Contenu commandité

FADOQ - Région Estrie

Pourquoi devenir membre de la FADOQ – Région Estrie et de son important Réseau?

la FADOQ – Région Estrie regroupe plus de 36 000 membres de 50 ans et plus répartis dans 41 clubs locaux, à qui s’ajoutent deux membres associatifs. Elle est soutenue par plus de 500 bénévoles. Le Réseau FADOQ, avec plus de 500 000 membres, est le plus important organisme d’aînés au Canada. Il est divisé en 16 régions regroupant 730 clubs locaux supportés par plus de 17 000 bénévoles.

La FADOQ – Région Estrie offre à ses membres, par l’entremise de ses clubs, plusieurs activités leur permettant de se réaliser, se garder actifs, faire de belles rencontres et d’agrandir, par le fait même, leurs réseaux de contacts.

De plus, elle vous offre une multitude d’ateliers et de conférences touchant la santé, la sécurité, le bien-être et la consolidation de ses membres, des formations dans le domaine des différents outils informatiques, de la fraude, de la maltraitance, de l’intimidation et du respect des aînés. Il faut aussi mentionner son offre de voyages de groupe avec accompagnateur ainsi que ses activités de plein air et sportives.

En tant que membre de la FADOQ, vous bénéficierez de nombreux rabais de fournisseurs tels que les restaurants, pharmacies, assurances et plusieurs commerces.

Comme mentionné précédemment, la FADOQ – Région Estrie fait partie du plus grand réseau d’aînés et est, par le fait même, un joueur clé auprès des différentes instances municipales et gouvernementales pour faire avancer des dossiers tels que : le Supplément de revenu garanti, la Régie des rentes du Québec, les frais accessoires, le soutien à domicile et aux proches aidants, l’amélioration de l’offre de services au niveau du secteur hospitalier et des CHSLD, etc.

« J’espère que tout cela vous donne le goût d’adhérer à notre organisation, si ce n’est pas déjà le cas. Fixons-nous ensemble un objectif pour l’année 2019 : si je suis déjà membre de la FADOQ – Région Estrie, je tenterai de recruter une connaissance, un parent ou un ami comme nouveau membre de la FADOQ en lui expliquant les avantages de notre regroupement. Si je ne suis pas membre, j’y adhère et j’en parle avec mes connaissances », souligne Paul Legault, président de la FADOQ – Région Estrie.

« Tous et chacun, nous connaissons la force d’un réseau et imaginons le résultat de nos efforts à la fin de l’année. Pour vous procurer une carte de membre, vous pouvez contacter Mme Lise Couture, au bureau de la FADOQ – Région Estrie, au 819 566-7748, poste 1. Au plaisir de se retrouver au sein de cet important Réseau et ensemble, nous ferons la différence avec notre grande force d’impact », ajoute M. Legault.

FADOQ - Région Estrie

Joindre un club FADOQ pour bouger, s’amuser et créer des liens

Être membre d’un club FADOQ, c’est avoir accès à plusieurs avantages, dont des rabais intéressants, mais surtout, c’est un excellent moyen de briser la routine – et l’isolement – en participant à des activités variées.

À travers l’Estrie, ce sont une quarantaine de clubs, divisés dans huit secteurs, qui accueillent des milliers d’hommes et de femmes de plus de 50 ans. Il y a évidemment les populaires jeux de cartes, le billard ou le baseball poche, mais aussi bien d’autres beaux rendez-vous, des déjeuners-causeries aux sorties, en passant par les soirées de danse, les ateliers Viactive et de grandes fêtes! 

Une belle harmonie dans le Secteur Sapinière

« Chaque club a ses couleurs et se colle aux intérêts de ses membres. C’est pourquoi d’un club à l’autre, d’une région à l’autre, la programmation peut être très différente », rappelle Renelle Lacroix, représentante du Secteur Sapinière, qui regroupe les clubs de Dudswell, Weedon, East Angus et Ascot Corner. « Il y a trois ans, avec la collaboration de tous les CA, nous avons lancé un grand rendez-vous ouvert à tous les membres FADOQ du secteur. Chaque membre peut s’inscrire à deux des quatre activités proposées. Le dîner, on mange tous ensemble. C’est vraiment  un beau moment d’échanges, et cela est possible grâce aux nombreux bénévoles qui s’impliquent. » 

