FORMATION 2019

Formations réglementées offertes chez Accès Compétences – CSRS : investir dans son avenir et sa sécurité

Comme travailleur, de posséder plusieurs cordes à son arc permet d’accéder à de nouveaux postes, d’améliorer sa situation en postulant pour un emploi mieux rémunéré, d’être un employé plus polyvalent, donc plus recherché. La formation continue, tout au long de sa carrière, représente donc plusieurs avantages, et c’est souvent bien plus accessible qu’on ne le croit!

Accès Compétences-CSRS propose justement des services de formation continue et de perfectionnement de la main-d’œuvre dans 13 secteurs de l’activité économique. L’organisme offre notamment des formations réglementées, donnant accès à des cartes de compétence, en lien avec la santé et la sécurité au travail sur les chantiers, dans le secteur manufacturier, dans le domaine de la santé, etc. 

Ces courtes formations, très abordables, comptent généralement de quatre à cinq heures de théorie, suivie d’un examen. À cela s’ajoutent des exercices pratiques très variés. « C’est une formation très complète. Si on prend l’exemple de l’utilisation sécuritaire d’une plateforme élévatrice, on va au-delà de l’appareillage : on aborde aussi toute la question de la sécurité individuelle et collective, qu’on pense au port du harnais ou au périmètre de sécurité qu’il faut prévoir pour éviter un accident autour de nous. On parle de deux journées maximum de formation : c’est un petit investissement de temps et d’argent qui rapporte énormément », explique Pascal Beaudoin, conseiller pédagogique chez Accès Compétences –  CSRS.

La formation se donne dans les locaux du Centre 24-Juin et la carte de compétence alors délivrée sera reconnue dans tout type d’entreprise. « On peut aussi se déplacer dans l’usine et donner la formation, mais la carte ne sera alors reconnue que pour cette entreprise, puisque nous ne voyons que les situations qui s’y appliquent. » Dans tous les cas, M. Beaudoin recommande de refaire la formation, environ aux cinq ans, puisque les normes peuvent évoluer. « C’est toujours bon aussi de se rafraîchir quelques règles, puisque le but premier de ces formations est de travailler de façon sécuritaire. »

Précisons que les formations réglementées s’adressent aux adultes. Pour les cartes de compétence en lien avec de l’appareillage mobile, il faut être apte à conduire (ex. : avoir une bonne vision, une bonne ouïe). 

Bien s’outiller pour mieux faire son travail

Curieux de nature, Sylvain Beauregard a suivi plusieurs formations depuis qu’il est magasinier à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. « J’aime apprendre, et d’en savoir toujours plus m’aide évidemment à mieux faire mon travail et surtout, de façon plus sécuritaire. Par exemple, il m’arrive d’utiliser des équipements comme des chariots élévateurs, des plateformes élévatrices ou des nacelles. C’était donc important d’avoir les cartes de compétence requises, mais plus que cela, c’est toutes les connaissances qu’on acquiert qui font la différence. À travers la théorie, on comprend mieux pourquoi il faut faire telle ou telle chose. Quant aux exercices pratiques, ils nous préparent bien à différentes situations que nous aurons à rencontrer dans notre travail, qu’on travaille à l’extérieur sur un terrain accidenté, qu’on ait à aller chercher des palettes en hauteur, etc. J’ai travaillé des années en usine, et on nous donnait une petite formation d’appoint, mais jamais je n’en ai su autant depuis que j’ai suivi la formation réglementée. On en apprend même sur les composantes de l’équipement, ce qui nous permet, avant de l’utiliser, de nous assurer de son bon fonctionnement. De bien comprendre aussi pourquoi il faut s’attacher avec un harnais, par exemple, contribue à développer de bons réflexes. On devient conscient des étapes à suivre pour éviter les blessures et accidents. Les règles de sécurité s’intègrent alors naturellement dans notre routine, on n’y pense plus, mais on utilise les équipements mieux et sans danger. » 

Son employeur favorise évidemment la formation continue de ses travailleurs. « Ici, quand on voit qu’un employé souhaite en apprendre plus, on va l’encourager. J’apprécie beaucoup : cela me permet d’ajouter de nouvelles cordes à mon arc », ajoute Sylvain qui, depuis son embauche à la CSRS en 2009, a suivi, en plus des formations réglementées, des cours de Word, d’Excel, d’anglais, d’électricité et de maintenance de petits moteurs, notamment. « Tout cela a contribué à faire de moi un meilleur travailleur. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.