ÉCOLE PLEIN SOLEIL (ASS. COOP.)

Contribuer au développement de l’enfant sous toutes ses facettes

Avec ses 25 ans d’ancienneté, Nathalie Bacon est la doyenne des enseignants à l’École Plein Soleil (Ass. coop.). « Ce fut mon premier emploi. De la fenêtre située au-dessus de mon bureau, où j’étudiais dans mon appartement sur la rue voisine, je voyais d’ailleurs l’affiche de l’école », se souvient-elle.

La jeune femme originaire de Trois-Rivières ne connaissait toutefois pas l’école à l’époque. « Dès mon arrivée ici, j’ai eu un coup de cœur pour la clientèle : ce sont des élèves allumés, des parents très participatifs aussi. Je me suis liée rapidement avec le personnel. On retrouve à l’École Plein Soleil (Ass. coop.) une ambiance familiale et un sentiment d’appartenance très fort. D’ailleurs, je trouve difficile de voir nos élèves nous quitter à la fin de leur primaire… Nous avons organisé un petit 5 à 7 en mai pour les anciens, et ils ont été plusieurs à venir nous rendre visite. On sentait à quel point ils sont restés attachés à leur école primaire… J’ai aussi eu l’occasion d’enseigner à mes enfants : ce fut de beaux cadeaux de la vie. »

Depuis 20 ans, Nathalie Bacon est titulaire de la classe de 2e année. « À 7 ans, c’est un âge marquant. Ils deviennent de plus en plus autonomes, et je suis fière de contribuer à leur développement, et pas seulement du point de vue académique. Une classe, c’est comme une minisociété : on apprend aussi aux enfants à devenir de bons citoyens, à accepter la différence de l’autre, à résoudre leurs conflits dans le respect », note celle qui collabore étroitement avec les parents. 

Une petite société bien représentative, puisque l’École accepte tous les enfants intéressés, sans discrimination. « Cela contribue à créer un environnement très respectueux. Ce n’est pas un esprit compétitif qui anime les classes, mais plutôt un esprit de coopération, et cela rejoint en tous points mes valeurs… et celles du programme du Baccalauréat international également, un bel ajout à l’école. »

La maîtrise de Nathalie Bacon portant sur l’intégration des matières, l’arrivée du programme IB ne pouvait effectivement pas mieux tomber! « Il y a une belle communication entre tous les enseignants pour intégrer les connaissances dans tous les cours. J’adapte aussi mon matériel pédagogique avec chacun des modules de recherche, par exemple dans le choix des mots de la dictée, pour que les apprentissages aient davantage de sens pour les enfants. »

Le programme IB favorisant chez l’enfant le questionnement, Nathalie Bacon se voit davantage comme un chef d’orchestre auprès de ses élèves. « Je ne fais pas que transmettre des connaissances, les enfants ont aussi leur bagage et leurs idées. Mon rôle est alors de les amener sur des pistes qu’ils développeront selon leurs intérêts et leurs passions. »

Pour consulter le cahier spécial préparé par La Tribune dans son intégralité, cliquez ici.