Le succès des clubs FADOQ repose d’ailleurs sur l’engagement de bénévoles. « Grâce à eux, les clubs peuvent accomplir leur mission : permettre aux aînés d’avoir un lieu de rassemblement, de connaître d’autres personnes partageant des intérêts communs, donc de développer un nouveau réseau. On voit d’ailleurs beaucoup d’entraide au sein des clubs. De plus, toutes les activités se font dans le plaisir; on est vraiment là pour s’amuser! »

Comme dans bien des clubs, la moyenne d’âge des membres est plutôt élevée. Comment attirer les plus « jeunes » de 50-60 ans ? « La clé est de répondre à leurs intérêts. C’est pourquoi certains clubs organisent des sorties théâtre, des conférences, des activités plein air, etc. Dans notre secteur, on fait des petits sondages pour mieux élaborer nos programmations par exemple », précise Mme Lacroix qui croit qu’ouvrir des activités aux non-membres est une autre belle façon de faire découvrir aux gens tout ce qu’un club FADOQ peut offrir. 

Des activités variées dans le Secteur de Sherbrooke

Une femme très engagée, la représentante du Secteur Sherbrooke, Denise Goulet a joint le mouvement FADOQ lorsqu’elle a franchi le cap des 50 ans. « Je voulais m’engager dans une organisation qui me ressemble. »

Le Secteur Sherbrooke compte quatre clubs  – Rock Forest, Les Amis du Faubourg Mena’Sen, Les Paysans de St-Élie-d’Orford et Région Sherbrooke. « L’un des avantages pour nous est la proximité du bureau régional où l’on propose une foule d’activités, que ce soit les ateliers informatiques, les conférences, les ateliers, etc. Les membres FADOQ sherbrookois ont donc beaucoup d’activités dans leur cour! » 

À cela s’ajoutent les programmations de chaque club qui se collent aux intérêts de leurs membres. Chaque club a donc sa personnalité, en lien avec l’âge de ses membres, ce qui les intéresse, etc. Cela va du bingo aux voyages !

« L’un des objectifs de la FADOQ est de permettre aux aînés de se regrouper et de participer à des activités qui leur conviennent. De pouvoir le faire à travers des clubs permet pour sa part aux membres de se retrouver avec des gens de leur quartier. Quand ils participent à une activité de leur club, ils y retrouvent des visages qu’ils connaissent bien, et c’est ainsi plus facile de développer des liens. »

S’il se crée une belle synergie au sein des membres d’un même club, il est toutefois toujours possible, à titre de membre FADOQ, de participer à toute activité organisée par un club FADOQ : « Par exemple, si notre club n’a pas de ligue de quilles, mais qu’on aime ce sport, on peut ainsi se joindre à un autre club pour cette activité. Ça nous donne ainsi accès à une large programmation. Avec le mouvement FADOQ, c’est impossible de s’ennuyer! » conclut Mme Goulet.

Pour en savoir plus, consultez le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.

FADOQ - Région Estrie

Budgets 2019-2020 : des recommandations signées FADOQ

Bientôt, nos gouvernements déposeront chacun leur budget 2019-2020. Seront-ils favorables aux aînés? Le Réseau FADOQ a joué pleinement son rôle d’influenceur, déposant un mémoire à chaque palier, assorti de 25 recommandations au provincial et 12 au fédéral.

Dans les deux cas, le Réseau FADOQ a notamment profité des consultations prébudgétaires pour multiplier les suggestions de mesures visant à rehausser le revenu des aînés, qu’ils soient à la retraite ou toujours sur le marché de l’emploi. Plusieurs recommandations touchent aussi la santé et les proches aidants.

Trois chantiers pour la CAQ

Les 25 recommandations du Réseau FADOQ adressées à Éric Girard, ministre des Finances, à l’approche du premier budget caquiste, se regroupent majoritairement en trois chantiers : CHSLD et soins à domicile, proches aidants et travailleurs d’expérience.

Les récents cas de maltraitance ont montré pour une énième fois l’urgence d’un investissement massif dans les CHSLD. Le Réseau demande donc un financement accru pour le fonctionnement de ces établissements, leur rénovation et leur mise à niveau, ainsi que des mesures pour rendre plus attirantes les professions dans le domaine de la santé, telles que la modification du ratio professionnels en soins/patients. 

