Économie sociale 2019

Récupex : quand l’environnement sert de tremplin vers une meilleure vie

Depuis 1992, Récupex a permis de détourner des sites d’enfouissement quelque 63 millions de livres de tissus, vêtements et accessoires – l’équivalent de 180 terrains de football remplis de gros sacs verts! Mais surtout, l’organisme a permis à plus de 1000 personnes d’apprendre, de gagner en confiance et de réintégrer le marché de l’emploi.

« La récupération est en fait un prétexte pour offrir différents postes de travail à des gens qui sont éloignés du marché du travail pour toutes sortes de raisons. C’est l’occasion pour eux d’acquérir une expérience reconnue, et dans certains cas un certificat de formation à un métier semi-spécialisé. Ils développent les compétences nécessaires d’un bon employé, avec l’appui de formatrices du Centre St-Michel qui les accompagnent durant les 26 semaines de leur parcours. Les superviseurs des plateaux, des gens de métier, sont aussi là pour encadrer, former et aider les personnes à se préparer pour le marché de l’emploi », explique Danny Roy, directeur général adjoint de Récupex. 

Chacun des participants a ses propres défis à relever. « C’est pourquoi nous avons toujours préconisé une approche globale et personnalisée où l’on travaille toutes les facettes de l’employabilité. » L’équipe de Récupex est régulièrement témoin de belles transformations. « De voir nos participants changer leur vie, développer leur estime de soi et prendre de meilleures décisions pour leur avenir, c’est ce qui nous motive à poursuivre notre travail. C’est une fierté de les voir poursuivre leur chemin la tête haute. »

ALLIER RENTABILITÉ ET FORMATION

Chaque jour, des camionneurs et leur apprenti récoltent les dons de la population pour l’acheminer au vaste entrepôt de la rue Hertel à Sherbrooke. S’enclenche alors tout un processus : il faut trier ces articles – ce qu’on jette (à peine 6,5 %), ce qu’on garde, dans quelle catégorie, etc. Les plus beaux articles seront acheminés à la boutique t.a.f.i., friperie haut de gamme du centre-ville. Les vêtements seront ensuite catégorisés, puis mis en ballot pour la vente en vrac. Récupex répond aussi à des besoins locaux (par exemple pour les gens de la rue) et collabore avec Renaissance, un organisme semblable à Montréal qui opère aussi un vaste réseau de magasins d’occasion. Certains matériaux comme le cuir, le suède et la fourrure, ainsi que quelques tissus et toute pièce pouvant être réutilisée (boucle, fermeture éclair, bouton) sont récupérés, classés et mis à la disposition de l’équipe de confection, un autre plateau de travail qui permet à des gens de s’initier aux bases de la couture, et qui contribue ainsi à la réalisation de la collection t.a.f.i. (sacs, mitaines, pantoufles, etc.).

Dans un autre vaste bâtiment, juste à côté, l’équipe d’Au Pont de bois Ébénisterie, qui s’est joint à Récupex il y a un an, réalise différents mandats de fabrication, restauration et finition de meubles en bois, répondant ainsi aux besoins de la population et d’organisations.

Enfin, à la boutique t.a.f.i., on initie les participants au service à la clientèle. La boutique connaît d’ailleurs un bel essor! Les gens apprécient la section friperie, les créations t.a.f.i., ainsi que d’autres produits régionaux répondant à des critères d’économie durable. 

À chacun de ces plateaux de travail, les tâches, calquées sur de vraies responsabilités qu’on retrouvera en emploi, doivent être réalisées avec précision et dans un délai respectable : il en va de la rentabilité de l’entreprise! « On a un double enjeu de production et d’insertion professionnelle, car pour réaliser notre mission sociale, la rentabilité doit être au rendez-vous. Cela prend donc une équipe solide pour pouvoir offrir toutes les conditions à nos participants d’apprendre un métier et de s’épanouir, et à notre organisation d’être efficace et pérenne. » 

PARTENAIRE DE SON MILIEU

La réussite de Récupex s’appuie également sur des partenariats solides avec le milieu, comme les Résidences Monchénou. L’organisme bénéficie aussi de l’appui du gouvernement du Québec et est membre du Collectif des entreprises d’insertion du Québec.

recupex.ca

Consultez le cahier spécial sur l'économie sociale de La Tribune en cliquant ici.