Baldwin Mills est l'un des villages estriens Amis des aînés, ce qui lui donne accès à des subventions. C'est ainsi qu'on a pu doter le parc de Baldwin Mills de modules d’exercices, très appréciés des gens de tous âges!

FADOQ ESTRIE AVRIL 2019

Les aînés, au cœur du dynamisme de leur communauté

Ils ont du temps, des connaissances, des talents, bref les aînés ont beaucoup à partager. Pas surprenant qu'ils soient souvent sollicités pour ainsi contribuer au succès de plusieurs activités.

Lorsqu’elle a pris sa retraite, en 2000, Monique Morissette fut approchée par le club FADOQ de Baldwin Mills pour qu’elle s’y implique, d’abord comme secrétaire, et par la suite, comme présidente. « Je voulais m’engager dans mon milieu de vie, et j’aime quand on me donne un rôle précis », note celle qui a œuvré dans l’enseignement et qui, actuellement, occupe le poste de secrétaire au CA de la FADOQ − Région Estrie  en plus d’être présidente du secteur Monts et vallées, qui comprend les clubs de Coaticook, Saint-Herménégilde, Waterville, Saint-Malo et Baldwin Mills.

Dans ce secteur, on retrouve plusieurs petites municipalités. À Baldwin Mills, on parle de 400 portes! « On retrouve 12 villages Amis des aînés, ce qui nous donne accès à des subventions, notamment pour la rénovation de nos locaux. C’est aussi ainsi qu’on a pu doter le parc de Baldwin Mills de modules d’exercices. »

Des clubs FADOQ y sont établis depuis 20, 30, 40 ans! « Comme pour tout club FADOQ, l’idée est d’amener les gens à sortir de chez eux et à être actifs, tant physiquement qu’intellectuellement. On propose toutes sortes d’activités qui vont de la marche aux jeux de cartes, et qui servent surtout de prétexte à rencontrer d’autres gens et discuter. Il y a notamment les différentes fêtes qui permettent de nous rassembler et de gâter nos aînés. On n’a pas toujours de parenté autour de nous; le club devient en quelque sorte sa famille; on remarque d’ailleurs beaucoup d’entraide. Il y a toujours quelqu’un qui viendra donner un coup de main à une personne qui en a besoin. C’est un réseau solide. »

Dans les petites municipalités, les clubs FADOQ ne font cependant pas qu’offrir des loisirs aux aînés; ils deviennent des acteurs importants dans le dynamique de leur communauté. « On est retraité, on a donc du temps à donner et on s’implique ainsi dans différentes activités et événements. Par exemple, à Baldwin Mills, on fait notre part pour le succès de la grande fête de l’été », souligne Mme Morissette. Qu’ils préparent des plats pour un repas communautaire, qu’ils fassent du porte à porte pour récolter des sous pour une activité, qu’ils animent des kiosques lors de fêtes ou encore qu’ils militent pour préserver la qualité des lacs et leurs berges, les aînés contribuent activement à la vie sociale. « La FADOQ dans la ruralité, c’est l’âme du village. Quand il y a des activités importantes, on cogne à la porte du club FADOQ pour voir s’il n’y aurait pas des gens qui souhaiteraient aider. Chacun s’implique ainsi selon sa disponibilité et ses intérêts. On fait notamment beaucoup d’activités intergénérationnelles. Par exemple, on a rencontré des enfants pour leur parler des jouets de notre enfance. Les aînés, c’est la mémoire des générations. »

Pour en savoir plus, consultez le cahier spécial préparé par La Tribune en cliquant ici.