Olivier Turgeon Dion, diplômé en Taille de pierre au Centre de formation Le Granit.

FORMATION/ENSEIGNEMENT 2019

Tailler la pierre : deux histoires, même diplôme, même enthousiasme

La taille de pierre est une deuxième carrière pour Lizon Allard. Maman de 5 enfants, elle cherchait un métier qui lui permettrait de fabriquer, construire, inventer.

Un travail manuel qui mettrait à profit sa créativité, mais aussi sa débrouillardise et son goût de toujours en savoir davantage. « Imagine... t’apprends à modeler ce qui est une roche au départ! » s’exclame-t-elle. 

Une dizaine d’années après avoir obtenu son diplôme, Lizon est chef d’une équipe de 10 personnes chez Summum Granit. « Y’a rien d’ennuyant dans mon métier, raconte Lizon, ici on travaille avec différents matériaux dont le quartz et le granit et on fabrique des objets diversifiés comme des manteaux de cheminée, des comptoirs, des tours de bain et même des escaliers. Les clients veulent du beau, du chic et des produits uniques et originaux : c’est notre défi. »

Parlant de sa formation au Centre de formation Le Granit, elle ajoute : « La formation est tellement importante... c’est la base, elle nous permet de faire les apprentissages indispensables pour bien travailler en entreprise. La seule chose que je regrette, c’est de ne pas l’avoir suivie avant. »

Diplômé en 2017, Olivier Turgeon Dion travaille chez Ardobec à Asbestos. Après une année, il y est devenu chef de production à seulement 23 ans. « L’ardoise, ça représente un défi supplémentaire. C’est une pierre capricieuse, plus difficile à travailler. Transformer un caillou en quelque chose de concret, c’est une véritable métamorphose. »

Son employeur le reconnait comme étant un grand travailleur qui aime les défis et qui cherche à trouver des solutions aux problèmes. « Pour moi, un problème n’en est pas un, c’est plutôt un défi à relever », explique Olivier. 

Quand on lui demande de parler du projet qui l’a le plus emballé, il nous dit : « C’est la fabrication de marches de 10 pieds pour l’aménagement extérieur d’une résidence de Magog. Des marches à tailler, arrondir, polir, brûler et installer. C’est une fierté pour moi. » 

Olivier de poursuivre : « C’est la curiosité qui m’a amené vers ce métier et vers le Centre de formation Le Granit. Maintenant que c’est mon métier, je sais que la formation est essentielle : ça réduit le temps d’apprentissage et ça m’a permis d’apprendre les nombreuses tâches qui y sont reliées. » 

Son rêve? Être indépendant et fonder son entreprise d’ici 5 à 7 ans. Parions qu’il y arrivera!

Découvrez d'autres reportages en lien avec l'éducation dans le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.