Rangée du haut: Marie Bussières, Jean-François Beaulieu, Abdennabi Khiari, Lollie Gagnon, Fabien Prat, Francis Proteau et Mehdi Difle. Rangée du bas: Myrna Chabadi, Antonin-Xavier Fournier, Éric Poulin, Jessy Mélancon, Marie-Hélène Frenette et Isabelle P. Mercure.

ÉCOLE PLEIN SOLEIL (ASS. COOP.)

Coopérer à l’essor de l’école

L’École Plein Soleil (Ass. coop.) est née de la volonté de parents. Encore aujourd’hui, les parents d’élèves jouent un grand rôle dans son développement et son fonctionnement.

Comme il s’agit d’une association coopérative, tous les parents d’élèves ont une part sociale, devenant du même coup copropriétaires de l’institution d’enseignement. Ils ont donc vraiment leur mot à dire, puisque l’école de leur enfant est aussi en partie la leur! 

Les parents s’engagent à différents niveaux. Ils peuvent notamment siéger au sein du conseil d’administration qui voit aux grandes orientations de l’école, qui entérine les suggestions émanant de la direction, etc. « Ces gens qui œuvrent dans d’autres domaines que le secteur de l’éducation nous apportent un regard nouveau, tout en nous partageant des expertises diverses. C’est très enrichissant », souligne la directrice générale Francine Maillet.

D’autres parents viennent prêter main forte au personnel, s’engageant pour une activité ou dans l’un des nombreux comités. Chacun et chacune met ainsi ses talents, ses connaissances et sa passion au profit de cette belle institution! « Les valeurs de coopération sont déjà très présentes à l’école, mais on souhaite mousser davantage l’esprit coopératif qui distingue notre école », mentionne Éric Poulin, président sortant du CA.

DES PARENTS ENGAGÉS

Voici les témoignages de parents qui donnent de leur temps pour la bonne marche de l’école.

Antonin-Xavier Fournier

Antonin-Xavier Fournier est le papa de trois enfants fréquentant l’École Plein Soleil (Ass. coop.). « Je trouvais important que mes enfants aient accès à une culture générale, ce que propose le programme du Baccalauréat international, et qu’ils aient plusieurs heures de cours d’anglais. La localisation de l’école sur la rue Montréal était aussi parfaite pour moi qui travaille au Cégep de Sherbrooke, donc lorsque j’ai entendu parler du projet de la nouvelle bâtisse, j’étais un peu inquiet… »

Ses inquiétudes se sont cependant vite dissipées lorsqu’il s’est impliqué au sein du conseil d’administration de cette coopérative et qu’il en a appris plus sur la situation de l’école. « En fait, le véritable danger, c’était de rester là où on était : l’école était vétuste, ce qui exigeait des investissements majeurs pour la rénover, sans compter que les lieux n’étaient pas adaptés pour l’enseignement et qu’il n’y avait aucun espace pour agrandir, ce qui condamnait l’école à plus ou moins long terme à connaître des difficultés. »

Ne comptant pas leurs heures, Antonin-Xavier Fournier et les autres membres du CA, particulièrement ceux du comité conception plan/pédagogie, ont ainsi planché sur un projet ambitieux : la relocalisation de l’École Plein Soleil (Ass. coop.) dans de tout nouveaux locaux. « Jamais je n’aurais pensé un jour m’impliquer sur un projet de construction de 7M $ ! À chaque semaine, il y avait de nouveaux défis, mais finalement tout a été prêt selon les délais et le budget. C’est là qu’on voit toute la vision qu’on peut réaliser en équipe. » 

L’expérience fut d’ailleurs riche pour lui : « J’ai acquis beaucoup de nouvelles connaissances. J’ai aussi vraiment senti l’esprit coopératif de ce projet. J’apprécie encore plus l’école aujourd’hui. »

Éric Poulin 

Coopérer fait partie de la nature même de l’École Plein Soleil, une association coopérative. La participation des parents est d’ailleurs vitale pour la bonne marche de l’établissement. Cet esprit coopératif qui se manifeste de différentes façons a aussi des impacts positifs auprès des enfants.

« Le proverbe Ça prend tout un village pour élever un enfant s’applique exactement à ce que nous vivons à l’École Plein Soleil (Ass. coop.) », rappelle Éric Poulin, président sortant du CA. « La construction de notre nouvelle école aurait d’ailleurs été impossible sans la contribution, de près ou de loin, de tous les parents. Quand chacun y met sa pierre, on peut construire de grandes choses. Je tiens d’ailleurs à remercier tous ces hommes et ces femmes qui se sont engagés avec cœur dans ce beau projet. Nous pouvons aujourd’hui accueillir nos enfants dans des espaces superbes, parfaitement adaptés à leurs besoins, et qui contribuent à faire éclore leurs talents. »

Pour Éric Poulin, l’engagement des parents dans la coopérative sert aussi de modèle. « Cela s’intègre parfaitement au projet éducatif de l’École : c’est une manière concrète de montrer à nos enfants que l’on doit s’investir dans les choses auxquelles on croit. L’école devient ainsi le prolongement du milieu de vie familial. »

Jean-François Beaulieu et Marie-Martine Savard

Parents de trois enfants fréquentant l’École Plein Soleil (Ass. coop.) Marie-Martine Savard et Jean-François Beaulieu s’engagent avec cœur et passion dans cet établissement qu’ils adorent. « C’est un milieu stimulant, avec tout ce qu’on y offre, sans oublier les valeurs préconisées par le programme du Baccalauréat international. Surtout, c’est un milieu très chaleureux : il est facile d’établir le contact avec les enseignants et tous les membres du personnel. Il y règne un bel esprit familial », remarque Mme Savard. 

Comme dans toute famille, l’engagement de chacun fait la différence. « Il y a plusieurs façons de s’impliquer dans la vie de l’école. Cela peut être de façon ponctuelle : on a toujours besoin d’aide pour les sorties, par exemple! Il y a aussi plusieurs comités qui permettent d’alléger la tâche du personnel de l’école, qui peut alors consacrer toute son énergie à nos enfants. Je me suis entre autres engagée
sur le comité Friperie : chaque année, on organise cette petite boutique temporaire qui permet de vendre ou d’acheter les uniformes scolaires d’occasion. C’est très populaire! J’ai aussi donné un coup de main pour les objets perdus : les amasser, trouver leur propriétaire, etc. Mon conjoint est pour sa part impliqué dans le conseil d’administration qui voit davantage aux grandes orientations de l’école. »

Malgré un horaire bien chargé, le couple trouve toujours le temps pour ces heures de bénévolat. « De nous engager ainsi démontre à nos enfant qu’on s’intéresse à ce qu’ils vivent, à ce qui se déroule dans leur école. Ils y passent tellement de temps après tout! Ça nous donne une autre perception de leur milieu scolaire, et ça nous permet de mieux connaître ceux et celles qui gravitent autour d’eux. On tisse des liens encore plus forts ! Le personnel de l’école apprécie par ailleurs grandement l’aide des parents. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.