ÉCOLE PLEIN SOLEIL (ASS. COOP.)

Former des citoyens curieux, ouverts et engagés

L’École Plein Soleil (Ass. coop.) est la seule école primaire de l’Estrie offrant le programme de Baccalauréat international (IB).

Ce programme, qui se déploie à travers le monde, vise tant le développement du savoir et du savoir-faire (connaissances et compétences) que du savoir-être (devenir un citoyen curieux, engagé, empathique, qui contribuera à faire un monde meilleur). C’est ce dernier aspect qui a d’abord attiré Mélanie Cournoyer à s’inscrire à ce programme comme élève au secondaire, et qui l’interpelle aujourd’hui dans son rôle de coordonnatrice du programme IB à l’École Plein Soleil (Ass. coop.). « Les valeurs de respect, de tolérance, d’altruisme et d’ouverture, par exemple, on en a tellement besoin comme société, c’est essentiel de les transmettre aux enfants! Ce sont eux l’avenir de la planète! Il ne faut pas sous-estimer leur capacité d’apprentissage. Ils sont sensibles et tellement vrais! »

Le programme IB se vit à l’École Plein Soleil (Ass. coop.) dans tous ses groupes, du préscolaire à la 6e année. « Évidemment, on s’adapte à l’âge de l’enfant. Chez les plus petits, c’est surtout à travers des histoires et des activités ludiques qu’on leur apprend ce que c’est d’être chercheur, audacieux, intègre, ouvert d’esprit... Les six thèmes transdisciplinaires explorés au cœur de modules de recherche, touchés chaque année, sont aussi exploités en suivant le rythme de l’enfant. Par exemple, pour le module Qui sommes-nous?, chez les petits de la première année, on parlera de leur parcours, du ventre de leur maman jusqu’à leur arrivée à l’école, et au fur et à mesure qu’ils progresseront, le concept s’élargira à la famille, à la communauté, à la planète… »

Le programme IB met énormément d’accent sur la communication. « On veut que nos jeunes soient à l’aise de parler et d’émettre leurs opinions, qu’ils puissent aussi exprimer ce qu’ils sont, ce qu’ils ressentent. On travaille notamment beaucoup la résolution de conflits : l’importance de parler au "Je", de comprendre l’autre. » Chaque module de recherche se termine par ailleurs par une présentation qui peut prendre différentes formes (vidéo, affiches, scénettes, etc.) et qui contribue aussi à développer l’aspect communicatif (vulgariser l’information et la divulguer).

Le parcours des élèves au programme de Baccalauréat international au primaire se termine d’ailleurs par une grande exposition. « Ils présentent à leurs parents, leurs pairs, leur famille, au personnel de l’école et à d’autres membres de la communauté le fruit d’une longue recherche menée toute l’année, en équipe, sur un thème. L’an dernier, c’était sur les animaux. Selon l’intérêt des jeunes, certains ont parlé de la thérapie animale, d’autres des animaux préhistoriques, etc. C’est impressionnant de voir à quel point des enfants de 11-12 ans peuvent développer un vocabulaire varié et précis, ainsi que différentes compétences et habiletés qui leur donnent confiance en eux et les rendront solides pour tout leur parcours futur, que ce soit la poursuite de leurs études, sur le marché du travail, etc. »

L’autre particularité du programme IB, c’est qu’il s’exprime dans toutes les matières et de toutes les façons. « De pouvoir sortir les connaissances de leur contexte initial pour les faire vivre aux élèves autrement (en jouant de la musique ou en faisant du sport par exemple) rend ces connaissances plus concrètes et accessibles à plusieurs style d’apprenants. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.