FADOQ Région Estrie - Septembre 2020

Faire la différence dans la vie des aînés!

Chaque année, des hommes et des femmes s’investissent avec cœur et passion pour le bon fonctionnement de la FADOQ – Région Estrie. Qu’est-ce qui motive leur engagement? C’est ce que vous découvrirez cette année dans nos cahiers dédiés à l’organisme. Dans ce numéro-ci : les témoignages de Carole Houde et de Lorraine Chagnon.

« Je ne peux pas aider tout le monde, mais chacun peut aider quelqu’un, et c’est là toute la force du mouvement FADOQ : une grande équipe qui travaille ensemble au mieux-être des aînés. »
Carole Houde
Carole Houde, représentante du secteur Sherbrooke et membre du CA de la FADOQ – Région Estrie. 

Très fière de faire partie de la FADOQ

Dans son parcours professionnel, Carole Houde a souvent travaillé avec les aînés. Aujourd’hui retraitée, elle continue de contribuer à leur mieux-être à travers la FADOQ. « J’ai une expérience à offrir pour la bienveillance des aînés et ce souci de collaborer à ce qu’ils aient une belle qualité de vie », explique celle qui, en plus de siéger sur le CA de la FADOQ – Région Estrie, représente les clubs du Secteur Sherbrooke. « Je peux non seulement amener mes idées et participer aux réflexions au sein du CA, mais aussi aller sur le terrain, aider et outiller les gens qui s’engagent avec passion dans les clubs. C’est très stimulant. »

La COVID-19 a amené son lot de défis. « Nous avons suivi une formation pour la mise en place des mesures sanitaires et des procédés qui assurent la sécurité de tous. Au besoin, les représentants de secteur et l’équipe régionale peuvent être appelés à venir en appui dans les clubs, par exemple pour la réalisation d’une première activité selon les nouvelles normes. La sécurité demeure notre grande priorité. Même si l’objectif des clubs est de briser l’isolement et de permettre aux gens d’être actifs physiquement, socialement et intellectuellement, dans les circonstances, il fallait s’ajuster. Mais nos présidentes et présidents de clubs sont très enthousiastes. La FADOQ compte vraiment sur une belle équipe de bénévoles, des gens inspirants! Ils sont disponibles, à l’écoute et leur engagement contribue à la crédibilité de la FADOQ. C’est une grande chaîne humaine qui œuvre dans la joie et le plaisir. »

Une image à changer

Le troisième âge a laissé place au bel âge. « Les aînés d’aujourd’hui sont actifs, ils ont des projets, une belle énergie et beaucoup de connaissances. En plus de défendre les enjeux qui leur sont propres, la FADOQ est là pour leur proposer des activités en lien avec leurs intérêts. C’est très varié, et toujours inclusif : chacun y va à son rythme. »

Comme le rappelle Mme Houde, la solitude est un grand fléau chez les aînés. « Ça fait partie de mon rôle que d’amener un maximum de gens à joindre un club FADOQ pour bouger, s’amuser et être en relation avec les autres. Les retombées sont tellement positives… Nos petits bobos, on n’y pense plus lorsqu’on fait une activité qu’on aime en bonne compagnie! »


« J’aime être occupée, et mon engagement au sein de la FADOQ me permet de rester active et de faire plein de nouvelles choses! En d’autres mots, le bénévolat m’amène toujours un peu plus loin. »
Lorraine Chagnon
Lorraine Chagnon, représentante du secteur Monts et Vallées et membre du CA de la FADOQ – Région Estrie. 

Une force de groupe impressionnante

À sa retraite, Lorraine Chagnon s’installe dans les Cantons-de-l’Est. « J’étais déjà membre FADOQ, mais principalement pour profiter des rabais. Comme j’avais désormais plus de temps, je me suis présentée à l’assemblée générale annuelle du club de Coaticook pour découvrir ce qu’on avait à m’offrir. » À peine arrivée, on lui demande si elle a quelques heures à consacrer bénévolement. « C’est ainsi que je suis devenue trésorière du club, en 2016! Plus tard, j’ai pris le poste de secrétaire, et depuis 2019, je m’engage au niveau régional. Je m’occupe des cinq clubs de mon secteur, et je fais partie du conseil d’administration de la FADOQ – Région Estrie. »

Son bénévolat à la FADOQ lui a fait prendre conscience de l’impact majeur du mouvement pour tous les aînés du Québec.

« Les gens méconnaissent la FADOQ et sous-estiment son importance. C’est bien plus que des rabais et des activités, c’est une force de groupe incroyable. Il faut être conscient que plus il y a de membres, plus la FADOQ a du poids face aux grands décideurs comme le gouvernement, et c’est pourquoi j’en parle autant autour de moi. À l’image d’un syndicat, la FADOQ est la voix de ses membres et voit à défendre leurs intérêts et leurs droits », poursuit Mme Chagnon.

Personnellement, l’expérience lui apporte beaucoup. « J’ai toujours travaillé avec le public. En faisant du bénévolat, je rencontre plein de gens, et il y a toujours quelqu’un qui m’apporte quelque chose. »

Un travail dans l’ombre

Lorraine Chagnon est d’ailleurs impressionnée de la qualité des bénévoles engagés dans le mouvement. « À ma première rencontre du CA, chaque membre s’est présenté. Ils avaient tous des connaissances, des expériences et un bagage inestimables. C’est la même chose dans les clubs : les bénévoles sont tellement dévoués! Leur travail passe malheureusement sous le silence. Les gens apprécient les activités, mais ne réalisent pas tout le travail derrière. Les clubs FADOQ existent grâce à la passion et au dévouement des bénévoles qui font beaucoup pour leur communauté. Ils répondent toujours présents, que ce soit pour préparer un repas, organiser un événement, faire du porte-à-porte pour faire signer une pétition, etc. Ça vaut la peine de le dire et de les en remercier! »

Consultez le cahier spécial sur la FADOQ - Région Estrie préparé par La Tribune en cliquant ici.