Économie sociale 2019

CDEC de Sherbrooke : 20 ans à développer autrement

Vingt ans de mobilisation, de travail de collaboration, de développement socioéconomique, de soutien aux entrepreneurs collectifs, de présence significative dans les réseaux d’impact sur la création et la répartition de la richesse collective des Sherbrookois et des Sherbrookoises… Tel est le bilan de la CDEC de Sherbrooke, organisme indépendant mandaté par la Ville de Sherbrooke pour assurer le développement des entreprises d’économie sociale sur son territoire. Fortement ancrée dans son milieu, la CDEC a été partie prenante d’innombrables projets de revitalisation et de mobilisation des communautés. Depuis 1999, on parle de 3,1 M$ d’investissement, 119 projets, 408 emplois créés et 797 emplois maintenus.

L’économie sociale constitue un outil privilégié pour assurer un développement des communautés qui soit prospère, équitable et durable. C’est d’ailleurs l’une des stratégies inscrites dans le dernier plan de développement de la Ville. « Non seulement l’économie sociale est une force actuelle, c’est une force montante », fait remarquer Karole Forand, directrice générale de la CDEC de Sherbrooke.

Karole Forand, directrice générale

Pour toujours bien répondre aux besoins exprimés par le milieu, la CDEC a su s’adapter aux nouvelles réalités. « Notre terrain d’intervention a changé en 20 ans, passant de l’économie communautaire à l’entrepreneuriat collectif. Notre planification stratégique prévoit également la mise sur pied de nouveaux services, tels qu’un incubateur d’entreprises d’économie sociale et un espace d’innovation sociale, un Troisième lieu où les gens pourront échanger afin de trouver des solutions à des problèmes complexes. » Pour mener à bien sa mission, la CDEC compte sur un conseil d’administration très représentatif de son milieu. « Nous travaillons avec et pour le milieu, c’était donc essentiel de retrouver au sein du CA des gens représentant tous les secteurs, économiques, communautaires, culturels et institutionnels, ainsi que des élus et des citoyens. Chacun amène ainsi son expertise, sa vision, tout en faisant rayonner l’économie sociale dans son propre milieu », note la présidente du CA Josée Fontaine.

Josée Fontaine, présidente du CA

UNE EXPERTISE RECONNUE

En plus d’offrir des services de première ligne aux entrepreneurs collectifs, la CDEC assure la gestion du Fonds de développement des entreprises d’économie sociale de Sherbrooke (FDEÉS). « Nous avons un comité qui examine les demandes afin de nous assurer que tous les critères sont bien respectés : utilité sociale, gouvernance démocratique, indépendance et aspiration à la viabilité financière. On pourra aussi faire des recommandations si on réalise qu’il y a certains points à travailler pour la réussite du projet; par exemple, solidifier ses connaissances en gestion », explique Ginette Noël, membre du CA et présidente du comité. L’expertise de la CDEC est reconnue sur le plan provincial. Le RISQ fait d’ailleurs appel à son équipe pour des mandats d’analyse de dossiers régionaux.

Ginette Noël, membre du CA

SOUTIEN TECHNIQUE ET ACCOMPAGNEMENT

La CDEC de Sherbrooke offre du soutien technique et financier pour le démarrage, la consolidation et le développement d’entreprises d’économie sociale. « Pour un nouveau projet, nous évaluons s’il peut se matérialiser : répond-il aux besoins du milieu, y a-t-il une équipe solide derrière, etc. Puis, nous aidons à bien ficeler l’aspect financier; on connaît bien les programmes existants, leurs critères d’évaluation, et on sera ainsi en mesure de bien guider les gens. Si c’est une entreprise existante, on peut l’aider à développer un nouveau produit, une planification stratégique ou un changement d’échelle. On répond aussi aux organisations communautaires qui souhaitent intégrer un volet marchand pour devenir plus autonomes financièrement », explique Jessy Cazzaro, agent de développement de l’économie sociale et analyste financier.

Claudine Samson, agente de développement de l’économie sociale, effectue ensuite un suivi de l’entreprise sur une période de deux ans afin de s’assurer que le projet se développe bien et qu’il a tous les outils pour réussir. « La CDEC compte sur un vaste réseau de partenaires, ce qui nous permet d’aller chercher des expertises pointues au besoin », précise Claudine qui participe aussi au projet L’économie sociale, j’achète, une initiative B2B pour créer une communauté d’affaires autour de l’approvisionnement responsable. 

Claudine Samson, agente de développement de l’économie sociale et Jessy Cazzaro, agent de développement de l’économie sociale et analyste financier.

Les deux agents de développement collaborent étroitement pour assurer une continuité de services. « L’économie sociale, on y croit tellement que ça teinte nos façons de faire! C’est d’ailleurs la beauté de ce modèle : il s’adapte à tous les secteurs d’activités, utilise les forces du milieu et permet à chacun de mettre la main à la roue et de participer à la recherche de solutions. Par notre travail, nous avons la chance de côtoyer des gens dynamiques, engagés et passionnés qui ont autre chose en tête que le profit, le moteur premier de leur projet étant plutôt de répondre à un besoin. C’est stimulant! »

INNOVATION SOCIALE ET ÉCONOMIES ÉMERGENTES

La CDEC de Sherbrooke participe aussi à la création de nouveaux projets structurants, issus des besoins de la communauté. Elle favorise la mise en place d’actions économiques créatives et innovantes en s’investissant dans les nouvelles approches économiques, telles que l’économie collaborative et circulaire. Le projet Les Frigos Free Go en est un bel exemple. Afin de contrer le gaspillage alimentaire, la CDEC a mis sur pied un réseau de plus de 120 partenaires et un vaste système d’échanges d’expertises, de ressources humaines et matérielles. Pour pousser le concept plus loin, elle développe actuellement une application mobile transactionnelle, la FrigoTech, qui vise à trouver un canal pour liquider les invendus pour réduire les pertes, et donc l’enfouissement de matières organiques.

Arielle Drissen, agente de développement en innovation sociale, siège sur différents comités et tables de concertation à Sherbrooke. « Nous sommes présents sur le terrain afin de connaître les enjeux locaux et comment on peut y répondre avec des projets d’entrepreneuriat collectif. Souvent, la solution se trouve dans l’économie sociale, et on intervient soit pour mobiliser des gens et structurer des bases solides au projet, soit pour appuyer un groupe déjà en place en leur fournissant notre expertise ou en les guidant vers les bonnes ressources. Le développement des Frigos Free Go est un exemple probant de l’implantation par la CDEC d’un projet structurant. » 

Raphaël Brunier, agent de développement en économie collaborative, Arielle Drissen, agente de développement en innovation sociale et David Maurice, agent de communications et de soutien au développement.

Raphaël Brunier, agent de développement en économie collaborative, a notamment travaillé sur l’application FrigoTech. Il s’occupe également des projets de mobilité durable. « Toutes nos interventions partent d’un besoin du milieu, mais cela ne nous empêche pas d’être à l’affût de ce qui se fait ailleurs et qui pourrait s’adapter à notre réalité. On a aussi tissé des liens avec la recherche, notamment avec l’Université de Sherbrooke, pour être à l’affût de toute nouveauté qui pourrait nous inspirer des projets d’économie sociale. »

cdec-sherbrooke.ca

Consultez le cahier spécial sur l'économie sociale de La Tribune en cliquant ici.