Des investissements majeurs sont aussi réclamés pour le soutien à domicile, par le biais d’un fonds protégé dédié aux services aux patients. De plus, des changements à divers crédits d’impôt sont réclamés afin d’assurer aux aînés un revenu décent. 

En ce qui concerne les proches aidants, le Réseau réitère sa demande d’une définition légale du proche aidant, assortie de certains droits. Il suggère également au gouvernement d’élaborer un programme pour les proches aidants sur le même principe que le Régime québécois d’assurance parentale.

Au nom des travailleurs d’expérience, le Réseau réclame également des incitatifs pour les employeurs, tel un crédit d’impôt à toute organisation privée qui forme des travailleurs expérimentés, ainsi que pour les employés, ainsi que la possibilité pour un travailleur actif retirant sa rente de retraite de cesser de verser ses cotisations au Régime de rentes du Québec.

Fédéral : les revenus d’abord

Par ailleurs, en cette année électorale sur la scène fédérale, le Réseau FADOQ a misé sur des recommandations visant essentiellement à aider les aînés les plus vulnérables. Cela prend différentes formes : bonification du Supplément de revenu garanti, prolongement des prestations du SRG ou de l’Allocation de la personne décédée pendant trois mois au profit du bénéficiaire survivant, augmentation du crédit d’impôt pour aidants naturels et rehaussement du seuil maximal de rémunération hebdomadaire alloué pour les prestations pour proches aidants, mise en place d’un crédit d’impôt et d’une subvention aux entreprises pour favoriser l’embauche et le maintien en emploi des travailleurs d’expérience, etc.

Pour en savoir plus

Vous trouverez la liste complète des recommandations soumises aux gouvernements fédéral et provincial sous l’onglet Actualités du site fadoq.ca.

Pour en savoir plus, consultez le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.

L'APPUI

Proche aidant : par gentillesse, par amour, par devoir ou par obligation

On prend conscience que l’on devient proche aidant par la force des choses et non pas du jour au lendemain. Cette réalité s’installe petit à petit, évolue insidieusement et s’accentue au fur et à mesure que la personne accompagnée verra ses capacités diminuer.

Ainsi, l’on est graduellement plus qu’un partenaire de vie, que l’enfant de, qu’un être bienveillant et serviable. L’évolution de la condition de la personne aidée a pour incidence que la personne qui l’aide verra ses responsabilités, ses obligations et tâches s’accumuler. Ce lien, ce rôle protecteur vient nuancer différemment la relation : l’on est proche aidant.

Devenir proche aidant est une longue transition qui transforme le cours de notre quotidien et qui suscite un éventail d’émotions en dent de scie,  il faut bien l’admettre. Reconnaître l’importance de la place qui sera appelée à être prise auprès de l’autre permet de bien s’organiser pour y faire face. Quoi de plus normal que les proches aidants se questionnent, aient besoin de s’arrêter un moment et de chercher du soutien?

S’informer, c'est prévenir et s'outiller!

Quelle qu’en soit la raison, demander de l’aide n’est jamais simple. Toutefois, s’informer est un premier geste à poser pour s’outiller adéquatement, de recourir à des gens compétents qui pourront vous seconder dans ce rôle de personne proche aidante, mais surtout de prévenir l’isolement social, la détresse et l’épuisement. Cela abaisse aussi les facteurs de risques associés à la maltraitance. Un proche aidant informé et soutenu est un aidant en santé qui joue son rôle avec le sentiment de « bien faire ce qu’il est en mesure de faire » et ce, le plus longtemps possible.

Par où commencer?

Que ce soit dans le secteur du réseau communautaire (Centre d’action bénévole, Entreprise de services à domicile, Sercovie, Association de bienfaisance, Société Alzheimer Estrie, Parkinson Estrie, etc.) ou encore des entreprises privées et du réseau de la santé, il y a des gens qui peuvent vous aider à trouver ce dont vous avez besoin. 

Dans chaque région du Québec, l’Appui se plaît à répéter que pour obtenir la bonne information, le plus rapide est de faire appel gratuitement au Service Info-aidant : 1 855-852-7784. Une autre bonne pratique consiste à consulter le répertoire des ressources en ligne sur le site internet lappui.org.

Sources: Sonia Leclerc, Magalie Dumas et Julie Martin, l’Appui.