, etc.);
  • Conséquences sociales (isolement, méfiance, peur de sortir, etc.);
  • Conséquences financières (perte de revenus, prises de médicaments, déménagement, etc.);
  • Conséquence spirituelle (perte du sens de la vie, perte de confiance, etc.).

Bien que déstabilisantes, ces réactions sont normales et peuvent indiquer la présence d’un choc post-traumatique. Une aide professionnelle pourra alors aider.

Des services gratuits et confidentiels

Le CAVAC propose plusieurs services « psychojudiciaires », tous gratuits. Selon vos besoins, ce que vous souhaitez, l’étape où vous en êtes rendu, vous pouvez ainsi recevoir une aide adaptée à votre réalité.

  • Intervention post-traumatique et psychosociale : l’évaluation de vos besoins et de vos ressources pour vous offrir une intervention adaptée afin de réduire les conséquences de l’acte criminel et de favoriser votre rétablissement.
  • Accompagnement : lors des démarches auprès de policiers ou après de différentes ressources disponibles, soutien tout au long du processus judiciaire, notamment pour le témoignage à la cour.
  • Information sur vos droits et vos recours : programmes d’indemnisation, processus judiciaire et autres recours.
  • Information judiciaire : dépôt d’une plainte auprès des policiers, suivi des différentes étapes des procédures judiciaires et des décisions vous concernant.
  • Assistance technique : soutien pour vous aider à présenter les demandes ou produire les documents visant à exercer vos droits (IVAC, déclaration de la victime, etc.).
  • Orientation vers les ressources spécialisées : afin de répondre à vos besoins plus spécifiques de nature juridique, médicale, sociale ou autre.

Pour en savoir plus, composez le 1 877 822-2822 ou consultez le site cavac.qc.ca.

LE SAVIEZ-VOUS?

  • On retrouve des CAVAC dans toutes les régions administratives du Québec. Ces organismes sans but lucratif sont régis par la Loi sur l’aide aux victimes d’actes criminels et financés par le Fonds d’aide aux victimes d’actes criminels (FAVAC).
  • Pour mieux faire connaître les problèmes auxquels sont confrontés les victimes et survivants d’actes criminels ainsi que les services et les lois permettant de venir en aide aux victimes, aux survivants et à leur famille, le ministère de la Justice fédéral instaurait une Semaine des victimes et survivants d’actes criminels. Cette année, la semaine se tiendra du 26 mai au 1er juin. Divers événements sont prévus dont la tenue d’un colloque qui traitera notamment de la justice réparatrice, du soutien aux proches des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, du renforcement de la résilience et de la préparation au rétablissement des victimes d’actes criminels, et de la décolonisation du système de justice pénale canadien.